Amon Amarth au Download Festival France 2016


Il fait encore jour lorsque Amon Amarth monte sur la scène 2 du Download Festival France 2016. Après une date intimiste au Divan du Monde en Mars dernier, auquel une grande partie des fans n'avait pas pu assister, le groupe revient dans nos contrées pour une heure de set. Passant à 19h, après une prestation excellente mais gâchée par les problèmes de sono de Babymetal sur la mainstage, les Vikings Suédois font face à un public gonflé à bloc. Et cela ne fait pas peur au combo qui va bouillonner et retourner la scène 2 du festival. 

Sur la longue introduction de "As Loke Falls", on se prend en pleine face la puissance délivrée par Jocke Wallgren à la batterie. Le son est vraiment bon sur la scène 2 et on ne peut qu’en être ravi.

Mais Amon Amarth, c’est également des riffs à couper le souffle et c’est le cas sur le maintenant très connu "First Kill", issu du dernier opus des Suédois en date, Jomsviking. Une grande partie du public connait son répertoire et scande les paroles.


C’est un Johan Hegg en grande forme que l’on retrouve et cela s’entend. Sa grosse voix puissante domine sur "Runes To My Memory". Le frontman de la formation suédoise est réellement impressionnant, que ce soit par sa voix ou par ses jeux de scène. L’immense dragon présent sur scène est pour lui l’occasion d’en jouer et il ira même monter dessus pour dominer la scène 2, s’offrant une belle vue sur la foule devant lui.

Olavi Mikkonen et Johan Söderberg ne sont pas en reste et s’exercent de la plus belle des manières sur chaque morceau. Sur un titre comme "Death In Fire", les riffs sont propres et le solo endiablé.

A mesure des titres présentés, on se rend compte de la variété de la setlist d'Amon Amarth, aidée par une discographie bien garnie. Sept albums sont représentés ce soir et les morceaux ont été sélectionnés minutieusement pour que chaque fan du groupe s’y retrouve.


Mais Amon Amarth, c’est aussi un show à voir et ils vont chauffer à bloc les rangs de la scène 2. Après quelques mots en français, prononcés par Johan Hegg, "Deceiver Of The Gods" retentit et des flammes jaillissent de la scène. La pyrotechnique est utilisée plusieurs fois par le groupe durant sa prestation et ne fait que sublimer la visuelle du concert.

Mais le temps passe à une vitesse folle et l’on connait la suite des événements lorsque l’on voit Johan Hegg tendre sa corne après un discours connu de tous. Revigoré par sa beuverie, le chanteur annonce le titre sans surprise : "Raise Your Horns".


Les membres d'Amon Amarth finissent sur leur deux morceraux emblématiques, "Guardians Of Asgard" suivit de "Twilight Of The Thunder God", l’occasion pour le groupe de se montrer une dernière fois au meilleur de sa forme sur scène mais aussi dans la démonstration. Les derniers effets pyrotechniques sont mis à l'oeuvre par les Suédois avant que ces derniers ne quittent la scène sous les acclamations du public du Download Festival.

Johan Hegg adresse ses derniers mots à son public, le remerciant et lui souhaitant un bon festival -et une bonne nuit, en français-. La nuit n'est peut être pas finie, mais difficile de faire mieux que le show livré par Amon Amarth. Et personne ne reviendra sur le fait que l'on a assisté à l'une des performances les plus impressionnantes du festival. On a déjà hâte de les retrouver en novembre.

Photographies : © Marjorie Coulin 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements