Witches au Hellfest 2016

Vendredi – 10h30 – Altar


Levé à 8h30, après avoir ingurgité un café en poudre et grignoté un bout de pain rassis de la veille, il est temps d’aller affronter cette journée qui promet d’être extrêmement chargée en groupes, en bière et en décibels. C’est donc sous un soleil assez doux que l’on cherche son chemin du camping jusqu’à l’Altar, avec un passage obligé par tous les restaurants et les vendeurs de bijoux/vêtements en tous genres. L’arrivée dans l’Altar avec cet écran géant qui annonce le début imminent du show de Witches file le frisson : ça y est, le Hellfest commence !


 

Witches effectue son grand retour sur la scène du Hellfest en ouverture du festival. C’est à 10h30 pétantes, sous la grande tente de l’Altar que les premières notes de « Horror Museum » résonnent, un titre de 1994 issu de l’album 3.4.1. S’il est tôt et que le public commence timidement à arriver, la file d’attente étant particulièrement dense dès le matin, les spectateurs déjà présents sur les lieux sont clairement des amateurs du groupe et apprécient le show comme il se doit.

Hellfest 2016, witches, la grosse radio, LGR,

Witches enchaine les morceaux sans temps mort. En effet, 30 minutes ça passe très vite mais Sibylle (chant/guitare) prend tout de même le temps de parler à son public, de le remercier de sa présence, et annonce « Lessive Agressive », encore un titre tiré d’anciens albums qui décidément n’ont rien perdu de leur mordant. La prestation que livre le combo est sans faille et la puissance que l’on se prend dans les oreilles est bien réelle.

Hellfest 2016, witches, la grosse radio, LGR,

Petit bémol concernant le son : la guitare solo est presque inaudible et noyée sous la basse et la batterie ; dommage car le gaillard en a sous le coude et on aurait vraiment aimé en entendre davantage. Globalement le son ressort très étouffé et pire encore, la balance qui se fait sous la scène Temple, non loin de là, est extrêment forte et parasite l’écoute.

Hellfest 2016, witches, la grosse radio, LGR,

C’est d’autant plus flagrant entre deux morceaux. Mais tous ces détails ne viennent pas entâcher le plaisir procuré par la musique de Witches, qui joue avec un grand professionnalisme. L’annonce des 30 ans du groupe fera son petit effet dans l’assemblée et sera l’occasion de jouer des titres de leur nouvel album/EP The Hunt,  dont vous pouvez découvrir la chronique ici. Des titres comme « So Cold », « Serial », « Jump with Fright », « No Matter if the Wind… » sont taillés pour le live et font mouche auprès du public qui finit par arriver massivement. C’est sous les cris et applaudissements du public que Witches tire sa révérence, pas le temps pour votre serviteur de flâner, il est temps d’aller voir les coreux de Cowards.

Photographies : © Thomas Orlanth 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements