Archgoat au Hellfest 2016

Samedi, 18:35 – Temple

Archgoat est une formation qui existe tout de même depuis la fin des années 80, même si elle a connu un gros break entre 1993 et 2004. Lord Angelslayer (chant, basse) et Ritual Butcherer (guitare) jouent ensemble depuis 1986, et si VnoM les a rejoints à la batterie il y a peu, les Finlandais n’ont aujourd’hui rien perdu de leur superbe.

Des rugissements venus d’outre tombe sortent des enceintes… c’est parti. Blasts, clous, corpse paint, pentagrammes et croix renversées peintes sur le front sont au programme. La musique sait aussi proposer des passages pur mid-tempo, avec un Lord Angelslayer portant un beau T-shirt de Mayhem qui s’époumone dans son micro, pendant que Ritual Butcherer, caché sous sa capuche, headbangue sur les retours.


Archgoat


Les Finlandais vont droit au but, sans fioritures. C’est brut de décoffrage à commencer par « Lord of the Void ». La voix de Lord Angelslayer est growlée dans des sons ultra-bas et rend l’atmosphère pesante.  D’ailleurs, sa voix est tellement épaisse et rugueuse que l’on n’arrive pas à deviner le titre du morceau suivant, lorsqu’il l’annonce en beuglant dans le micro, juste après un grand blanc et le démarrage d’une bande enregistrée.
 

Archgoat


« Grand Luciferian Theophany » et son intro font leur petit effet, proposant un titre lent et cérémonial à souhait.  Leur son est brut, simple et sans trop d’effets, rendant la prestation d’Archgoat comme étant l’une des plus roots de la Temple.

Primitifs et frontaux, les titres sont souvent construits de la même manière entre grosses accélérations dès le début et long passages mid-tempo, comme sur « Blessed Vulva » ou « The Apocalyptic Triumphator » sans oublier un « Rise of the Blackmoon » tiré de la démo Jesus Spawn datant de 1991.


Archgoat


De nombreux titres sont bien sûr tirés du dernier album The Apocalyptic Triumphator, dont déjà le titre éponyme mais aussi « Nuns, Cunts & Darkness », qui entamait le show, sans oublier « Grand Luciferian Theophany ».

On a assisté à une bonne prestation, mais qui aurait pût être mieux agencée dans son ensemble, à cause de trop long silences entre les morceaux, qui ont entraîné un relâchement de l’attention du public.

Lionel / Born 666

Setlist :
Nuns, Cunts and Darkness
Lord of the Void
Apotheosis of Lucifer
Grand Luciferian Theophany
Blessed Vulva
The Apocalyptic Triumphator
Goat and the Moon
Goddess of the Abyss of Graves
Penis Perversor
Day of Clouds
Rise of Blackmoon
Hammer of Satan

Photographies : © Thomas Orlanth 2016
Toute reproduction interdite sans l’autorisation du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements