Shinedown au Hellfest 2016

Vendredi – 13h35 – Mainstage 1

Ils avaient littéralement retourné la Stage 3 du Download Festival parisien une semaine auparavant, à la grande surprise du public, qui s’était trouvé embarqué dans un set ultra généreux et dynamique : hors de question pour nous, donc, de manquer le set des Américains de Shinedown au Hellfest. Dès le début d’après-midi, direction la Mainstage 1, pour assister à une prestation un peu plus longue que celle du week-end précédent.

Après quelques minutes à patienter devant la scène, sur fond d’une musique d’ambiance trop forte pour que l’on puisse reposer nos oreilles ou discuter tranquillement avec nos voisins, Shinedown déboule sur scène. Leur hit "Asking For It" ouvre le bal avec conviction, mais rapidement, on a l’impression que le groupe est perdu sur une si grande scène qu’il a du mal à occuper. Rapidement, les hits taillés pour la radio se succèdent, avec notamment la bombe "Diamond Eyes", écrite pour la BO du film Expendables, et qui fait remuer le pit. Le titre met en avant de belles harmonies vocales et un pont bien fichu, et se trouve bien mis en valeur par un son de très bonne facture, une fois n’est pas coutume.

Rapidement, Brent Smith décide de mouiller le maillot, et après un court speech remerciant ses fans, et ceux qui soutiennent plus généralement la scène metal, il sépare la fosse en deux. Les caméras se braquent sur le fossé dessiné par le chanteur, qui y descend sans hésiter. Alors que ses camarades continuent de jammer sur scène, il explique la façon dont vont ensuite se passer les choses : un décompte surviendra lorsqu’il remontera sur scène, décompte qui lancera le morceau et surtout indiquera au public de commencer à sauter en rythme sans s’arrêter. La scène est captivante, mais le public semble un peu frileux, et pas tout à fait transporté en cet horaire presque matinal.

Viennent alors les deux titres non joués à Paris précédemment, "Unity" et "Devour", qui ne fonctionnent pas très bien : le premier est trop mielleux, et le second ne réussit pas à garder l’attention qui avait été captée par la descente du frontman dans le pit.

La fin du set se déroule dans la bonne humeur, avec des morceaux bien exécutés et plus prenant, mais au contraire du batteur Barry Kerch, déchaîné sur ses fûts et impressionnant de dynamisme, le public semble ramolli et peu motivé. Ceci confirme malheureusement l’impression de début de set : Shinedown brille bien plus dans des conditions de grande proximité avec son public comme c’était le cas à Paris. C’est ainsi qu’ils créent un échange avec les spectateurs et leur transmettent leur énergie, et cette scène démesurée les en empêche aujourd'hui.

Le concert n’a donc pas été mauvais en soi, loin de là, mais ce sont plus les conditions et la taille de la scène qui se sont avérées peu adaptées à la prestation délivrée par le groupe. Mais sur quelle autre scène placer ce groupe, dont le style ne correspond qu’à ceux drainés par les Mainstage ? Epineuse question, à laquelle on répondra en attendant de voir passer Shinedown en salle près de chez nous, où l’on se précipitera à coup sûr.

Setlist :
Asking For It
Diamond Eyes (Boom-Lay Boom-Lay Boom)
Enemies
Unity
Devour
Second Chance
Cut the Cord
Sound of Madness

 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements