Killswitch Engage au Hellfest 2016

Vendredi – 18h35 – Warzone

Finalement programmés en fin d’après-midi, les Américains de Killswicth Engage sont attendus de pied ferme sur la Warzone. Avec sa solide réputation de groupe de scène, le combo initiateur du metalcore rameute et les fans sont bien présents. Autre point très positif: l’occasion de retrouver le chanteur Jesse Leach de retour depuis 2015…

Ndlr: Nos valeureux photographes étant des êtres humains et donc incapables de se dédoubler, nous n’avons pu shooter la prestation depuis le pit photo faute de temps. Nos excuses.

Il est judicieux de commencer ce live report en rappelant à quel point la refonte de la Warzone est plaisante et permet une meilleure capacité d’accueil. Beaucoup doivent encore se souvenir de la catastrophe Body Count en 2015 lorsque la WZ était tout bonnement inaccessible et les festivaliers totalement compressés. L’occasion de se rappeler aussi que ce n’est pas parce qu’un groupe joue sur cette scène qu’il n’est pas important et très populaire.

Car c’est une véritable légende qui va se produire en cette fin d’après-midi. Sobre, la scène accueille des musiciens sur-motivés notamment le guitariste Adam Dutkiewicz, toujours très excentrique dans sa démarche. Sans un mot les quatre bonhommes envoient un classique tiré de The End of Heartache: « A Bid Farewell ». Tel un buffle, Jesse Leach débarque en poussant un bon gros scream.

Le chanteur est très en voix, le son est excellent (voire même parfait, honnêtement) et l’investissement est total sur scène comme dans la fosse, un spectacle fort agréable. Toujours sans s’adresser au public, KE envoie un titre, récent cette fois, « Strength of the Mind », gros tube de la dernière production: Incarnate.

Leach finit par saluer les très nombreux festivaliers et annonce « un titre old-school pour les fans old school!« , et c’est donc « Fixation of the Darkness » qui est interprété. « My Last Serenade » sera l’autre représentant de l’album de Alive or Just Breathing. Pour le reste de la setlist, le groupe pioche intelligemment dans sa discographie sans oublier Incarnate.

Le second degré est omniprésent durant le show, notamment grâce aux interventions de Adam Dutkiewicz qui délivre d’ailleurs son « meilleur conseil » pour passer un bon festival: « Buvez de la bière, écoutez la musique, bouffez des putains de pizzas et… Prêtez moi vos copines, je repars ce soir!« , franchement amusant. Jesse Leach n’est pas en reste et on retient particulièrement le moment où il trinque avec le foule en hommage aux victimes du 13 novembre et rappelle que « nous avons besoin de plus d’amour dans ce monde« . Simple et touchant.

Concert tout simplement sans faute pour Killswitch Engage: son, public, musique et proximité, les codes d’un bon moment sont respectés à la lettre. On se dit juste que la prestation aurait été peut-être plus appréciable de nuit et avec vingt minutes de plus.

setlist:

    A Bid Farewell
    Strenght Of The Mind
    Hate By Design
    Fixation On The Darkness
    My Last Serenade
    My Curse
    Rose Of Sharyn
    In Due Time

Photographie : © Thomas Orlanth 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements