Kvelertak au Hellfest 2016

Vendredi - 00h20 - Warzone

A l'attaque !
 

Depuis son premier album, Kvelertak attire tous les regards avec sa formule de punk fêtard teinté de black metal, notamment à cause des invités prestigieux de la scène norvégienne qui ont participé au projet. Le dernier album, Nattesferd, bien que semi-désavoué par la critique et les fans, semblait pourtant réussir le parfait amalgame entre riffs façon AC/DC et les mélodies brutes de Baroness. Tout pour finir cette journée en beauté en fait !

Mais après l'expérience éprouvante que constitue un concert de Sunn o))), il est difficile d'apprécier tout type de musique, aussi entraînante soit-elle. C’est un dur retour à la réalité. Pourtant, le son est là, les musiciens déterminés, et le public l'est tout autant, mais rien n'y fait, ça ne passe pas. On peut entrendre le chanteur Erlend Hjelvik vociférer les tubes du groupe, ou s'appliquer sur les nouveaux titres un brin plus posés comme « 1985 » ou « Berserkr ». Les mots peinent à venir à cette heure tardive... Posés sur les marches de la ma-gni-fique nouvelle Warzone, tout concert devient plus appréciable. Son seul défaut : elle laisse bien trop entendre les concerts des Mainstages. Cela reste acceptable pour Kvelertak, qui joue fort en quasi-permanence, mais c’est beaucoup plus problématique sur des concerts particuliers comme Gutterdämmerung.
 

kvelertak, warzone, hellfest 2016, report, indie recordings, taake, owl,


Bref, malgré les douches de poisson pourri qu’il a subi, il faut bien constater que le nouvel album passe très bien en concert. Rien de très original à l’horizon, mais l’efficacité est là. Erlend, très en voix, est toujours très actif sur scène, à tel point qu’on l’imaginerait presque en plein combat, en train de mener ses troupes. Avec trois guitares, difficile de ne pas faire mouche : la puissance est là. Mais sauf le respect de Kvelertak qui donne ici une performance plus qu'honorable, à ce moment du festival, le confort de la Warzone est plus attirant que la musique en elle-même. A en juger par l’énergie du public, venu en nombre, le succès est là, et il est mérité. Moralité : ne jamais prévoir de concert après Sunn o))), au risque de passer un moment désagréable et de ne pas profiter d’un bon groupe.

Photos : © 2016 NikolasE.
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements