Disturbed au Hellfest 2016

Samedi-19h30-Mainstage 2

Démesure professionnelle

Relativement peu représenté en cette édition 2016 du Hellfest, le néo metal voit tout de même l'un de ses plus beaux fers de lance se produire sur la Mainstage 2 en ce deuxième jour: Disturbed. Fort d'une solide réputation, tant sur scène que sur album, le quartet américain va proposer une prestation tout bonnement géniale et bourrée de surprises; un très grand moment de musique se prépare...

La mainstage 2 est fort bien embellie pour ce concert de Disturbed: un immense tapis noir, dans lequel sont incrustés des petits néons verts fluo, recouvre toute la scène. Cette dernière est surplombée par un immense panneau à l'effigie de la dernière production du groupe. Mais ce n'est pas sur un titre d'Immortalized que David Draiman et ses compères débarquent. En effet, le groupe démarre avec l'éponyme première piste du cultissime Ten Thousand Fists .

Draiman est très en voix et arbore un long trois quart noir (peut-être pour caché un peu la petite brioche qui s'est installée au fil des années ;)). Les fans les plus anciens tapent joyeusement dans leurs mains dès que le sample de "The Game", tiré de the Sickness, se fait entendre. La fosse est vraiment très réactive. Mais c'est bien sur la Mainstage 2 que l'énergie est la plus palpabe. Jon Moyer (Basse)  et Don Donegan (guitare) s'éclatent sur leurs instruments respectifs à coup de tapping et autres sympathiques cabrioles.

Mike Wengren (batterie) n'est pas en reste et c'est d'ailleurs lui qui ouvre le troisième titre. On reconnait enfin le beat d'une composition tiré d'Immortalized: "The Vengeful One". Un peu moins investi, car la majorité préfére peut-être les anciens titres, le public est tout même réceptif et profite d'un son très propre et équilibré.

Après avoir joué "Stupify", Disturbed surprend cette partie de l'assemblée en proposant une reprise de la très onirique "The Sound of Silence" signée Simon and Garfunkel, présente sur Immortalized, donc. Les instruments électriques laissent place à une guitare sèche, des timbales et des violoncelles pour l'interprétation de ce cover. Draiman est proprement hypnotisant et l'émotion est plus qu'omniprésente (j'oblige Kerry King à faire un bisou à Dave Mustaine à toute personne présente m'affirmant qu'elle n'a eu aucun frisson à ce moment).

A peine l'ovation et les remerciements terminés que l'intro du méga tube "Inside the Fire" se fait entendre et un bon gros circle pit est lancé. Disturbed prend du plaisir, le chanteur s'adresse très souvent à la fosse, notamment pour annoncer la venue sur scène de ses amis de Sixx: A.M.. Et ce sont donc DJ Ashba, Nikki Six et James Michael qui arrivent pour jouer "Shoot at the Devil" de Mötley Crüe. Très grand moment de plaisir ici encore.

Plus à une folie près, Draiman invite cette fois "une légende vivante" sur scène, et c'est donc... Glenn Hughes. Légende pour légende, l'intro de "Baba O'Riley" de The Who retentit et Hughes assure le chant avec brio accompagné par Draiman sur quelques passages. A peine les deux hommes se sont claqués une bise que la fosse hurle car elle entend le groove de basse de... "Killing In the Name". Le plaisir est à l'image du moment d'amitié et de musique que l'on vient de vivre: total. Le concert se termine sur "Down With the Sickness" dans une ambiance aussi chaleureuse qu'épique.

Que dire? Que dire après une telle démonstration? Que reprocher à Disturbed après cette heure de démesure? Certains anti-néo metal auront surement besoin de vomir pour la énième fois. Deux-trois ingés son improvisés diront "Oui, le son était bon, mais...". Les pros-objectivité maintiendront qu'on ne peut juger correctement un concert en festival. Les... Et puis merde.

Des musiciens totalement investis, des invités de marque, des reprises singulières, une setlist qui plait à tout le monde, un son très bon et une communication excellente, Disturbed a tout simplement livré une prestation parfaite. Point barre.

Setlist:

Ten Thousand Fists
The Game
The Vengeful One
Stupify
The Sound of Silence (reprise de Simon & Garfunkel)
Inside the Fire
The Light
Shout at the Devil (reprise de Mötley Crüe)
Baba O'Riley (reprise The Who)
Killing in the Name (reprise Rage Against the Machine)
Indestructible
Voices
Down With the Sickness

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements