Heaven Shall Burn au Hellfest 2016

Dimanche, 22h35 – Warzone
 

Notre périple au Hellfest approche de sa fin mais avant de tirer notre révérence à cette édition 2016, il nous reste notamment un arrêt à faire à la Warzone pour y voir les Allemands de Heaven Shall Burn. Un nom prémonitoire car le Hellfest, notre paradis à nous à définitivement brûlé au son du deathcore/death mélodique du combo.

Heaven Shall Burn, ce combo qui mélange habilement le deathcore et le death mélodique de sorte à se mettre dans la poche deux publics diamétralement opposés se produit ce soir sur la Warzone pendant qu'une partie de public se masse sur la Mainstage 2 pour assister à la prestation spéciale de Ghost. Mais les fans des Allemands sont bien présents et la Warzone est extrêmement remplie pour accueillir Marcus Bischoff (chant) et sa bande.

On commence sur les chapeaux de roues avec les canons qui envoient une pluie de confettis blanc sur le public avec ce premier morceau "Hunters Will Be Hunted" issu du dernier opus en date, Veto. Toujours fidèle à lui même Marcus Bischoff arbore une chemise – rouge pour cette fois – qui ne restera immaculée que quelques minutes le temps que la pyrotechnie fasse son apparition. Nous n'avions pas eu le droit à celle-ci lors du dernier passage parisien du combo en Décembre 2013 lors de la tournée avec Parkway Drive puisque le Cabaret Sauvage ne le permet pas, nous nous rattrapons donc ce soir et c'est absolument magique de vivre un concert avec ce genre d'effet sur la Warzone. On se prend à détourner les yeux de la scène pour se concentrer sur l'environnement et le public et en ressortir avec un immense sentiment de fierté.
 


Contrairement à la vaste majorité des groupes de la scène, Heaven Shall Burn se distingue par son incroyable professionalisme sur scène que ce soit dans l'énergie proposée mais aussi la justesse des musiciens. Nos amis anglais ont une expression pour cela « tight as fuck » et c'est exactement ce que l'on ressent ce soir d'autant plus que Marcus Bischoff est incroyable de justesse dans son chant.

La setlist est extrêmement équilibré avec trois titres chacuns pour Deaf To Our Prayers et Veto. Ainsi se succèdent "Land Of The Upright Ones", "Profane Believers" ou le titre éponyme du dernier opus en date. Du côté de la scène, on verra Maik Weichert (guitare) jouer avec le public pour lancer une ola qui fera bien rire tout le monde dans le public, un public qui en profitera un peu plus tard pour offrir trois circle-pit en même temps, du jamais vu depuis Avenged Sevenfold sur la Mainstage 2 en 2014 !

Le public sait que la fin approche quand commencent à retentir les premières notes de "Endzeit", tube par excellence des Allemands. Alors tout le monde lance ses dernières forces dans la bataille pour ne rien regretter par la suite et c'est une véritable communion qui s'instaure entre le sextet et le public de la Warzone. Une communion qui sera à nouveau récompensée par des confettis (rouge cette fois-ci) sur les derniers instants de "Of No Avail".

Après Walls Of Jericho deux heures plus tôt, c'est une nouvelle prestation incroyable auquel nous avons assisté sur la Warzone grâce à Heaven Shall Burn. Ovation mérité, chapeau bas annoncé.

Photographies : © Nicolas E. 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements