Corrosive Elements au Hellfest 2016

Dimanche – 10h30 – Altar


Pour le premier des derniers concerts du week-end sous l’Altar, c’est un groupe Français auquel nous avons le droit. Pas nés de la dernière pluie, Corrosive Elements existe depuis une dizaine d’années et compte un EP nommé Chaos Unleashed, mais surtout Toxic Waste Blues (dont vous pourrez lire la chronique ici), un album sorti fin 2015 qui vaut vraiment la peine d’être écouté.

Dès les premières notes, on sait tout de suite à quoi s’attendre ; du bon death metal oscillant entre technique, mélodique et thrash. La tâche d’ouvrir la journée n’est pas facile, pourtant Corrosive Elements est venu défendre son nouvel album, Toxic Waste Blues, de la meilleure manière possible, devant un public plus nombreux que prévu à cette heure si matinale sous l’Altar.

Corrosive elements, concert, hellfest, 2016, france, death metal

Yves Pene et Tarik Usciati (guitares) montrent une réelle maîtrise de leurs instruments et même si quelques solos seront un peu accrochés par quelques pépins, l’ensemble est excellent. Ce qui est frappant chez ces Parisiens, ce sont les rythmiques qu’on pourrait qualifier de «groove ‘n’ roll». C’est bien là leur gros point fort, cette qualité de composition que l’on retrouve telle quelle en live. Les morceaux sont bien interprétés et si le chant de Brice Moreau nécessite un temps d’adaptation sur CD, sur scène c’est tout autre chose. Il livre une performance vocale impeccable et distincte.

Corrosive elements, concert, hellfest, 2016, france, death metal

Nous n’avons pas les titres des morceaux joués, à part « Burn The Preachers » puisqu’il a été bien introduit par le groupe. Il en reste néanmoins un des morceaux les plus marquants du set de par son groove et cette qualité d’exécution. Le son est correct, il aurait pu être mieux réglé mais on ne va pas se plaindre vu la catastrophe sonore de certains autres groupes durant le week-end.

Corrosive elements, concert, hellfest, 2016, france, death metal

Corrosive Elements aura joué environ six morceaux qui ont le bénéfice de tous être de longs titres avoisinants les cinq minutes. Cela permet à Thomas Humbert de placer quelques ponts de basse très intéressants pour le style.

C’est du tout bon pour un groupe français dont on n’entend que peu parler dans les médias spécialisés. Et même si nous avions eu le temps de n’écouter que quelques fois Toxic Waste Blues avant notre déplacement au Hellfest, on se rend clairement compte que celui-ci a été parfaitement défendu. Ne vous privez pas d’aller écouter cette musique d’une telle qualité, vous risquez d’être aussi surpris que nous durant ce concert mené par un groove infernal. 

Corrosive elements, concert, hellfest, 2016, france, death metal

Photographies : © Thomas Orlanth 2016
Toute reproduction est interdite sans l’autorisation du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements