Twisted Sister au Hellfest 2016

Samedi – 23h00 – Mainstage 1
 

Jamais deux sans trois. Les membres de Twisted Sister appliquent ce précepte à la lettre, après leurs passages au Hellfest en 2010 et 2013, qui avaient déjà enflammé le public clissonais. Cette troisième venue sur les plus célèbres terres métalliques de France sera toutefois la dernière : suite au décès de leur batteur historique AJ Pero, les Twisted Sister ont en effet décidé de s’engager dans une tournée d’adieux en hommage à ce dernier. Avec Mike Portnoy derrière les fûts, c’est un set rempli de hits et de surprises inattendues que le combo américain nous a concocté pour marquer de leur empreinte cette édition 2016 du festival.

L’introduction du concert se fait sur fond d’images retraçant toute la carrière des Twisted Sister : retour quarante ans en arrière donc, avec coupes permanentées et peroxydées, et attirails flashy complètement barrés. Tout cela sur fond du "It’s A Long Way To The Top (If You Wanna Rock’n’Roll) " d’AC/DC. Classique, mais foutrement efficace ! La pression monte donc petit à petit, jusqu’à l’entrée explosive de Dee Snider et ses comparses sur scène, qui embrayent sur "What You Don't Know (Sure Can Hurt You)".

Fort logiquement, le contexte de festival couplé à celui de tournée d’adieux conduit à un set bourré de hits, et la formule ne pourrait être plus efficace. La communion avec le public est rapidement totale, et facilitée par les refrains accrocheurs et connus par tous de "The Kids Are Back", "Burn In Hell" et autres "I Believe In Rock’n’Roll". Les fans donnent de la voix jusqu’aux bars enflammés du Hellfest, et répondent aux moindres invectives du frontman.

Les autres membres du groupe ne sont pas en reste, et assurent le show comme à leur habitude, avec un jeu carré à l’extrême. Bien sûr, c'est le cas à chaque apparition des Sœurs Tordues sur une scène. Mention spéciale au bassiste Mark Mendoza, dont le jeu brutal, percussif et visuellement scotchant est toujours un plaisir inégalé. Derrière les fûts, le monstre Mike Portnoy sait assurer tout en s’effaçant derrière le groupe, et il sait aussi alléger son jeu pour ne pas dénaturer les compositions de ses comparses : un exemple de polyvalence et d’adaptabilité !

Les inénarrables "We’re Not Gonna Take It" et "I Wanna Rock" sont comme prévu d’énormes moments d’échange et de participation du public, avec un refrain a cappella repris par tous, et parfaitement orchestré par un Snider impérial du début à la fin. Ce bonhomme est la définition même du frontman, tant le public lui mange dans la main.

On apprécie également beaucoup la présence de "The Price" au sein du concert, qui apporte une dose supplémentaire de mélodie, et donne une occasion de sortir briquets et mouchoirs au cœur de la nuit atlantique. Le show s’achèvera un peu plus tard avec "S.M.F. ", qui est longuement introduite par Dee Snider comme "le tout dernier morceau que joueront les Twisted Sister au Hellfest", non sans une petite pique à Judas Priest, dont les adieux ont été très temporaires. Pendant le final, le logo du groupe s’enflamme, comme s’il disparaissait par incinération : tout un symbole !

Mais la plus grosse surprise reste l’apparition d’un invité de marque. On l’avait croisé dans l’après-midi, ému au pied de la statue colossale de Lemmy : c’est Phil Campbell, guitariste émérite de Motörhead, qui rejoint les Américains sur la Mainstage 1. Dans un premier temps, c’est "Shoot ‘Em Down", titre de Twisted Sister favori de Campbell qui est joué, dans une version survitaminée. Puis, hors de question de louper l’occasion de rendre hommage au mythe Kilmister, qui s’est éteint fin 2015 : "Born To Raise Hell" est envoyé à fond les ballons pour ressusciter le temps d’un morceau l’énergie de Motörhead. Un moment d’anthologie qui donne des frissons et devient légende en deux temps trois mouvements.

Twisted Sister se retire sous une ovation amplement méritée, pour laisser place au feu d'artifice hommage à Lemmy, et ne reviendra plus à Clisson. Merci messieurs, le rock vous doit beaucoup ! Pour les retardataires, une dernière chance de saisir l’énergie du groupe sur scène aura lieu ce jeudi 14 juillet au festival Guitare En Scène, ou encore à l’Alcatraz Festival en août, pour nos amis belges. Ne les loupez pas, chaque minute de leurs prestations est un pur délice rock’n’roll !

Setlist :

What You Don't Know (Sure Can Hurt You)
The Kids Are Back
Burn in Hell
Destroyer
You Can't Stop Rock 'n' Roll
The Fire Still Burns
We're Not Gonna Take It
The Price
I Believe in Rock 'n' Roll
I Wanna Rock
Shoot 'Em Down (avec Phil Campbell)
Born to Raise Hell (reprise de Motörhead, avec Phil Campbell)
S.M.F.

 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements