Municipal Waste (+ Insanity Alert) au Divan du Monde (06.07.2016)

« Municipal Waste is gonna F*** you All ! »

Deux semaines après un concert dantesque au Hellfest, bien que trop court, les thrasheurs de Municipal Waste sont de retour à Paris. Si seulement une demi-heure avait été accordée aux Américains lors de leur passage à Clisson, c’est un set complet et tout en furie que le combo s’apprête à donner dans un Divan du Monde bien rempli pour l’occasion. En ouverture, le combo de thrash/crossover a embarqué avec lui Insanity Alert, groupe autrichien œuvrant dans la même veine, et qui n’a pas démérité, grâce à une bonne présence sur scène et un show plein d’énergie et d’humour.


Insanity Alert

Dès l’entrée sur scène du quatuor d’Insanity Alert, le ton est donné, avec en guise de backdrop la pochette de leur unique album éponyme. Heavy Kevy (chant) débarque sur les planches en camisole de force et se met à hurler dans le micro pour l’interprétation de « Glorious Thrash ». Comme pour la tête d’affiche du soir, les titres que jouent les Autrichiens sont courts mais directs et le public n’attend pas longtemps avant de transformer le Divan du Monde en piste de mosh.
L’ambiance est folle, bien aidée par les élucubrations scéniques du leader du groupe, qui tour à tour chausse des lunettes avec des yeux à ressort ou bien demande au public de se lâcher en levant simplement une pancarte indiquant « MOSH! ».

Insanity Alert, Thrash, Crossover, Divan du Monde, Report

Par chance, le son est relativement correct et même si le combo ne possède qu’un seul guitariste dans ses rangs, les riffs de Dave (guitare) sont acérés et parfaitement audibles.

Musicalement, le groupe s’en sort admirablement et si les titres sont courts, Insanity Alert mise sur le côté entrainant du thrash/crossover avec des morceaux d’une efficacité redoutable. « Fuck Global Warming and Smoke Marijuana ! ». Voilà comment Heavy Kevy annonce le bien nommé « Weedgrinder ». L’humour et le second degré sont toujours présents tout au long de ce set endiablé, notamment sur la fin. En effet, en guise de dernier titre, les Autrichiens nous proposent une reprise du « Run To the Hill » de Maiden, à leur sauce. Le titre est ainsi renommé « Run to the Pit » et joué à une cadence folle. « Run to the Pit Mosh for your Life » indique leur version d’Eddie the Head à l’aide d’une pancarte. Le public du Divan ne se fait pas prier et s’exécute dans une ambiance de feu.

Insanity Alert, Thrash, Crossover, Divan du Monde, metal,

Avec un set très court, Insanity Alert a réussi à chauffer l’audience de la salle parisienne, avec un style relativement proche de celui de Municipal Waste, mais également des compositions accrocheuses et une bonne dose d’autodérision. Une belle surprise que l’on espère revoir prochainement.

Insanity Alert, Thrash, Crossover, Metal, Divan du monde, garmonbozia,

Setlist Insanity Alert :

Glorious Thrash
Twist-off Betrayal
Pact with Satan
Crucified By Zombies
Zongo VS. Eyeball
Alcohol (Gang Green Cover)
The Claw (of all that is Evil)
F.U.N
Weedgrinder
Blunt in Blunt Out
Confessions of a Crabman
Desinfektor
Macaroni Maniac
Arac Attack
Run to the Pit


Divan du monde, Insanity, Alert, Thrash, Crossover, Metal, Garmonbozia

Municipal Waste

Après avoir terminé leur set au Hellfest de façon prématurée (l’organisation a coupé la sono du groupe alors que ce dernier s’apprêtait à jouer un autre morceau malgré un temps de jeu dépassé), beaucoup attendaient ce concert de Municipal Waste avec impatience. En résulte une salle pleine à craquer qui ne s’économise pas dès les premières notes d’  « Unleash the Bastards ». Tony Foresta débarque avec ses compagnons d’armes et c’est parti pour une heure pendant laquelle les slammers vont pouvoir s’en donner à cœur joie.

Municipal Waste, Metal, Thrash, Crossover, Divan du monde, Garmonbozia,

On le sait, Municipal Waste est d’une efficacité redoutable en live, bien aidé à chaque prestation par un public investi. Le concert du soir ne déroge pas à la règle et il est parfois difficile de distinguer les musiciens des spectateurs, tant ceux-ci sont nombreux sur scène pendant l’intégralité du concert.
Avec un set bien plus long qu’au Hellfest, Municipal Waste en profite pour faire la part belle à son album culte, The Art of Partying, en interprétant pas moins de neuf extraits de cet opus. Ce concert est également l’occasion de se rendre compte de la bonne intégration de Nick Poulos (guitare) comme second six-cordiste. Le groupe gagne en puissance sonore, sans pour autant perdre en efficacité ni en précision. Il faut dire que Ryan Waste (guitare) et Nick Poulos se complètent parfaitement, les deux ayant l’habitude de jouer ensemble dans d’autres formations.

Thrash, Metal, Garmonbozia, Municipal Waste, Crossover,

Les titres s’enchainent à vitesse grand V (avec deux minutes en moyenne par morceau, comment aurait-il pu en être autrement ?) mais on apprécie toujours autant les classiques tels que « Thrashing’s My Business…and Business is Good » ou « Beer Pressure ». Mais avec leur backdrop à l’effigie de Donald Trump, c’est bien entendu l’enchaînement « I Want to Kill the President » et « I Want to Kill Donald Trump » qui recueille un franc succès. D’ailleurs, une bonne partie du public en a profité pour se procurer le fameux t-shirt « Donald Trump » et l’arbore fièrement pendant le morceau.

Municipal Waste, Tony Foresta, Metal, Thrash, Crossover, Divan du Monde,

Tantôt potache, tantôt politisé, le combo aborde tous les sujets, à l’image de Tony Foresta qui réalise une très grande prestation en vociférant dans le micro pendant une heure, quel que soit le thème abordé. Au moment où le combo s’éclipse pour le rappel, nombreux sont les spectateurs à n’avoir pas vu le temps filer, pris dans l’ambiance festive. C’est en scandant « Municipal Waste is Gonna Fuck You All » que les musiciens réinvestissent la scène pour seulement trois titres, qui vont mettre le public à genoux. En effet, quoi de mieux que trois extraits de The Art of Partying pour clore les débats ? « Chemically Altered » voit les derniers téméraires slammer et mosher malgré la température très élevée dans la salle.

Metal, Thrash, Crossover, Divan du Monde, Municipal Waste, Garmonbozia, Report,

Si Municipal Waste est toujours une valeur sûre en live, il faut reconnaître que l’engagement de ses fans y est pour beaucoup. Fidèle à sa réputation, le combo de Richmond a mis les points sur les i et est venu finir ce qu’il avait commencé à Clisson quelques jours plus tôt.

Setlist Municipal Waste

Intro
Unleash the Bastards
Mind Eraser
You’re Cut Off
Blood Drive
Accelerated Vision
The Thrashin’ of the Christ
Beer Pressure
Thrashing’s My Business…and Business is Good
The Inebriator
Toxic Revolution
Black Ice
I Want to Kill the President
I Want to Kill Donald Trump
Wrong Answer
Terror Shark
Bangover
Slime and Punishment
Substitute Creature
Headbanger Face Rip
Sadistic Magician
Born to Party

Rappel :

Chemically Altered
Pre-Game
The Art of Partying

Municipal Waste, Thrash, Crossover, Tony Foresta, Garmonbozia, Divan du Monde

Un grand merci à Fred Chouesne et Garmonbozia
Photographies : © Régis Peylet 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements