Ghost au Hellfest 2016

Dimanche - 22h05 – Mainstage 2

Trois ans après avoir foulé la mainstage du Hellfest et avoir été propulsé tête d’affiche du dimanche à la dernière minute, Ghost est de retour pour ce que le groupe avait annoncé comme étant un special show. La curiosité des fans piquée au vif, cela ajouté à la popularité des Suédois qui ne cesse de grimper depuis leurs dates françaises en tête d’affiche cet hiver, le public se masse logiquement en nombre devant la Mainstage 2 pour assister à la grande messe.

Avant le début du concert, la sono plonge le festival dans l’ambiance quasiment religieuse caractéristique des shows de Ghost avec le morceau « Masked Ball », mais dès l’entrée en scène des Nameless Ghouls sur « Spirit », le public devient comme fou. Ce titre issu de Meliora est désormais un classique de la formation masquée. Papa Emeritus III entre en scène à son tour, coiffé de sa mitre et entame les paroles du titre, vite repris en chœur par les festivaliers qui semblent connaître la moindre note par cœur.

Ghost, Papa Emeritus, Hellfest, Mainstage, Nameless Ghoul, Metal,

Dès le début du set, Papa Emeritus est encore plus bavard qu’à l’accoutumée et fait preuve d’un réel enthousiasme à se produire une troisième fois au Hellfest. Bavard, le leader du groupe l’est assurément, et on ne peut s’empêcher de regretter autant de discours alors que les Suédois ne disposent que d’une heure de jeu. D’autant plus que les tubes sont légions dans la discographie du combo et que de ce fait, nombreux seront ceux qui ne seront pas interprétés (« Per Aspera Ad Inferi » est l’un des grands manquants du set, tout comme les titres du premier Opus Eponymous, absents de la setlist).

Ghost, Nameless Ghoul, Papa Emeritus, Hellfest,

Avouons-le, le début du set ressemble à s’y méprendre à la tournée que Ghost a donné chez nous cet hiver, avec une succession de titres issus de Meliora (« Cirice » et « From the Pinnacle to the Pit » toujours aussi efficaces) et Infestissumam (« Year Zero »). Point de special show sur cette première demi-heure à l’exception de « Body and Blood ». Sur ce titre, les festivaliers peuvent voir débarquer sur scène une armée de nonnes, les Sisters of Sin, venues distribuer hosties et calices pour les premiers rangs.

Papa Emeritus profite de l’interlude instrumental « Devil Church » pour s’éclipser et enfiler sa tenue plus décontractée. Volubile, le leader l’est encore et toujours, quelle que soit sa tenue. Mais vocalement, il est toujours au top, d’autant plus qu’il était attendu au tournant après sa prestation sous le coup d’un rhume au Download la semaine précédente. Son charisme naturel fait également beaucoup dans l’appréciation du concert, notamment lors de ses échanges avec le public, son accent maniéré forcé collant parfaitement à la peau du personnage. De plus, le son est irréprochable au cours de l’intégralité du concert, bien équilibré et restaurant fidèlement les parties instrumentales, notamment sur « He Is » de toute beauté, dont le refrain éthéré est repris par les festivaliers

Ghost, Hellfest, Nameless Ghoul, Papa Emeritus,

Les Ghoules Anonymes font également le show, parvenant sans difficulté à remplir l’espace de la scène. Alors que le temps file à vitesse grand V, les festivaliers, bien que totalement investis dans le concert, se demandent ce que les Suédois vont proposer de nouveau car pour un special show, on peut s’attendre à un peu mieux de la part du groupe. C’est alors que résonne « Mummy Dust », l’un des titres les plus pêchus de la discographie de Ghost qui recueille d’ailleurs de belles acclamations, en raison des riffs de guitare bien interprétés, ainsi que par la pluie de billets estampillés Papa Emeritus qui s’abat sur Clisson. De plus, au moment de présenter le dernier titre, « Monstrance Clock », une « célébration de l’orgasme féminin » selon le leader, les Sisters of Sin déjà entrevues sont de retour dans le pit photo pour distribuer des préservatifs à l’effigie du combo suédois. Mais le clou du spectacle retentit au moment du final où une chorale d’enfants de la ville de Clisson monte sur scène pour chanter a cappella les derniers vers du titre : « Come Together, Together as One, Come Together To Lucifer’s son ». Frissons garantis, d’autant plus qu’au même instant un feu d’artifice retentit dans le ciel de Clisson.

Papa Emeritus, Ghost, Ghoul, Mainstage, Hellfest, Metal,

Si niveau pyrotechnie, Ghost est loin d’un Kiss ou d’un Rammstein, il faut reconnaître que proposer ce genre de surprise au cours d’un set d’une heure, cela est fort appréciable. Cependant, on pourrait être légèrement déçu de l’aspect special show, car tel qu’il était annoncé par le groupe, on imaginait quelque chose d’encore plus grandiose, mais Ghost a délivré une prestation parfaite une fois de plus, bien que trop courte. Etant donné le nombre de tubes à l’actif des Suédois, on aurait bien vu le combo jouer facilement une demi-heure de plus. Peut-être pour une prochaine prestation en tête d’affiche au Hellfest ? Il n’y a aucun doute, c’est désormais la place qui leur revient pour les années à venir.

Ghost, Papa Emeritus, Ghoul, Metal, Mainstage, Hellfest,

Setlist Ghost :

Spirit
From the Pinnacle to the pit
Body and Blood
Devil Church
Cirice
Year Zero
Spöksonat
He Is
Absolution
Mummy Dust
Monstrance Clock

Ghoul, Papa Emeritus, Ghost, Metal, Hellfest, Mainstage,

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements