Tremonti au Hellfest 2016

Vendredi – 1h30 – Valley


Tremonti sous la Valley, à une heure aussi tardive, c’est sûrement quelque chose que vous ne reverrez jamais au Hellfest. D’une part parce que cette scène n’est pas du tout adaptée à la musique du groupe mais surtout parce que ce n’était pas du tout censé se passer de cette manière. Voici donc un petit retour sur ce concert annulé puis reprogrammé treize heures après l’horaire prévu initialement.

Vendredi matin, on file à l’espace presse pour raconter le merveilleux premier concert que l’on a vu, lorsque l’on tombe sur une affiche « Tremonti annulé ». Après quelques questions posées, il s’avère, qu’à cause de soucis de logistique, les Américains étaient bloqués aux Pays-Bas après leur concert de la veille. Ce n’est quand même pas de chance d’être coincé dans un aéroport, à quelques heures de se produire sur la grosse scène d’un des plus importants festivals européens.

Il nous a bien fallu quelques heures pour nous remettre de cette déception. Après l’incroyable concert qu’ils ont donné au Download Festival à Paris, on ne pouvait pas rater ce live. Et bien par chance, une fois remis de nos émotions, l’organisation du Hellfest annonce que le concert est reprogrammé !

Par chance, finalement pas sûr… Le concert initialement prévu sur la Mainstage 1 est déplacé sous la Valley en même temps que les concert de The Offspring, Abbath et Kvelertak, tard dans la soirée. Quelques doutes apparaissent quant à ce genre de musique jouée sous la Valley, mais soit, on s’y rend quand-même et nous allons voir ce que ça donne.

Dès les premières notes la déception est grande. C’est comme un brouhaha qui nous explose en pleine figure. Le son n’est pas net et distinct, les instruments se mélangent et la voix est effacée par la sur-présence de basse, grosse caisse et les riffs graves et rapides des morceaux. A la limite, le pont en guitare clean et solo de basse sur « Cauterize » était à peu près audible, ce qui est déjà pas mal.

On connaît la musique de Tremonti, on connaît la qualité du jeu de Mark, on sait aussi qu’il n’est pas accompagné par des manches à pelles. Ce concert sur la Mainstage, même avec le mauvais son auquel on a eu le droit tout le week-end, aurait été d’une bien meilleure qualité. Bien entendu, ni le groupe ni l’organisation ne peuvent être désignés comme les coupables d’une telle horreur. C’est déjà génial que le groupe ait accepté de jouer son set quand-même, si tard le soir, après une longue et fatigante journée de voyage. Le Hellfest quant à lui a fait ce qu’il a pu pour permettre au groupe de finalement se produire sur les planches d’une de ses scènes. Dommage que la Warzone était déjà occupée à ce moment, sinon le concert aurait été parfait là-bas.

Il nous sera même très difficile de parler des morceaux joués puisque même en les connaissant, il était très compliqué de les reconnaître. La Valley est une scène qui a pour habitude d’accueillir tout ce qui est stoner, sludge, doom et psychédélique alors est-ce que cela expliquerait l’incapacité des ingénieurs du son à régler le tout pour la musique de Tremonti ? C’est comme si certaines fréquences disparaissaient, notamment avec la non audibilité du chant tout au long du set.

On se doutait bien que quelque chose n’allait pas de toute manière puisque le concert a commencé avec plus de vingt minutes de retard. Et justement, c’est là où malgré les problèmes de son, le groupe a fait fort. Ils n’ont pas raccourci leur set comme l’ont fait d’autres groupes ce week-end à cause de leur retard. L’intégralité de la setlist prévue a bien été jouée. Et là, le groupe fait encore une fois preuve de professionnalisme et cela se retrouve dans sa setlist. Sur dix morceaux présentés, seulement trois sont tirés de Dust, le dernier album, sorti en avril, à savoir « My Last Mistake », « Catching The Fire » et « Betray Me ». Tout le reste est tiré de All I Was et Cauterize, beaucoup plus connus par le public à l’heure actuelle.

En bref, c’était bien d’avoir la chance de voir Tremonti sur scène après l’annulation du matin, ça aurait pu être mieux si la fête n’avait pas été gâchée par un affreux son. Malgré tout, c’est un concert qui fait plaisir, parce que l’on voit que certains groupes en veulent vraiment et sont prêts à faire de gros efforts et des concessions pour satisfaire au mieux leur public et leurs fans. On ne peut que tirer notre chapeau au groupe d’avoir tenu sa place lors de cette édition 2016 du Hellfest, alors que c’était très mal parti. 

Photographies : © Nicolas Gricourt © 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements