Sabaton – The Last Stand

War inside my head


Sabaton est le genre de groupe que rien ni personne n’arrête. Constamment sur la route autour du monde, le combo suédois trouve malgré tout le temps de nous proposer un nouvel album tous les deux ans. Certains pourraient penser que ce rythme effréné risque d’avoir un impact négatif sur la qualité du travail du groupe. Verdict.

Commençons par nous arrêter sur la durée de ce huitième album qui ne dépasse pas les 36 minutes (à quelques secondes près, exactement la même durée que son grand frère Heroes). On peut apprécier que Sabaton n’essaye donc pas d’en faire trop en gavant son nouvel opus de titres de remplissage… À condition que les dix titres (plus une intro) présents soient à la hauteur…

Nous démarrons donc notre écoute avec "Sparta", probablement le titre le plus cinématographique de la carrière du quintet, qui attire l’auditeur à gros coup de claviers et de chœurs guerriers, le tout marqué par ce son qui ne change plus depuis des années et qui fait une partie de l’identité de Sabaton. Un début plutôt enthousiasmant, mais la joie est de courte durée puisque juste après arrive le maladroit "Last Dying Breath", banal au possible puis le single "Blood Of Bannockburn" révélé il y a quelques semaines qui, bien que tentant des choses nouvelles avec ses sons de cornemuses et son solo d’orgue Hammond ne soulève pas notre enthousiasme outre mesure…

Et ce n’est pas "The Lost Battalion" qui va relever le niveau. Le titre ne manquant pas de puissance dans ses chœurs tourne malheureusement bien trop en rond et se permet même de reprendre la mélodie de l’excellent "Hearts Of Iron" de l’album précédent. L’intro "Diary Of An Unknown Soldier" servant à renforcer l’ambiance du morceau et narrée par Jon Schaffer (oui, celui de Iced Earth) est, elle, assez sympa à défaut d’être réellement transcendante. Heureusement, le niveau remonte d’un sacré cran grâce à "Rorke’s Drift" (et son duel de guitares en Thobbe Englund et Chris Rörland) dont l’intro et le son général rappellent le Sabaton de l’époque Primo Victoria ("Into the Fire" nous venant immanquablement en table à l’écoute des guitares). Ce titre plaira invariablement aux plus vieux fans de la formation.



Juste après cette petite madeleine de Proust, vient le plat de résistance, avec le morceau titre de l’album, à grands coups de chœurs ultra épiques et de refrain accrocheur à souhait qui fera certainement sauter les foules du monde entier en concert. Voilà le véritable tube de l’opus, sans aucun doute possible !

Passons sur un "Hill 3234" trop vite oubliable pour arriver à "Shiroyama", titre plutôt rapide au refrain efficace qui, à défaut de révolutionner le son du groupe, promet de bien marcher en condition live. Vient ensuite "Winged Hussars", un morceau avec de très bons couplets malheureusement gâché par un refrain basique et un brin irritant. Cette compo n’aurait cependant pas dépareillé sur The Art Of War (à tel point que les claviers rappellent un peu trop ceux du morceau titre de l’album de 2008). L’album se finit avec le bien nommé "The Last Battle", très enthousiasmant bien que trop vite oubliable.

A noter que sur les différentes éditions limitées, on peut trouver trois reprises (plutôt anecdotiques): "All Guns Blazing" de Judas Priest, "Afraid To Shoot Strangers" d'Iron Maiden et le plus surprenant "Camouflage" de Stan Ridgway.

En résumé, The Last Stand est très loin d’être le meilleur album du combo suédois. Trop peu de titres marquants et beaucoup trop de sensations de déjà entendu. À croire qu’une pause ferait du bien à l’énergie créatrice de Joakim Brodén (chant), principal compositeur du groupe, tant cet album sent le réchauffé de partout. Cet opus n’est pas foncièrement mauvais, il est juste décevant quand on connait le potentiel de Sabaton. Attendons maintenant la tournée pour voir comment ces nouvelles compos rendront en condition live, là où le quintet révèle toute l’étendue de son art.

6/10

NOTE DE L'AUTEUR : 6 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements