Sodom – Decision Day

Trois ans après le violent Epitome of Torture, Sodom marque son retour sur le devant de la scène avec la sortie de leur 14ème album intitulé Decision Day. Un album dans la continuité de ce que propose le combo allemand depuis déjà plusieurs années. A savoir un savant mélange de thrash old school très porté sur la mélodie tout en conservant un degré de brutalité à un niveau élevé.

Avant de s’attaquer à ce gros morceau qu’est Decision Day, attardons nous quelques instants sur le groupe en lui même. Depuis la création du groupe en 1982, le combo allemand est un acteur majeur de la scène thrash allemande aux côtés de Kreator et Tankard. Le groupe se dinstingue principalement par une musique très rapide et des vocaux presque death. Le groupe a su rapidement marquer les esprits avec des albums comme Persecution Mania, mais surtout Agent Orange qui est encore aujourd’hui un véritable monument du thrash teuton.

La musique de Sodom a évolué au fur et à mesure des années, passant du son thrash pur et dur à une musique un peu plus calme et avec des touches mélodiques. C’est désormais la patte Sodom, un peu comme ses compatriotes de Kreator (particulièrement sur leur dernier album en date), qui n’hésite pas à se réinventer, à explorer d’autres horizons, faisant au passage râler les fans puristes mais conservant toujours en tête son besoin de créer une musique brutale aussi bien musicalement que lyriquement parlant.


 

Avec l’annonce de Decision Day, Angelripper et sa bande, ont tapé là où il fallait avec un teasing discret mais efficace sur plusieurs mois, sortant tout d’abord en 2014 un premier EP du nom de Sacred Warpath, et également nom d'un morceau que l’on retrouvera deux ans plus tard sur Decision Day et un peu plus récemment, "Caligula" qui aura rassuré les fans sur les intentions de Sodom. Au niveau de la communication, le groupe n’est plus débutant et sait facilement créer l'engouement autour de leur production sur plusieurs années.

C’est avec "In Retribution" que la galette prend son envol, comme à son habitude et ce depuis toujours la fameuse introduction à la guitare est de la partie, mélodieuse et inquiétante, elle pose les bases d’une ambiance qui se tiendra tout au long des cinquante et une minutes que dure l’album. Ce premier titre est entraînant et dans la droite lignée d’un Epitome of Torture mais c’est avec "Rolling Thunder" que Sodom réussit un nouveau tour de force. Le morceau est empreint de brutalité, les riffs de batterie transpirent le bon vieux thrash à l’ancienne. C’est bien simple Markus Freiwald effectue un sans faute, il tambourine toujours au bon moment, ses riffs sont d’une parfaite justesse. C’est d’autant plus frappant sur un morceau comme "Rolling Thunder" qui démarre au quart de tour et qui dévoile son potentiel au fur et à mesure que les secondes défilent. La fin est, quant à elle, plus lente et une fois de plus Makka trouve le juste milieu en s'effaçant pour laisser plus de place aux riffs de guitare. Assurément un des grands moments de Decision Day.

 

On passera rapidement sur "Vaginal Born Evil", titre encore une fois thrash à souhait et très bien composé. L’occasion de parler de Bernemann qui fournit un travail exemplaire sur la guitare avec des riffs thrashy à souhait et mélodiques à la fois. Les solos sont aussi très travaillés et se retiennent très facilement, si bien qu’on revient sur certaines pistes juste pour entendre ces solos dont les envolées sont parfois épiques.

Angelripper nous a habitué depuis 30 ans à un chant crié caractéristique et indissociable du groupe. Sa voix ne change pas d’un iota et avec les années il l’améliore avec des parties de chant aux multiples variations. Tom n’est pas qu’un crieur, il chante et le fait très bien. Le songwriting est aussi important que la musique, ici il est donc question du D-Day, l’album est donc principalement tourné vers le sujet de la guerre mais pas que ; la cruauté envers les animaux, et l'empereur romain Caligula. Beaucoup de sujets sont donc abordés et il serait dommage de passer à côté un tel travail de recherches.

Sodom continue sur sa lancée en incluant toutefois plus de passages thrashs que sur In War and Pieces et Epitome of Torture mais en gardant sa ligne de conduite qui fait que Sodom est et reste un groupe unique avec une personnalité propre. On peut clairement affirmer que Sodom n’est pas qu’un groupe de thrash, il a forgé son propre style et continue de le paufiner. Sans être le meilleur de leur longue discographie, on peut aisément le placer dans le top 5. A acquérir les yeux fermés !

 

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements