DOSSIER : Motocultor 2016

DOSSIER : MOTOCULTOR 2016

* par le staff de la Grosse Radio*

La neuvième édition du Motocultor achevée, il est l’heure de faire le bilan. Souvent considéré comme un festival metal plus « roots » et moins bien organisé que son grand frère le Hellfest, l’organisation a pu montrer qu’ils étaient capable de redresser la barre. En effet, l’édition 2016 a été un grand cru, avec une affiche alléchante. Les groupes les plus populaires, tels que Testament, Children of Bodom ou encore Soulfly ont côtoyé des artistes dits « de niche », comme Neurosis, Vektor, Cult of Luna ou encore Shining.

De même, la scène française a été très bien représentée avec d’incroyables prestations de la part d’Atlantis Chronicles, Hypno5e, Agressor ou encore Black Bomb A, pour n’en citer qu’une poignée. L’organisation a également su satisfaire l’appétit des amateurs de metal, proposant une affiche poussée à la fois en death metal (Obscura, Dying Fetus, Recueil Morbide), en black metal (Regarde les hommes Tomber, Mayhem, Moonreich), en hardcore (Agnostic Front, Black Bomb A), en thrash (Vektor, Lost Society, Testament) et même en post-metal (Shining, Cult of Luna, Neurosis).

Ambiance, metal, motocultor, festival, death, black, slam

Côté restauration, si les années précédentes avaient été souvent synonymes d’attente et de problèmes de ravitaillement en nourriture, les festivaliers ont pu constater un gros effort de ce côté, avec des bénévoles souriants et rarement dépassés par les événements. Le seul cafouillage provient de la file d’attente et du retard à l’entrée du site le vendredi, le tout sous une pluie battante, ainsi que l’absence de Running order imprimés, suite à un prestataire qui n’a pas fait son travail.

Mais la plus grosse innovation de la part de l’organisation a été de prévoir deux scènes couvertes, bien utiles en cette matinée du vendredi alors que la pluie était relativement forte. Cela a permis d’éviter que le site ne soit un véritable champ de boue et une zone de guerre comme le Wacken de cette année. De même, on a apprécié la petite scène de la Supositor, a l’ambiance plus intimiste, avec sa pente douce permettant d’assister aux concerts avec une visibilité optimale.
De même, le camping proche du festival et agrandi par rapport aux années précédentes est un gros plus, puisque cela évite les longues marches pour rejoindre sa tente, après une journée de concerts. 

La fréquentation du site a néanmoins été légerement déficitaire par rapport à l’année précédente, puisque 20 000 personnes se sont succédé sur les trois jours, contre 22 000 l’année passée. Le festival garde ainsi son échelle « à taille humaine » et son esprit convivial. Mais si l’équipe organisatrice a précisé la tenue d’une dixième édition, rien n’est encore sûr pour qu’elle prenne place en 2017, l’organisation devant trouver de nouveaux investisseurs, la faute à des subventions quasiment inexistantes.

Ambiance, festival, metal, motocultor, bretagne, bière, foule, slam

Nous adressons enfin tous nos remerciements à l’équipe organisatrice et aux bénévoles qui ont assuré un travail titanesque et saluons également nos confrères journalistes croisés pendant ces trois jours. Nous espérons que la 10ème édition aura lieu très rapidement. 

Quoi qu’il en soit, avec une belle édition comme celle-ci, on espère que le festival pourra se pérenniser et attirer toujours plus de festivaliers. On vous donne rendez-vous pour la dixième, quelle que soit la date, nous serons là !

Retrouvez ci-dessous les liens vers nos reports pour les trois journées du festival !

Motocultor 2016 Jour 1 
Motocultor 2016 Jour 2
Motocultor 2016 Jour 3

Photographies © Tiphaine Zanutto 2016
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe.
La Grosse Radio remercie tous les photographes ayant proposé leurs clichés pour illustrer ce dossier et les trois live reports.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements