Behemoth (+ Mgla – Secrets Of The Moon) au Transbordeur, Lyon (28.10.16)

Après Rennes et Toulouse, Behemoth, Mgla et Secrets Of the Moon font escale au Transbordeur à Lyon le temps d’une soirée, dans le cadre de la tournée Europe Blasfemia Part II.


Secrets Of The Moon
 

Le groupe allemand Secrets Of The Moon entre sur scène, pour transmettre son doom teinté de black à une salle qui, premier groupe de la soirée oblige, est un peu dispersée.

SOTM

Le groupe commence par « Hole », un titre issu de son album Sun paru en 2015. Le son est clair et envoûtant, lourd et hypnotisant. Même si musicalement nous sommes à l’opposé du black qui va nous être proposé plus tard dans la soirée, les Allemands, avec leurs longues parties instrumentales, assurent une bonne introduction pour ce qui va suivre.

secrets of the moon

Le set dure environ une heure, le son est précis et le show très méticuleusement exécuté. Au final, la longueur des morceaux fait que seulement six titres vont sont joués. 

On est plongés instantanément dans une atmosphère mélancolique, brumeuse et occulte. Les riffs proposés sont lancinants et puissants, et même si au niveau du public tout le monde n’est pas forcément réceptif, Secrets of the Moon assure son set avec élégance. 

Setlist :
Hole
Dirty Black
Seven Bells
Here Lies the Sun
Man Behind the Sun
Lucifer Speaks

MGLA


Le public commence à se faire plus fourni, et les Polonais de Mgla, cagoulés et vêtus de leurs perfectos noirs, démarrent leur set. L’ambiance est très minimaliste, tout est parfaitement millimétré et soigné. Les musiciens ne bougent presque pas de leurs places respectives, la mise en scène répond volontairement aux abonnés absents. Le ton est donné, et aucune communication ne sera tentée avec le public.
 

Mgla


C'est par le morceau "Further Down The Nest I" de l'album du même nom datant de 2007 que Mgla entre en action. Riffs féroces et chant menaçant sont de mise, le tout accompli avec une technique impressionnante et très consciencieuse.

mgla2

Même si aucune parole n’est adressée au public, la salle semble conquise devant la prestation des  Européens de l’est, et même fascinée devant cette musique aussi brutale que recherchée.

Setlist :
Further Down the Nest I
Exercises in Futility I
MdŠ‚oŠ›ci I
With Hearts Toward None I (
Exercises in Futility II
Groza II
With Hearts Toward None VII
Exercises in Futility VI 


Behemoth


La salle est remplie lorsque la lumière commence à s’assombrir et que de la fumée avec de l’encens est diffusée dans le public. Tout s’éteint et Behemoth débarque sur scène, avec un Nergal majestueux en prêtre satanique tenant des torches en feu, le tout dos au public. Les premières notes de « Blow Your Trumpets Gabriel » retentissent, la messe noire peut commencer.  Le quartet va jouer « The Satanist » dans son intégralité et dans l’ordre, ce qui n’est une surprise pour personne mais ravit absolument tout le monde.

Behemoth

Les jeux de lumière sont impeccables, et la mise en scène participe à l’atmosphère sombre que dégage le concert, avec des socles de micros massifs et imposants, à l’image du groupe et de sa musique. Le son brutal accompagné de mélodies dérangeantes voir malsaines colle parfaitement avec le décor, et donne bien l’impression de participer à une messe satanique (à côté, Ghost, c’est la Compagnie Créole). 

Cette mise en scène donne d'ailleurs un nouvel éclairage sur les morceaux de The Satanist, et les sublime même, leur donnant plus de profondeur et plus de relief que sur l’album studio.

behemoth2

Les membres du groupe alternent entre jeu dans l’ombre au fond de la scène et véritable show à quelques centimètres du public et des barrières. Orion (basse) en impose tant au niveau de son jeu que de son charisme, et nous surprend régulièrement en crachant de l’eau dans les airs. 

Inferno se targue d’un solo et d’un jeu général de batterie monumental, et Seth, moins démonstratif que ses confrères, nous impressionne sans sourciller dans des solos et des riffs vaillants.

Quant à Nergal, grand prêtre de cette cérémonie religieuse, il nous promène dans l’atmosphère du rituel, tantôt en agitant un encensoir, tantôt en distribuant des hosties sur "In The Absence Ov Light".

Behemoth

Un wall of death et quelques pogos plus tard, les Polonais de Behemoth reprendront des titres issus des très bons Evangelion et autres Demigod, toujours avec rage et regards incisifs.

Comme toutes les bonnes choses ont malheureusement une fin, le spectacle se termine en apothéose avec "Chant For Eschaton 2000", dernier morceau de l'album Satanica. Behemoth aura livré un set irréprochable et une performance impressionnante du début jusqu'à la fin. 

behemoth

Setlist :
Blow Your Trumpets Gabriel
Furor Divinus
Messe Noire
Ora Pro Nobis Lucifer
Amen
The Satanist
Ben Sahar
In the Absence ov Light
O Father O Satan O Sun
Ov Fire and the Void
 Conquer All
Pure Evil and Hate
At the Left Hand ov God
Slaves Shall Serve
Chant for Eschaton 2000

Behemothtransbo

”¨Que ce soit dans l’invitation dans un voyage occulte proposé par Secrets of the Moon, la brutalité de Mgla ou le show incroyable de Behemoth, c’est là encore une fois une très belle affiche proposée par Sounds Like Hell, qui ne cesse de nous surprendre avec des dates de qualité. 

Crédits photos:
Emilie Garcin - www.emiliegarcin.com
Ozirith - www.ozirith.com 

Toute reproduction interdite sans l'autorisation écrite du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements