Delain (+ Evergrey & Kobra and the Lotus) – Ninkasi Kao – 31/10/16

En cette soirée d’Halloween, les abords du Ninkasi ressemblent à une fête géante. La partie bar et restaurant du bâtiment accueille nombre d’animations pour l’occasion, et quelques personnes dans la file d’attente de la salle du Kao sont déguisées de sang, couteaux en travers de la tête ou de maquillage adéquat. Il est 18h40 lorsque les portes de la petite salle de concert s’ouvrent et la file est déjà bien longue dans la nuit déjà tombée, changement d’heure oblige. Pas de temps à perdre car à peine dix minutes se passent lorsque les premières notes de la bande à Kobra se font entendre, et plus de la moitié du public est encore dehors…

 

Kobra and the Lotus


Nous retrouvons donc Kobra un an après la tournée en première partie de Kamelot, et le passage à Paris. Le quatrième album Prevail est annoncé, nous aurons droit au nouveau single "Trigger Pulse" récemment dévoilé, et aux classiques comme "Soldier", "50 Shades of Evil" ou "Battle of Wrath".
 


Kobra Paige est évidemment le centre de l’attention tout au long des trente minutes du set. Vocalement, et même s’il faut être adepte de son timbre de voix proche d’un Bruce Dickinson version féminine, on ne peut pas reprocher grand-chose à la jolie blonde, qui n’a pas l’air d’avoir très froid. Toute sourire, très proche des premiers rangs avec de nombreuses attentions pour les fans les plus en avance, on passe un bon moment même si le style proposé par le groupe tourne un peu en rond. Toujours cette impression de ne pas retenir grand chose des titres qui se succèdent, on note tout de même un effort de mise en scène avec un peu plus de vie sur scène de la part des musiciens par rapport au dernier concert parisien.
 


La magie du numérique permet de s’affranchir d’ampli sur scène, et contrairement à Evergrey qui suivra, tous les instruments passent par la façade. Le son s’en retrouve contrôlé, plus clair mais avec beaucoup moins de présence et de puissance, première partie oblige ? Quelques fans de Kobra proches de la scène seront comblés par le spectacle déjà plus convaincant qu'il y a quelques mois, mais encore loin de pouvoir convaincre en tête d'affiche. Il est à peine 19h20 lorsque les Canadiens quittent la scène pour pouvoir préparer la suite...

Setlist :

Gotham
Battle of Wrath
Hold On
Soldier
Trigger Pulse
50 Shades of Evil

 

Evergrey


Quel bonheur de revoir enfin Evergrey en tournée en France ! Beaucoup de t-shirts à l'effigie du groupe sont présents dans le public et il n’y a aucun doute sur le fait que le sold-out de ce soir n’est pas étranger à leur présence. Sans avoir beaucoup plus de place que Kobra une fois leur matériel déployé, le groupe s’avance tranquillement dans la pénombre et sous les acclamations d’un public lyonnais un peu plus comprimé, mais prêt à les recevoir comme il se doit. Peu de décor puisqu’à part le clavier éventré type vintage éclairé de l'intérieur et les amplis guitare, rien ne dépasse autour du pied de micro du leader suédois géant.
 


Il aurait été dommage de ne pas commencer par le dernier album en date The Storm Within, et par le titre "Passing Through" qui représente une excellente entame pour les cinquante minutes à venir, avec de la grosse baffe au programme. Les premiers rangs adeptes de guitare sont aux anges, les amplis présents sur scène servant de retour aux musiciens couvrent allègrement la façade et transforment les morceaux. Ici, pas de distorsion sage et compressée, les vieux amplis à lampes font leur travail et les riffs en cordes à vide sonnent plus gras et plus fort que jamais !
 


Côté set-list, on pioche dans le meilleur avec "The Fire" et "King of Errors" de l’avant dernier album, "Broken Wings" de l’album Torn, "A Touch of Blessing" et "Black Undertow". Le dernier album représenté par "Passing Through" et "In Orbit" (sans Floor Jansen malheureusement) passe l’épreuve du live avec succès, Evergrey se concentre sur ses titres à gros riffs et fait mouche auprès des petits nouveaux. Tom Englund est très en voix, pour preuve le magistral "Leave It Behind Us" ébouriffant de puissance et de maîtrise, qui cloue sur place le public du Ninkasi… En voix et également de bonne humeur, Tom s’adressera souvent à la salle avec de nombreux échanges entre les morceaux, remarquant la présence de jeunes enfants dans la salle ("As-tu bien tes bouchons ?" demandera-t-il à une petite fille dans les premiers rangs qui secouait la tête à chaque chanson).
 


Le seul regret est le solo de guitare de quatre minutes avant les deux titres finaux qui n’apporte pas grand-chose, un titre de plus aurait eu notre préférence quitte à calmer la cadence. Evergrey quitte la scène sous une ovation générale du public lyonnais, public qui attendra comme nous, et avec impatience, une tournée en tête d’affiche pour reprendre une ration de heavy suédois à très gros riffs.

Set-list :

The Fire
Leave It Behind Us
Black Undertow
In Orbit
Broken Wings
Solo guitare
A Touch of Blessing
King of Errors

 

Delain


Changement de registre et place nette pour la tête d’affiche, il faut de l’espace pour le combo désormais à six membres. Le traditionnel soundcheck surprend le public patient devant la scène, l’évolution du son de Delain est déjà palpable tant les guitares seules sonnent bien plus violemment que ne laissent penser le style de base et les premiers albums. Le tournant metal pris par Delain depuis quelques temps ne s'essoufflera pas ce soir, c’est certain !
 


Le titre instrumental "The Monarch" sert d’introduction (et de final) au concert et permet aux musiciens de s’avancer chacun son tour sur scène dans une demi obscurité, histoire de faire monter la pression avant d'attaquer avec "Hands of Gold" extrait du dernier album. Backdrop simple, batterie et claviers surélevés de part et d’autres du fond de la scène avec un escalier central qui laisse tout l’avant scène disponible, deux plate-formes en bord de scène et un pied de micro lumineux composent le décor épuré de cette tournée de Delain. Pas d’ampli sur scène ni de retours amplifiés (tout le monde est équipé de retours intra), pour un contrôle du son idéal pour la façade (et donc moins de son pour les premiers rangs).
 


En attendant Charlotte, le public découvre la petite nouvelle derrière sa guitare, que vous avez déjà pu découvrir lors de leur date au Hellfest cet été, la jeune Merel Bechtold  accompagnera donc désormais  Timo  Somers pour des rythmiques renforcées et  quelques soli. Dès les premières notes et si vous étiez habitués aux anciens concerts de Delain, le son se retrouve renforcé avec l’arrivée de cette seconde guitare. La basse d’ Otto  Schimmelpenninck  recule dans le mix pour un rendu plus agressif axé sur les riffs de guitare, comme le d ernier album le laissait supposer. Un mot sur  Ruben  Israel à la batterie très à l'aise tout du long, avec un s tyle de jeu plutôt éloigné d'un batteur de metal classique. Un kit de batterie plutôt rétréci, casquette à l'envers et cymbales plates, il aurait pu jouer du jazz que cela n'aurait pas été si choquant. Mais voici que la reine de la soirée s’avance…
 


 Charlotte  Wessels, censée à  la base n’être qu’une des intervenantes du projet   Delain  , tient la corde depuis bien trop longtemps pour n’être considérée comme une simple invitée. Et quelle évolution ! Après des débuts prometteurs sur le premier album, Lucidity, cette soirée confirmera le rôle de la jolie Hollandaise en frontwoman de premier plan. Aidée par les choeurs saturés d’ Otto  ou clairs de Timo selon les titres, Charlotte tiendra de   main de maître l’ensemble du concert avec de nombreuses interventions, poses et petites attentions pour le public tout proche. Son chant versatile et très maîtrisé ne faillira pas sur la bonne vingtaine de morceaux prévus, et ses nombreuses interventions avec quelques mots en français participent à une véritable impression de proximité avec la salle.
 

 


Perché derrière ses claviers,  Martijn  Westerholt n’est pas en reste. Ici et dans l’intér êt des compositions, les claviers ainsi que les bandes son ne jouent pas au premier plan et restent cantonnés à de l’accompagnement. Le rendu live, à l’instar des dernières prestations de  Within  Temptation, reste vivant et énergique, détaché de cet aspect trop lisse et fade lorsque les bandes son prennent le dessus. Il n’empêche que le rôle du compositeur est essentiel, et ses musiciens montent le  voir à de nombreuses occasions pour headbanguer avec lui.
 


La liste des morceaux joués place Moonbathers en très bonne place (huit titres ce soir), avec un énorme best-of de titres anciens ou tous les albums sont représentés. Des pépites font leur retour comme "Pristine" et "Sleepwalkers Dream" de Lucidity, le toujours hargneux "Mother Machine" avec le sautillant "Get The Devil Out of Me" tirés de We Are The Others ou plus récemment avec l'album The Human Contradiction, les titres "Army Of Dolls" et "Here Come The Vultures". Delain pioche également dans ses hits accessibles plus 'pop' avec "April Rain", "Suckerpunch", "We Are The Others" ou "The Gathering".
 


Malgré une setlist longue de près de 18 morceaux, on ne s'ennuie pas tant le show est devenu maîtrisé. Les musiciens s'amusent (et cela se voit), vont chercher le public à la moindre occasion, sautent en rythme, headbanguent derrière de gros panaches de fumée ou sous une pluie de confettis durant ''The Gathering''... Beaucoup d'énergie qui fait plaisir à voir. Le groupe n'a pas parié sur beaucoup de technique scénique, mais l'essentiel est là et le public lyonnais réagit très bien au spectacle, se montrant très bruyant à chaque pause entre les titres. Les rappels ne durent pas devant tant d'insistance avec un retour sur ''Mother Machine'' très efficace, et un final dantesque avec ''We Are The Others''.

C'est une ovation qui explose lorsque Delain pose enfin les guitares pour le salut final, devant un public aux anges. Si les tournées précédentes étaient déjà convaincantes, le show actuel démontre enfin que Delain pose son style sans n'être qu'un second couteau dans le monde du metal symphonique, et la captation live prévue pour les dix ans du groupe sera sans aucun doute, à la hauteur des attentes...

Setlist:

The Monarch (sur bande)
Hands of Gold
Suckerpunch
The Glory and the Scum
Get the Devil Out of Me
Pendulum
Army of Dolls
The Hurricane
April Rain
Here Come the Vultures
Fire with Fire
Danse Macabre
Sleepwalkers Dream
Stay Forever
The Gathering
Pristine
Rappels:
Mother Machine
Don't Let Go
We Are the Others
The Monarch (sur bande)

Merci à K Production.

Crédit photo: Draksmoon Julie Warnier
Utilisation interdite sans accord du photographe.

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements