Amon Amarth (+ Grand Magus + Testament) au Casino de Paris (07.11.2016)

Affiche étonnante à première vue que celle de ce soir : avec ce mélange de heavy, de thrash et de death mélodique, le line-up peut laisser sceptique, mais le Casino de Paris nous réserve du lourd à tous les niveaux, et tous les fans en sortiront l’esprit léger. Si la salle accueille rarement des soirées typées metal, c’est bien dommage, car le cadre est somptueux, le son excellent, et l’ambiance électrique. On regrettera tout juste des tarifs consommation élevés, et une rapide pénurie de bière et d’espace vestiaire. Malgré ça, c’est bien au Casino qu’il fallait être ce 7 novembre !
 
 
 

Grand Magus
 

Toute personne qui découvre Grand Magus pour la première fois sur scène a la même réaction : "Attends, ils ne sont que trois ?". Et ce soir, ça ne loupe pas : le combo suédois nous accueille avec un son massif au possible, prêt à distribuer les mandales sonores par palettes de douze. Le batteur Ludwig « Ludde » Witt trône au milieu de la scène derrière ses fûts, tandis que côtés cour et jardin, on retrouve respectivement Fow Skinner et Janne Christoffersson.
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Ce dernier dégage une aura et un charisme qui participent beaucoup à la réussite du set, et alterne solos endiablés, riffs pachydermiques et entêtants, et enfin lignes vocales puissantes, sans jamais faiblir. La sonorisation frise la perfection, et on profite pleinement des moindres nuances de jeu de chacun des membres de Grand Magus.
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Le groupe pioche largement dans sa discographie, et seuls Iron Will et Hammer Of The North ont le privilège d’être représentés à deux reprises. Le set ainsi construit s’en trouve renforcé, et se révèle intense et sans temps mort. L’épique est au rendez-vous, et l’engagement des musiciens est récompensé par la réaction du public, notamment sur la fameuse ligne de guitare du final "Hammer Of The North", reprise a capela par la majeure partie du Casino. Le set ne dure qu’une grosse demi-heure, et c’est bien dommage, tant la qualité est au rendez-vous : on espère une tête d’affiche prochainement pour les Suédois, qu’on s’empressera d’aller applaudir !
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

 
Setlist :
I, The Jury
Sword of the Ocean
Varangian
Steel Versus Steel
Iron Will
Like the Oar Strikes the Water
Hammer Of The North

 

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016


 

Testament
 

Avec un nouvel album, Brotherhood Of The Snake, qui a énormément plu à la redaction, Testament était pour le moins très attendu ce soir. Certes, seuls trois titres de la nouvelle offrande ont pointé le bout de leur nez dans la setlist, et on regrette l’absence des coups de massue que sont "Born In A Rut" ou encore "Seven Seals", mais il faut l’admettre : Chuck Billy et sa bande ont frappé très fort ce soir.
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Pourtant, il y a de quoi être inquiet quand les musiciens entrent en scène pour ouvrir leur set avec le morceau éponyme de leur nouveau disque, et que le son est plus que médiocre : les guitares et la batterie se mêlent dans une espèce de bouillie informe, ce qui ne présage rien de bon. Et pourtant, le problème est vite réglé et permet de profiter pleinement du véritable best-of déroulé sur scène. Ainsi, on prend rapidement "Rise Up" et son refrain taillé pour le live dans les dents, suivi peu de temps après par un "Disciples Of The Watch" qui régale les fans patchés en tous genres. On est également ravis d’entendre "The New Order" et le mid-tempo "Dark Roots Of The Earth", qui enfonce un clou déjà bien amoché. On remarque assez vite que les nouveaux titres s’intègrent très bien au reste du répertoire, en particulier "The Pale King", où le batteur Gene Hoglan excelle.
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Grosse frayeur en milieu de set, lorsqu’Alex Skolnick ne voit pas le bord de la scène, et chute lourdement dans le pit photo. Heureusement pas de bobo (apparent, en tous cas), et tout professionnel qu’il est, le guitariste remonte péniblement sur scène, se ré-accorde et reprend en cours de route le morceau que ses comparses n’ont pas interrompu. Respect – et compassion !
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Dans la fosse, les mosh et wall of death pleuvent, et atteignent un summum sur "Into The Pit" bien entendu : tout le monde prend son pied et le fait savoir. Chacun répond aux invectives de Chuck Billy, qui, malgré une voix légèrement enrouée, se donne et assure ses parties sans accroc. Seul regret, encore une fois : 45 minutes, c’est court, et même si la fosse est déjà sur les rotules, elle en aurait bien repris une grosse tranche dans les tympans.
 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Setlist :
Brotherhood of the Snake
Rise Up
The Pale King
Disciples of the Watch
The New Order
Dark Roots of Earth
Stronghold
Into the Pit
Over the Wall
The Formation of Damnation

 
amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

 

Amon Amarth
 

Les stars de ce soir, ce sont bien les vikings, leurs cornes emplies d’alcool, et leur histoire guerrière sans égale. D’ailleurs, dès notre entrée dans le hall du nouveau Casino, nous nous sommes retrouvés face à plusieurs métalleux habillés de beaux de bêtes et de casques à cornes, marteau de Thor sur l’épaule (véridique !).

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

La tension semble monter peu à peu, même si les deux sets précédents ont déjà permis d’évacuer une bonne partie du trop plein d’énergie du pit. Sans surprise, les Nordiques partent à l’assaut de la scène au son de “The Pursuit Of The Vikings”, d’une efficacité redoutable. D’emblée, le son est absolument parfait ! Là où les concerts du Divan du Monde, du Download Festival et du Hellfest avaient pû décevoir, cette soirée remonte infiniment la barre : on distingue la moindre ghost note de Johan Söderberg, la voix du second Johan est parfaitement mixée, et l’équilibre général est un régal. Un premier très bon point qui laisse présager le meilleur pour la suite.
 

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016


Au fil des morceaux, plusieurs animations viennent prendre place devant les musiciens, qui se mettent en retrait sur les plateformes de part et d’autre de la batterie. A un combat d’épée et de bouclier (“The Way Of Vikings”) succède la venue de deux archers sur scène (“One Thousand Burning ARrows”, évidemment !), ou encore celle de Loki himself, dieu nordique de la discorde (“Father Of The Wolf”).

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Le jeu des musiciens est propre, carré, et plein d’énergie, et on pourrait seulement reprocher une voix trop monocorde, bien qu’impressionnante par son coffre et son timbre inimitable. M’enfin, quand on va voir Amon Amarth sur scène, on sait à quoi s’attendre, donc ce reproche restera une idée en l’air.

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Pas moins de six titres du plus récent Jomsviking viennent agrémenter la setlist, preuve que les Suédois ont à coeur de promouvoir leurs compositions les plus neuves. On retient en particulier, en plus du morceau d’ouverture, l’excellent “Raise Your Horns”, qui fait toujours son petit effet, et permet à tout un chacun de trinquer avec l’ennemi. Le reste de la discographie d’Amon Amarth est balayé de long en large, ce qui permet à tous les fans de replonger dans leurs périodes favorites.

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Lorsque le rideau tombe - façon de parler - une première fois après “War Of The Gods”, la foule en réclame plus, et aura même droit à deux rappels successifs. Sur le second, seul “Twilight Of The Thunder God” est envoyé dans les dents des rares survivants, et le dragon de mer Jörmungandr apparaît de part et d’autre de la scène. Cette version gonflable est assez saisissante et réussie, mais on regrettera sa taille trop imposante vis à vis de la taille de la salle. Certains n’ont probablement qu’à peine aperçu l’impressionnante créature, s’ils n’étaient pas placés dans l’axe de la salle. Pour notre part, la bestiole a fait son effet, et renforce la mise en scène travaillée d’Amon Amarth, qui signe ce soir une performance irréprochable.

A vos cornes, prêts ? Feu, buvez !
 

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016


Setlist :
The Pursuit of Vikings
As Loke Falls
First Kill
The Way of Vikings
At Dawn's First Light
Ravens Cry (bande)
Cry of the Black Birds
Deceiver of the Gods
On a Sea of Blood
Destroyer of the Universe
Death in Fire
One Thousand Burning Arrows 
Spoken Words (bande)
Father of the Wolf
Runes to My Memory
War of the Gods
 
Rappel 1 :
Raise Your Horns
Guardians of Asgaard

Rappel 2 : 
Twilight of the Thunder God

amon amarth, testament, grand magus, thrash, viking, metal, paris, live, france, 2016

Photos : © 2016 Arnaud Dionisio
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements