Arverne Metal Fest – 2ème jour (8.04.2012)


En ce dimanche après-midi, nous revoilà au Gallion à Gerzat pour la deuxième journée de l'Arverne Metal Fest. Le public s'est un peu éparpillé pendant le concours d'Air Guitar, mais les premiers accords de guitare signalent la reprise des vrais festivités.

 

-------------------------------------------------------
 

C'est aux Four Horsemen que revient l'honneur d'ouvrir le bal en faisant leur entrée sur "The Ecstasy of Gold".

Les grands classiques, tels que Creeping Death, Harvester of Sorrow, The Eye of the Beholder et Master of Puppets s'enchaînent magistralement pendant que le public commence à chauffer malgré l'heure ingrate de cette fin d'après-midi dominicale.

 

Ce très bon concert s'achève avec l'indispensable "Seek and Destroy".
Ils se sont fait plaisir, et ça s'est vu, mais je dois bien avouer que moi aussi j'en ai pris beaucoup avec ce beau spectacle.

Une fois encore, nos quatre cavaliers de l'apocalypse ont montré que la musique se vit sur scène. Certes, ils ne forment qu'un groupe de reprises de Metallica, mais à ce rythme, je commence à les préférer à l'original, surtout qu'ils ont le bon goût de jouer surtout les morceaux de la grande époque s'étant achevé après la sortie du Black Album.

 


 

-------------------------------------------------------

 

CloverSeeds:

Changement de style avec ce groupe auvergnat qui nous propose un metal/rock progressif très doux et planant, avec quelques passages groovy. La musique est de qualité et le groupe a certainement du potentiel dans ce style.

La playlist reprenait presque intégralement leur dernier album "The Opening", avec néanmoins deux nouveaux titres, "Alpha" et "Gamma" qui devraient figurer sur leur prochain CD.

 


 


-------------------------------------------------------

 

Solstafir:

CloverSeeds ont joué le rôle de première-partie adaptée pour les islandais de Solstafir qui évoluent dans un style proche, bien que beaucoup plus sombre. Le chant déchirant d' Aðalbjörn Tryggvason y est sans doute pour quelque chose. Le son noisy de la guitare rythmique y contribue également.

Quoiqu'il en soit, la musique des islandais est froide et belle.

 

Depuis la sortie de leur dernier album Svari Sandar en 2011 (qui a tout de même été classé 3ème au Big Very Best Of Metal de la Grosse Radio), j'avais une certaine impatience de les voir sur scène.

Je n'ai pas été déçu. Pour tout vous avouer, j'ai eu du mal à me concentrer sur mon travail de photographe car leur post black metal m'a plongé dans une sorte de transe, ce qui est un très bon signe de la bonne qualité de leur spectacle.

 

Non pas qu'ils ne soient particulièrement expressifs sur scène, même si leur présence est évidente.

Comme tant d'autres groupes scandinaves, leurs traits sont restés essentiellement impassibles et froids et leur musique a été exécutée à la perfection.

Cette impression de perfection n'a été interrompue qu'une seule fois, lorsque le chanteur a demandé à l'éclairagiste de la salle d'enlever les spots qui éclairaient une partie de la scène. On sentait son énervement naissant, bien qu'à mon avis, l'éclairage était tout à fait normal.
En fait, l'impression que j'ai eu, c'est qu'ils jouaient dans leur monde, et que la présence du public les indifférait. C'est un peu comme s'ils n'étaient là que pour leur musique et que tout ce qui troublait sa perfection devait être éliminé. Je ne me serais pas étonné de les voir demander au public de sortir pour ne pas nuire à leur prestation.

Quoiqu'il en soit, la recherche de la perfection peut s'avérer une quête très sensée et je ne regrette pas d'avoir eu la chance de l'entreapercevoir.

 

 

-------------------------------------------------------

 

Detorn:

Changement total de style avec les clermontois de Detorn  qui ont exécuté une musique beaucoup plus violente mélangeant des sonorité hardcore avec du bon vieux death metal.

Je n'en dirais pas plus car je n'ai pas assisté à l'intégralité du concert, étant attendu pour une interview avec Guðmundur Óli Pálmason , le batteur de Solstafir.

Mais pour autant que j'en ai pu juger, le public a eu l'air d'avoir bien accroché aux riffs rageurs et saccadés de Detorn.

 


 

 

-------------------------------------------------------
 

Dagoba:

Les meilleures choses ayant une fin, le festival allait s'achever avec le groupe que beaucoup ont dû attendre impatiemment, à savoir Dagoba.

Une partie du public était visiblement là pour eux et l'ont bien montré à travers des pogos enfièvrés et un sympathique wall of death.

L'ambiance était à la fête et Dagoba a su donner à leurs fans ce qu'ils attendaient : de la sueur, du gros son et des morceaux sur lesquels hurler à tue-tête. J'en connais qui en ont perdu leurs chaussures et gagné quelques bleus et bosses en échange...

 


 


 


 

 

En conclusion, je trouve que l'Arverne Metal Fest était incontestablement une réussite.
La programmation était particulièrement bien choisie, alternant les styles tout en offrant également de belles places aux groupes régionaux.

La salle était de qualité, de même que les bières !

Bref, tout y était pour avoir envie d'y retourner l'an prochain.

J'espère donc que ce petit festival n'aura pas encore fini de faire parler de lui et qu'il pourra grandir comme il le mérite: entouré d'un public de plus en plus nombreux.
 

Thomas "Orlanth"

 
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements