Saint Vitus – Lillie: F-65

Elle se sentait mieux. Déjà elle se rappelait enfin de son prénom : Lilie, elle l'avait d'ailleurs  lu ce matin sur le document que le docteur lui avait donné, avec la mention F65 rajoutée au  bout, le matricule qu'on lui a attribué lors de son arrivée au Saint Guy Hospital, qui  remontait à quand déjà?

Elle ne le savait plus, c'était il y'a bien longtemps, oh oui...Elle  entendait encore les oiseaux chanter en ce temps, ensuite ils se sont tus jusqu'à ce jour.  Certains patients côtoyés là-bas lui avaient dit que ce fameux F65 désignait aussi le  barbiturique dont elle était devenu accro et qui l'avait amenée vers la folie. La dépendance  l'avait tuée au fur et à mesure, la vie aussi mais maintenant Lilie se sentait mieux. Oh oui.

Elle avait éprouvé les premiers symptômes de sa guérison lors d'une des rares visites qu'elle  avait pu avoir lors de son séjour à l'asile ( jusqu'à présent seule sa vielle tante, maintenant  décédée, était venue la voir, une fois, avant de repartir les larmes aux yeux en constatant  avec tristesse l'état de délabrement de sa nièce ). Un jour, alors qu'elle était alitée dans son lit  après une énième attaque, un groupe de curieux individus avait fait irruption dans sa  chambre. Ils avaient de longs cheveux et leurs corps étaient recouverts de tatouages. Ils  ressemblaient fortement à ces fameux hippies que papa détestait tant et qui allait amener  l'Amérique à sa perte selon lui (« Ne traîne jamais avec un de ces foutus drogués qui ne  votent pas Républicain ou je te mets une raclée. » lui disait souvent son géniteur avant de la  battre, il l'a battait pour n'importe quelle raison de toute façon que ce soit pour ses rares  fréquentations ou la litière du chat qu'elle avait délaissée, le tarif était le même pour chaque  fait et geste. C'était comme ça depuis que papa avait sombré dans l'alcool après la mort de  maman ), grands et l'air menaçant. Pourtant, ils lui avaient parlé agréablement. L'un deux, qui semblait être le chef, avec son  bandana dans les cheveux, s'était approché d'elle en souriant et après s'être présenté ( il s'appelait Dave Chandler, jouait de la guitare et avait  fondé un groupe de Doom Metal, de la musique de sauvages aurait dit  papa,  nommé Saint  Vitus à la fin des années 70, les trois autres hippies qui l'accompagnaient étaient ses  musiciens ) lui avait dit :

-Nous sommes venus te remercier ma chère Lilie.
-Mais...Pourquoi ? avait-elle balbutié à la fois surprise par cette déclaration et fatiguée de  son attaque d'épilepsie.
Dave, toujours en souriant, avait alors continué :
-J'ai rêvé de toi à plusieurs reprises, j'ai vu ta détresse et elle m'a inspiré pour écrire notre  nouvel album intitulé Lilie: F-65. J'ai voulu retranscrire ton malaise par des riffs lents comme  la marche funèbre d'éléphants se rendant à leur dernier territoire, là où ils savent qu'ils se  coucheront pour toujours (  comme c'est le cas sur « Let Them Fall », « The Bleeding  Ground », « The Waste Of Time » et « Dependance »), franchement je n'ai pas fait dans le  compliqué, comme d'habitude, mais je pense que c'est plutôt efficace si j'en juge  l'enthousiasme qu'a mis le reste du band à me suivre.

Lilie laissa naître une larme de ses yeux, Dave un peu décontenancé par l'effet que ses mots  faisaient sur la jeune fille malade, respira un grand coup avant de reprendre :

-Oh, on a quand même accéléré le tempo par endroits ma petite, on est un groupe de Doom  certes mais on est pas non plus des endormis même si on a tous arrêté de prendre du Speed  ( valait mieux car sinon nous serions pensionnaires ici nous aussi); l'accélération à la fin de  « The Bleeding Ground » par exemple a pour but de retranscrire le sentiment de fatalité qui  nous caractérise ( car nous sommes tous sur en train de ramper sur ce « sol saignant » ) , de  même sur « Blessed Night »,  avec son tempo agréablement Stoner et son groove lancinant  sur lequel notre nouveau batteur Henry Vasquez fait des merveilles. Faut dire qu'il s'en ai  sorti admirablement bien le Riton sur Lilie: F-65, y'a qu'à écouter le boulot qu'il abat pour  faire sonner sa batterie sur « Let Them Fall » par exemple, pas facile ma petite d'être batteur  de Doom, faut pas s'endormir sur ses baguettes déjà, hein my boy ? Dave se retourna alors  vers Henry Vasquez pour lui lancer un clin d'oeil, ce dernier gêné se mit à rougir  légèrement, ce qui fit sourire Lilie, elle se sentait bien avec ces hippies.

Saint Vitus 2012

Dave continua d'un ton trahissant une certaine émotion :

-En tout cas, Armando ( notre précédent batteur qui a quitté ce funeste monde en 2010)  aurait été fier de notre choix. Bon on a aussi glissé un petite interlude planant, même si on a  aussi levé le pied sur la fumette, car le malaise ça s'exprime aussi par la douceur parfois,  on  l'a intitulé « Vertigo », y'en qui vont dire que ça fait « Planet Caravan » mais on s'en fout on  adore Sabbath, tout le monde doit aimer Black Sabbath de toute façon, c'est inconcevable,  et on l'assume,  le vertige tu connais ça aussi ma petite Lilie hein ?
-Oh que oui Mr Dave...Elle était surprise d'avoir prononcé aussi spontanément cette phrase,  elle reprenait confiance, la preuve : les mots sortant de sa bouche devenaient moins  hésitants...
-Ne m'appelle pas Monsieur, je me sens déjà assez vieux comme ça...( Dave lança un clin  d'oeil complice à Lilie, ce qui l'a fit sourire de nouveau), bon on retrouve cette ambiance  planante aussi sur l'intro de la bien nommée « Dependance » où notre cher Wino chante qu'il  s'est « encore réveillé malade aujourd'hui », faut dire notre frontman la dépendance il a  connu ça aussi hein mon gars ?

L'un des chevelus, celui qui était le plus impressionnant avec ses tatouages et son visage dur  comme la pierre, s'avança vers la petite et lui dit :

-J'ai connu les hauts ( la signature du groupe dont j'étais le leader The Obsessed sur une  major en 1993 ) et le bas ( la dope, l'alcool, l'accoutumance et même un séjour en prison  pour avoir braqué une épicerie lorsque The Obsessed a splitté ) mais maintenant je suis  clean et comme je suis père de famille j'ai été touché par les textes de Dave inspirés, pour  une majorité d'entre eux, par ta triste existence.

Wino lui tendit une main que Lilie, toujours à son étonnement, accepta, elle était chaude et même si la jeune fille ne savait pas lire dans  les lignes imprimées sur la paume, elle sentait que cet homme à l'air si grave avait lui aussi  traversé bien des tourments. Elle esquissa un timide sourire avant de prendre la parole à son  tour :

-Vous...Vous...Avez fait un disque sur moi ? C'est...Touchant merci.

Dave Alexander, lui rendit son sourire en lui répondant :

-C'est plutôt nous qui nous devons notre salut ma petite, Saint Vitus n'avait pas sorti de  disque depuis 1995, le dernier c'était Die Healing avec notre premier chanteur Scott  Reagers, un bon album mais qui n'a pas empêché la séparation du groupe ensuite, lassés  qu'on était du music business et fatigués des excès. On avait tenté une première reformation  en  2003 mais c'est restée sans suite, puis vint ce concert en France au Hellfest, en 2009, ça  nous a encouragé déjà...Et ensuite les rêves que j'ai retranscris en textes, en riff et en  mélodies. J'ai appelé Wino, qui n'avait pas enregistré avec nous depuis  V sorti en 1990, qui  m'a présenté Henry, puis Mark Adams,notre discret bassiste, s'est joint à nous et on a  commencé à répéter nos compos. Et voilà le résultat.
-Oh c'est amusant ça !

Lilie éprouvait une grand surprise au mot qu'elle venait de prononcer  : « amusant », il y'avait bien longtemps qu'elle n'avait pas parlé comme ça...Ce groupe par sa  visite lui avait vraiment fait du bien, surtout en lui annonçant qu'il s'était inspiré de sa vie  pour écrire un album qui allait le remettre sur le devant de la scène . Cela éveilla sa curiosité  et en ouvrant un peu plus les yeux, elle demanda au guitariste de Saint Vitus :

-Et on y trouve quoi d'autre sur votre disque ?

Dave, content de voir que l'on s'intéressait à son oeuvre, répondit :

-Bah, c'est du Saint Vitus tout craché, je t'ai déjà parlé de mes riffs monolithiques mais y'a  aussi des solos de psychopathes gorgés de fuzz ( comme sur «Let Them Fall », « The  Bleeding Ground », « Dependance » et l'instrumental final « Withdrawal » où l'on renforce  l'impression de malaise par une pluie de larsens que n'auraient pas reniée les « arty » Sonic  Youth à leurs débuts, quand ils étaient signés sur le même label que nous : SST).Y'a aussi la  voix de notre Wino, un peu un Lemmy Killmister version névrosée tu vois ? On y'a mis de  l'écho sur « Let Them Fall » pour renforcer le côté désespérant de la chanson mais elle  remplit très bien son rôle toute seule sur les autres morceaux de l'album. Ah, tiens j'ai quand  même envie de parler du riff ultra lourd et bien morbide de « Dependance » aussi, il est à la  limite du Drone, les jeunots encapuchonnés de
Sun o))) n'ont qu'a bien se tenir ma petite,  papy Chandler en a encore dans la SG. Concernant la durée, on a pas voulu faire de  remplissage, 35 minutes à tout casser, comme dans le bon vieux temps tu vois ?
-Hé bien Dave, vous me le ferez écouter votre album ? demanda Lilie qui se sentait revivre,  enfin.
-Oui, on en a un exemplaire pour toi, tu viendras le chercher à notre local de répétition hein  ? Lui répondit le guitariste de Saint Vitus en esquissant un nouveau clin d'oeil. Ah...On va  te laisser, voilà le médecin, à bientôt Lilie.

Elle regarda le groupe sortir de sa chambre pour laisser entrer le groupe d'individus habillés  en blanc qui allait encore débattre de son sort, elle avait la certitude d'avoir trouvé des amis,enfin.

En ce lundi, Lilie se sentait mieux, elle entendait de nouveau les oiseaux chanter et le soleil  lui souriait. C'était son jour de sortie.

Note : Le chroniqueur ( qui parle de lui à la troisième personne comme Alain Delon oui )  met 8,5 mais aurait mis volontiers 9 si un ou deux morceaux avaient complété cet album qui  pour lui figure déjà dans son top de l'année.

Liste des titres :

1/Let Them Fall
2/The Bleeding Ground
3/ Vertigo
4/ Blessed Night
5/ The Waste Of Time
6/ Dependance
7/ Withdrawal

Sorti le 27 avril 2012 sur Season of Mist

  Un paquet de feuilles à rouler Saint Vitus était offert pour les premiéres préco- commandes (dans la limite des stocks disponibles). L'album sortant le 22 mai aux USA, les  amateurs de tabac bio ont encore espoir.

http://www.saintvitusband.com/
http://www.myspace.com/stvitus
http://www.facebook.com/saintvitusofficial
http://www.myspace.com/seasonofmist

 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements