Devin Townsend Project au Forum de Vauréal (03.06.2012)

Devin qui vient jouer ce soir ?

L'été apparant n'aura pas duré bien longtemps. Quelques nuages s'amoncellent et la température a quelque peu baissé en ce dimanche 3 juin 2012 lorsque nous nous rendons à Vauréal (95) pour un concert diurne. En effet, l'ouverture des portes est prévue vers 18h (quelque peu retardée car balances non terminées) et tout prendra fin vers 21h15 alors que la nuit ne sera pas encore venue.

Ce soir, c'est une nouvelle fois complet au Forum ! Et pour cause, le divin Devin Townsend et son Project viennent nous donner la réplique pour un show qui s'annonce exceptionnel et haut en couleurs.

Une première partie de dernière minute est venue se greffer à cet évènement, puisque les parisiens de 6h33 ont été prévenus la veille, invités par le managment de Devin Townsend (ou Devin lui-même ?), afin d'ouvrir les hostilités.

6h33

Et ça tombe bien, car j'avais oublié mon LSD et je n'avais pas renouvelé mon ordonnance d'amphétamines ! Pour du metal déjanté, ça en est... d'ailleurs, seulement metal ? Bien réducteur que cela serait de les placer uniquement dans ce style, eux qui vont également chercher leurs influences dans la pop, l'electro, l'indus, le punk, enfin tout ce qui existe ou presque.

Orphelins d'un de leurs clavieristes/machiniste (Mr. Z), c'est à quatre et sans (vraie) batterie que le combo se déchire la chetron sous nos yeux. Ca part dans tous les sens, entre Faith No More et Punish Yourself, et autant dire que la foule a un peu de mal à embarquer au départ... on reste dubitatifs, on observe, certains vont fumer à l'extérieur, mais ceux qui restent (90% du public tout de même, rassurez-vous) se prend petit à petit au jeu de nos clowns d'un soir.

6h33 Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Affublés de divers masques (catcheurs "luchadores mexicains", ou à l'effigie des Anonymous...), ils ne nous révèlerons leur vrai visage qu'à la toute fin. En attendant, ils s'efforcent de nous proposer un melting pot diversifié de leur récente carrière (quatre années d'activité), avec une mise en valeur rapide de leur album studio Orphan of Good Manners sorti l'an passé.

Le récent EP sorti en collaboration avec le chanteur belge Arno Strobl (ex-Carnival in Coal), dont nous avions parlé ici, ne sera représenté que par un seul morceau et sans le frontman en question. Rorschach, le vocaliste du groupe (qui a remplacé il y a peu Kinky Zombie), tâchera au maximum de faire passer les mêmes ambiances mais il faut avouer que cela change un peu. En outre, on appréciera donc les changements de rythmes divers et variés autour d'un set court mais suffisant pour faire passer une belle énergie sur la fin.

6h33 Forum Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Après avoir débuté leur set vers 18h33 (cela ne s'invente pas) et offert plus d'une demie-heure de musique, le jeune combo quitte non sans avoir conquis un certain public et prouvé qu'il faudra compter sur eux l'avenir. Car tout compte fait, malgré l'étonnement du début et un son pas toujours au top (la voix bien trop en avant par moments), ils ont remporté suffisamment de suffrages pour qu'on se plaise à le revoir bientôt.

DEVIN TOWNSEND PROJECT

Ce qui est bien avec le divin chauve, c'est que ses concerts débutent avant même la montée sur scène. Pendant que les roadies règlent les divers instruments; nous avons droit à quelques projections délurées sur l'écran géant placé derrière la batterie, sur lesquelles on voit un Devin dans des rôles et détournements quelques peu étranges. Avec une belle déclinaison de Star Wars d'ailleurs, prouvant que l'homme a définitivement bon goût. Puis nous avons droit à quelques programmes de sa ZTV, morceaux de choix sélectionnés par son fidèle Ziltoid - extraterreste cafféiné ô combien célèbre. Là encore, point besoin de drogues, on entre dans un univers parallèle burlesque des plus étonnants où publicités pour une pizza boomerang, cours de gym pour caniches humains et chansons en l'honneur des champignons ou autres mangues se succèdent à vitesse grand V. De quoi être fin prêt lorsque le canadien, entouré de ses musiciens live du Devin Townsend Project, débarque sur scène.

La chaleur s'avère vite insupportable tant les membres de l'assistance se déchaînent sans compter sur les premières notes d'une introduction grandeur nature : le morceau "Truth", première piste du très bon Infinity sorti il y a 14 ans déjà. A noter d'ailleurs que ce soir l'artiste mettra plus en valeur des morceaux extraits de ses albums dits "solo", avec seulement trois vrais titres du DTP au programme sur les 13 proposés. Pour atténuer l'atmosphère irrespirable, les vigiles ouvriront même les portes sur les côtés entre les morceaux, l'occasion pour Devin Townsend de se gausser des quelques photographes amassés dans la fosse - obligés de quitter par l'extérieur après le shooting règlementaire des trois premiers morceaux. "Vas-y, salope, barre-toi, mais laisse-moi les meubles !". Il n'en manque définitivement pas une. Et tout ceci avant LE moment d'émotion de la soirée : la très prenante "Deadhead".

Devin Townsend Project - Forum Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Chanson apparemment dédicacée à sa mère, du moins en cette soirée, qui prend toute sa dimension en conditions live. Un must absolu. A vrai dire, je l'ai purement et simplement redécouverte et ré-adoptée suite à ce show, un grand art d'une profondeur extrême. L'artiste a beau plaisanter, garder un sourire de fou, se moucher sur les fans du premiers rangs, leur parler en plein solo ; il sait également faire passer un message de grandeur humaine. La classe incarnée en un sens, un charisme à toute épreuve qui lui permet de tout tenter, de tout se permettre, sans que personne ne lui en tienne rigueur - bien au contraire.

En fait, le vrai héros de la soirée sera presque Ziltoid en personne, puisque trois morceaux du fameux Ziltoid the Omniscient sorti en 2007 seront proposés dont un enchainement dantesque entre violence inouïe et moments planants sur le rappel final constitué du duo "Color Your World"/"The Greys". La marionette à l'effigie de l'alien sera même aperçue dans la foule, Devin s'y prosternera même un instant pour un moment culte. Il était partout ce soir, le bestiau, et son créateur a su parfaitement le placer en pleine lumière.

Autre moment fort, peut-être le plus intense de la soirée, cette succession faite de "Juular" - un des deux morceaux de l'excellent Deconstruction paru l'an passé joué ce soir avec un "Planet of the Apes" en guise d'hommage décalé grandeur nature à Meshuggah : "we all rip off Meshuggah" - et "Vampira", le morceau hymne par excellence du Devin Townsend Band (son troisième groupe/projet principal à son nom, mettant de côté Strapping Young Lad totalement oublié ce soir), qui fera danser les fans jusqu'à plus soif. Une danse pogo grandeur nature qui verra votre serviteur péter un léger câble l'espace de quelques secondes... et oui, seul Devin semble avoir ce pouvoir, il faut croire ! (enfin, ceux qui me connaissent savent... que non ^^)

Devin Townsend Project - Forum Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Imparable, un peu comme tout ce qui nous est proposé d'ailleurs. Mentions spéciales pour un "Kingdom" paisiblement dégénéré à l'extrême, un "Supercrush!" toujours aussi génial même lorsque Devin reprend les savoureuses parties d'Anneke (ex-The Gathering), un "Life" presque popisant et fédérateur précédé d'un "Regulator" bien servi pour deux morceaux extraits du tout premier méfait solo de Devin Townsend - mis en lumière à l'époque par le journaliste Jean-Pierre Sabouret, présent en ces lieux ce soir-même et avec qui les discussions passionnantes vont toujours bon train.

Après, on peut toujours parler de la voix et de la technique globale au-delà même de l'émotion et la folie engendrée tout au long du set. Cela parait dérisoire, mais constatons que Devin était non seulement en pleine forme mais également fort inspiré sur son jeu de guitare, bien entouré au passage par ses trois compères : Dave Young (guitare), Brian Waddell (basse) et l'excellent Ryan van Poederooyen (batterie) - présentés avant le grand final. Un final ponctué d'ailleurs en douceur par un "Deep Peace" presque trop calme, car Devin tient à le préciser : il n'aime pas que le metal (et on s'en est rendu compte avec son Ghost... quelque peu longuet disons).

Devin Townsend Project - Forum Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Alors forcément, au bout d'1h30 de show environ, nous sommes comblés bien que loin d'être rassasiés. On en aurait volontiers pris pour 30 minutes de plus, facilement, seul petite ombre au tableau donc en plus d'un son parfois un peu brouillon et saturé qui avait du mal à mettre tous les instruments (et la voix) en valeur sur certains morceaux bien metal. Peu importe, "Heavy Devy" Townsend nous a transporté, it was really all in the heat of the moment...

Setlist :

- Truth
- Regulator
- Planet of the Apes
- Deadhead
- By Your Command
- Life
- Supercrush!
- Kingdom
- Juular
- Vampira

- Color Your World
- The Greys
- Deep Peace

Devin Townsend Project - Forum Vauréal 2012 - La Grosse Radio

Il ne nous tarde plus désormais qu'à déguster le prochain album de son Devin Townsend Project. Epicloud, tel est son nom, verra en effet le jour fin septembre, nous retrouverons pour l'occasion la belle Anneke van Giersbergen avec qui il collaborera donc une nouvelle fois, comme sur l'excellent Addicted. Cela promet, et pas qu'un peu !

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements