Coheed And Cambria au Download Festival France 2017

Coheed And Cambria jouait ce dimanche sur la warbird stage en même temps que Suicide Silence (sur la mainstage). Beaucoup n’étant pas fans de ces derniers, ils se sont précipités pour voir ce que donnait cette formation présente sur l’autre scène. Peu de connaisseurs étaient donc au rendez-vous, mais Coheed And Cambria avait à cœur de bien faire cet après-midi.

La setlist de Coheed And Cambria avait été préparée aux petits oignons, avec la présence des meilleurs morceaux du groupe. Pratiquement tout leur show sera un espèce de best of ravivant les quelques nostalgiques du groupe, avec cinq titres tirés de Good Apollo I’m Burning Star IV Volume One : From Fear Through The Eyes Of Madness.
 


C’est avec « Welcome Home » que le groupe rentre en scène, avec cette intro si reconnaissable, ses riffs ravageurs et cette voix aussi unique en live. Si la musique du groupe n’est pas d’une violence extrême, elle est d’une précision inouïe et faite d’accords savamment bien placés. Claudio Sanchez, le chanteur, excelle aussi bien au chant qu’à la guitare, lui qui exécute ce morceau avec sa guitare à double manche. Peu de monde connait, mais l’assemblée ne reste pas uniquement passive, reprenant les « Woohoo » scandés par les membres sur « Welcome Home ».

Le guitariste Travis Stever et le bassiste Zach Cooper reprennent les chœurs, tandis que Claudio Sanchez, totalement à l’aise, s’attelle à nous montrer l’étendue de sa tessiture, avec cette voix atypique que lui seul possède.
 


Le son est bon, ça joue bien et la version live de « Ten Speed (Of God’s Blood & Burial) » est aussi brillante qu’en studio. Enchaînant avec « The Suffering », Coheed And Cambria montre que l’on a pas besoin d’une musique puissante et violente pour livrer une bonne prestation, bien au contraire. Le groupe contraste avec une bonne partie de l’affiche, peu de gens les connaissent réellement, mais les Américains sont irréprochables en ce beau dimanche après-midi.

« Mother May I » est plus calme, posé, mais ne déroge pas à la règle et nous assène des riffs bien maîtrisés et la voix de Claudio Sanchez n’en est que plus démonstrative sur ce titre.

Coheed And Cambria conclut par le seul titre n’étant pas extrait de Good Apollo I’m Burning Star IV Volume One : From Fear Through The Eyes Of Madness, « In Keeping Secrets Of Silent Earth:3 », avec un solo judicieusement bien pensé.
 


Le public applaudit au final Coheed And Cambria qui est l’une des belles surprises de ce Download Festival France 2017.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements