Entretien avec Jaime Preciado de Pierce The Veil


C'est dans le tour bus de Pierce The Veil, au frais et à l'abri de la chaleur de Lyon, que nous avons pu nous entretenir avec Jaime Preciado, bassiste du groupe. Les Californiens étaient de retour en France, et toujours en tête d'affiche, cette fois dans le cadre du Longlive Rockfest. Dans la bonne humeur et avec un trait d'humour, Jaime nous parle de ses souvenirs de festivals, ou encore de son hand spinner (mais aussi de sujets sérieux).

(English version below)

 

pierce the veil, jaime preciado, interview, longlive rockfest, florentine pautet

Salut Jaime, comment vas-tu aujourd’hui ?

Jaime : Je vais bien, très bien même. On est à l’abri de la chaleur de Lyon. C’est magnifique dehors mais il fait super chaud, donc on essaie de rester au frais dans le bus ! Après on ira jouer et chauffer la salle, soyez prêt pour le concert !

Comment s’est passé votre performance au Download Festival à Paris ce week-end ?

Whooo ! C’était génial ! C’était la première fois qu’on jouait au Download, donc pouvoir commencer à Paris était plutôt cool. L’affiche était super, on a pu jouer avec Blink-182, Linkin Park… On s’est bien amusé. Je ne savais pas du tout comment cela allait être en fait. C’est la première fois que le Download était à Paris ?

Non, c’est la deuxième fois !

Donc c’est nouveau. Cool ! On était super impatient parce qu’on ne savait pas à quoi s’attendre. Il y avait beaucoup de monde !

Qu’est-ce que ça te fait de revenir en France ?

C’est super. On vient de commencer notre tournée européenne ici en fait. Je ne me rappelle plus le nom de la salle où l'on a joué la dernière fois à Paris (ndlr : Le Trabendo) mais c’est toujours un plaisir de revenir en France. On essaie de venir ici autant que possible. Je pense qu’avec tous les pays en Europe, on doit essayer d’y aller le plus possible pour nous construire en tant que groupe. On a une connexion spéciale avec la France et on est content d’être de retour !

Vous avez récemment fait une tournée aux USA avec Sum 41 pour le «We Will Detonate Tour». Qu’as-tu appris d’un tel groupe ?

Et bien, ça fait 20 ans qu’ils existent, j’imagine. Ils sont actifs depuis si longtemps, ils savent comment bien faire. Ils font des putain de concerts de rock, du début à la fin. Pour nous, ça fait des lustres qu’on n’a pas vu un groupe comme ça. Evidemment, on a appris de chaque groupe qu’on a vu, mais avec Sum 41, c’était le gamin de 17 ans en moi qui était super excité !

Tu n’arrêtes pas de jouer avec ton hand spinner. C’est un objet indispensable pour partir en tournée ?

C’est marrant parce que c’est un hand spinner Sleeping With Sirens ! On n’arrête pas de se moquer des uns et des autres genre «J’arrive pas à croire que t’as ce truc !» mais j’arrête pas de jouer avec, je ne sais pas pourquoi. Je ne dirais pas que c’est un must-have par contre. En ce moment, j’adore ma veste The North Face, elle est petite et fine. On ne sait jamais quand il va pleuvoir donc c’est bien d’avoir une protection juste au cas où.

Ton meilleur souvenir de festival ?

C’est vrai qu’on a fait pas mal de festivals ces derniers temps ! On a pu jouer dans certains festivals américains et je ne me souviens plus exactement où, mais on a vu Soundgarden jouer. C’était sans doutes l'un de leurs derniers concerts et je le regardais du côté de la scène avec le chanteur de Papa Roach et leur batteur. On rigolait et on profitait vraiment, on chantait toutes les paroles. C’était un moment très spécial et je m’en rappellerai toute ma vie.

Et le pire souvenir ?

On a joué au Luxembourg y’a pas longtemps et je suis tombé de la scène… ce qui arrive tout le temps (ndlr : il montre son énorme bleu sur son bras). C’est en train de s’atténuer et ça va mieux. C’était franchement pas drôle sur le coup ! Par chance, c’est arrivé à la fin du set, quand j’étais le plus à fond ! J’ai dit aux mecs «C’est bon, on peut continuer !».

La chanson que tu préfères jouer actuellement ?

J’aime bien jouer le morceau d’intro de notre nouvel album, «Dive In». C’est une de nos plus longues chansons et elle est géniale à jouer en concert. Il y a plein de parties différentes et plein de changements. Elle commence très rapidement, le refrain est joli et a un gros son. Il y a aussi une partie plus lourde. Il y en a un peu pour tout le monde dans cette chanson. Si tu veux faire écouter Pierce The Veil à tes amis un jour, je te conseille ce morceau et ils auront une idée de notre musique.

 

pierce the veil, interview, longlive, rockfest, jaime preciado, florentine pautet

Quelle-est la différence entre un concert aux USA et un concert en France ? On n’est pas vraiment un pays rock / metal.

C’est cool et évidemment c’est différent. Je pense qu’en France, on doit mériter l’attention du public. On ne peut pas juste arriver sur scène et dire «Hey c’est nous !» parce que les gens seront là genre «Euh, okay?», on doit bosser pour. Et on aime ce genre de choses, on aime conquérir le public. Au Download à Paris c’était un peu comme ça. Quand on a commencé à jouer, les gens se demandaient qui on était, à mon avis, ils devaient penser «On ne sait pas vraiment qui vous êtes les gars» mais quand le show a décollé, les gens ont mis l’ambiance. On adore jouer devant de nouvelles personnes et essayer de gagner des fans.

Comment vois-tu l’évolution de Pierce The Veil ?

On est tellement vieux maintenant ! (rires) Non, ça s’est bien passé. On a essayé de monter les marches petit à petit, en tant que groupe. Chaque année, on essaye quelque chose de nouveau, quelque chose de différent. On existe depuis maintenant dix ans et c’est fou de regarder en arrière et de se rappeler quand on était encore un «bébé groupe». Maintenant on joue dans des festivals ! Même après dix ans, tu vois, c’était la première fois qu’on jouait au Download à Paris et en Angleterre, et ce soir c’est notre première fois à Lyon ! Les trucs comme ça sont juste géniaux. On continue d’essayer et de se construire encore et encore. Je n’arrive pas à imaginer où on sera dans cinq ans, on verra ! Peut-être qu’on reviendra ici vous dire bonjour.

Quels groupes t’influencent le plus ?

J’en ai pleins. Je pourrais faire une interview entière là-dessus ! On est toujours influencé par de nouveaux groupes mais là, je dirais Biffy Clyro. Je les ai regardé au Download UK il y a deux jours et ils étaient tellement forts ! Ils font beaucoup de bruit, c’est énorme ! J’aime bien aussi le nouveau Papa Roach et Royal Blood. Un de mes groupes préférés également, c’est Thrice. Même en regardant des groupes qu’on ne connait pas ce soir, ils vont surement nous influencer ! Voir Sum 41 tous les soirs aussi, c’était incroyable puisqu’ils prennent vraiment au sérieux ce qu’ils font.

C’est marrant, j’ai l’impression que beaucoup de groupes répondent Biffy Clyro à cette question !

Ouais, on a joué avec eux dans certains festivals aux USA et c’est plutôt drôle parce qu’ils ne sont pas aussi connus là-bas qu’en Europe. Alors, les voir dans des salles intimistes et toutes petites, et voir à quel point ils envoyaient, c’était impressionnant.

Comment s’est passé l’enregistrement de votre dernier album Misadventures ?

Il est sorti il y a un an maintenant. L’enregistrement a été long parce qu’on ne savait même pas comment le terminer et on n’avait même pas de titre. Le processus, du début à la fin, n’a pas été très orthodoxe. Beaucoup de choses ne se sont pas passées comme prévu. Mais au final, je pense que ça donne à l’album son caractère et son ambiance générale. C’était une aventure de folie mais on est satisfait du résultat. On avait des tournées de prévues avec Sleeping With Sirens en plein milieu des sessions d’enregistrement et on devait aussi planifier des dates de concerts pour plus tard… il y a eu trop d’imprévus ! C’était vraiment un processus bizarre.

Qu’est-ce que tu préfères durant l’enregistrement d’un album ?

Etre en studio, pouvoir créer et essayer de nouveaux sons ! J’adore ça. J’ai grandi avec la production audio et pour moi, c’est le paradis. J’aime aussi jouer avec les mecs et essayer de trouver de bonnes parties. J’aime bien quand on enregistre un truc ensemble et qu’à la fin on crie tous «Ouais c’est génial ça !».

Si tu devais te tatouer des paroles de Piece The Veil, lesquelles choisirais-tu ?

Je dirais… «Forget regret» ou «Darling you’ll be okay». Je ne sais pas si nécessairement je me ferais tatouer «Darling you’ll be okay» sur moi mais il y a tellement de bonnes paroles, je ne peux pas choisir !

Si tu devais convaincre les gens de jeter une oreille à ton groupe, le plus vite possible, à la manière des 140 signes de Twitter, tu dirais quoi ?

«Ecoutez nouuuuus !» (rires) Non, je dirais : «Notre nouvel album est disponible et si vous avez seulement cinq minutes de votre journée, écoutez la première chanson de Misadventures. Et vous n’aimez pas, et bien j’en suis désolé !».

Si tu devais écrire un concept album, quel thème choisirais-tu ?

Je ne ferais rien d’autre que Disney. J’adore Disneyland ! Je ne sais pas si ça marcherait, on serait probablement poursuivi mais bon !

Que peut-on attendre de Pierce The Veil pour le futur ?

Beaucoup de choses ! Bien sûr, tous ces festivals qui arrivent cet été, et puis on va rentrer quelques jours se reposer à la maison. On va également faire les APMA’s aux Etats-Unis, ça va être marrant. Et on va aussi accompagner Rise Against en Amérique à l’automne. J’ai toujours été fan de ce groupe. En gros, on est bien occupé jusqu’à la fin de l’année mais on va essayer de trouver du temps pour écrire un peu.

Un dernier mot à ajouter ?

On a un nouvel album disponible, Misadventures ! Il est sorti depuis un an, mais il est encore temps de l’écouter ! On reviendra en France bientôt.

Merci pour ton temps !

Pas de problèmes !

 

(English version)

Hi Jaime, how are you today ?

Jaime : I’m good, very good. Out of the heat here in Lyon. It’s beautiful outside but it’s very warm so we try to stay cool in the bus right now ! Then we’re going to headline and warm it up, get ready for the show !

How was your show at Download Festival in Paris ?

Whooo ! It was awesome. That was the first time we played Download, so being able to start in Paris was really cool. The line-up was great, we got to play with Blink-182, Linkin Park… We had a lot of fun. I had no idea of how it was going to be. Was it the first time Download was in Paris or the have done it before ?

Actually it’s the second !

So it’s new to Paris. Great ! We were super excited about that because we didn’t know what to expect. There was a lot of people !

How does it feel to be back in France ?

It’s great. We actually kicked off our Europe Tour here in France. I don’t remember the name of the venue in Paris last time (ndlr: Le Trabendo) but it’s always great to come back to France. We try to come back here as much as possible. With every European country, we have to play as much as possible to build the band itself. We have a special connection with France and we’re glad to be back.

You recently toured with SUM 41 for the «We Will Detonate Tour» in the US. What did you learn from them ?

Well they’ve been a band for like 20 years, I can imagine. They’ve been around for so long, they know how to do it right. They do such rock shows, from beginning to end. For us, it’s been a long time since we’ve seen a band like that. Obviously we learnt from every band we watched, but with Sum 41, my seventeen self was really excited !

Are there any must-have items you try to take with you while on tour, like your hand spinner ?

That’s funny because this one is a Sleeping With Sirens fidget spinner and we make fun of it like «Oh my God I can’t believe you have one» but I keep playing with it, I don’t know why ! I won’t say it’s a must-have. At the moment I really love my new The North Face jacket, it’s small and thin. You’ll never know when it’s going to be raining so it’s good to have a protection just in case.

 

pierce the veil, lyon, interview, longlive, rockfest, jaime preciado

Crédits photo : DR

Favorite memory in a festival ?

We’ve been doing a lot of festivals lately ! We got to play a couples of shows in the US and I can’t remember where but we saw Soundgarden play. One of their very last shows, and I was with the singer of Papa Roach and their drummer side stage. We were laughing and having a good time. We were all singing along. It was a real special moment. I will always remember that moment.

Worst memory ?

We played a festival in Luxembourg and I fell off the stage… which always happens on every tour (showing his bruises), it’s cleaning up, it’s better now. It wasn’t so fun ! Luckily it happened at the end of the show, when I rocked on ! I was like «It’s okay guys, we got to go on !»

Favorite song to play live ?

I like playing the intro track to our new record, «Dive In». It’s one of our longest songs but it’s such a good song to play live, there are so many different parts, many changes as well. It starts off really fast, the chorus is really pretty and big sounding and there’s a heavy part that’s cool. There’s a bit for everyone in that song, if you ever want to show your friends Pierce The Veil, show them this song and they will get an idea of how we sound.

What’s the difference between a French audience and an American one? We’re not really a hardcore/punk country.

It’s cool, obviously it’s very different. I think in France, you have to earn it. We can’t just show up and be like «Hey!» because you’re going to be «Err, okay?», we have to work for it. And we like that kind of things, we like to win crowds over. At Download in Paris it was just like this, when we started people were like «Hum, we may not know who you are» but after the show went on, people started losing up. We love playing to new fans and try to build an audience.

How do you see your evolution as a band ?

We’re so much older now ! (laughs) No, it’s been good, we tried to make a very slow climb as a band. Every year, we try to do something new, something different. We’ve been around for almost 10 years and it’s crazy to look back and see how we were like a baby band and now we play festivals. Even after 10 years, it was our first time playing Download in Paris and in the UK and first time playing in Lyon ! Stuff like that is still awesome. We try to keep trying to build and build. I can’t imagine what we will be in the next 5 years, we’ll see ! Maybe we’ll come back here and say «hey».

Which bands are your main influences ?

I have tons of them. I could do a whole interview to tell you ! We are always getting influenced by new bands but right now I would say Biffy Clyro. I watched them at Download 2 days ago and they were so good. They make so much noise, it’s awesome ! I also really like the new Papa Roach and Royal Blood. One of my favorite bands is Thrice as well. Even when watching new bands play tonight, we may be got inspired ! Watching Sum 41 every night was also incredible, because they care so much about what they’re doing.

Funny because it seems like Biffy Clyro is an answer I get everytime when asking this question !

Yeah, we played with them in a couple of festivals in the US, and it’s funny because they’re not as big in the States as they are in Europe. So seeing them in small, intimate venues and how they rocked, I was impressed.

Can you tell us how you record songs ? The recording process for your last album Misadventures for example ?

It’s actually been out for a year now. That record was long because we didn’t know how to finish it and how to call it. It was a very unorthodox process from the beginning until the end, so much things didn’t go as planned. But I think that gives the record its character and its vibe. It was a crazy journey but we ended up happy with it. We had tours booked in the middle of the process with Sleeping With Sirens, we had to book for the futur… there was so much unschedule stuff. It was definitely a strange process.

What’s your favorite part about composing and recording music?

The process of being in the studio, being able to build and try different sounds… I love it! I grew up with in that audio production and for me that’s heaven. I love jamming with the dudes and try to make good parts. I like when we get to record a part and in the end we’re all like «Yeah that’s awesome !».

If you had to get a tattoo of your own lyrics, which one would you choose ?

I would probably say… «Forget regret» or «Darling you’ll be okay». I don’t know if necessarily I’ll get on me but there’s so many good lyrics I can’t even pick one !

If you had to convince people to check your music out, as fast as possible, just like a tweet, what would you say ?

«Check us ouuuuut !» (laughs) No, I would say : «Our new record is out and if you only have 5 minutes of your day, listen to the first track of Misadventures! And if there’s not something you like in there, then I’m sorry.». 

If you had to write a concept album, what subject / theme would you cover ?

I would do nothing but Disney. I love Disneyland a lot, I don’t know how it would work, it would probably get sued.

What can we expect for the future ?

A lot ! Obviously these festivals coming out, and then we are going to head home for some days. We are also doing the APMA’s in the States, that will be fun. After that we are going on tour with Rise Against in the US and Canada. I’ve been a fan of that band for a long time. We are busy until the end of the year but we will try to start writing new songs.

Anything to add ?

We have a new record out, Misadventures ! It’s been one year, but it’s still fresh ! We’ll see France soon.

Thank you for your time !

Of course, no worries !

Interview : Florentine Pautet 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements