Confessions Of A Traitor – Illuminate (EP)

Deuxième EP pour les Anglo-saxons de Confessions Of A Traitor, le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils montent d’un cran. Depuis leur formation à la fin de l’année 2014, les cinq Londoniens ont monté les paliers à vitesse grand V, enchaînant les dates et les premières parties aux côtés de grands noms du metalcore. Ceci présage-t-il un futur premier album studio ?

C’est en septembre 2014 avec la sortie de leur premier EP Seasons que la belle histoire de Confessions Of A Traitor commence. Soutenu par les videoclips de « Scavangers » et « The Wolf, The Pack », ce tout premier effort les emmène sur les planches du Guildfest, Takedown Festival, Dissonance Festival et en tournée britannique et européenne aux côtés de Bury Tomorrow, Texas In July, Upon A Burning Body, Malefice et I Set My Friends In Fire. Actuellement dans le second cycle de l’EP, ils ont déjà tourné avec Calibean, ont été en première partie d’Architect et sont tête d’affiche avec TrapT. Dans les bacs depuis le 13 juin dernier, ce second EP arrive à point nommé pour passer une autre étape.

Illuminate a été enregistré et mixé au Longwave Studios de Cardiff sous la direction de Romesh Dodangoda connu pour ses collaborations avec Motörhead, Bring Me The Horizon, Bullet For My Valentine et Bury Tomorrow pour ne citer qu’eux. La promotion médiatique de ce second EP a commencé dès le mois d’août 2016 avec deux vidéoclips filmés et produits par Zak Pinchin Media, l’un pour « Though Struggle Hope Will Anchor Our Soul » et l’autre pour « Illuminating The Night ». Ces deux clips se focalisent sur les performances techniques de chacun des protagonistes tout en nous plongeant dans la thématique de cet EP : La lueur d’une flamme dans la noirceur du crépuscule. Ce thème est souligné parfaitement par le travail de Simon Atkinson à base de mandala.

Passons à la musique maintenant, et ça déménage sec. Pas une pique de clear dans les scream de Stephen. Sa voix puissante grave et teintée de growl marque les esprits tout comme les courts instants où il pousse le son un peu plus dans les aigus sur « In Darkness, Ignite The Spark »,« The FiresWe Burn Are Boundless » et « The Light We Posses Is Retenless ». Ces deux dernières commencent directement par le scream charismatique de Stephen tandis que les trois autres sont introduites par les riffs de Jack et Dominic. Tout au long de l’album on ne peut que souligner la performance de Seb derrière les fûts. Sa bonne grosse double pédale au son bien lourd le tout accompagné par l’alternance rapide de ses blast sur ses cymbales, caisses claires et toms bass nous font littéralement tomber à la renverse.

C’est à travers leur son que les cinq Londoniens font passer le message. Les solos plus clairs au niveau de la sonorité de Dominic sur notament « Illuminating The Night » et « The Light We Posses Is Retenless » s’oppose à la saturation et la profondeur de celle de Jack. Les scream stridents hachent ceux beaucoup plus graves, à la limite du growl, de Stephen. La gravité de la double pédale de Seb soutenue par les lignes de basse de Tony en fracture avec la clarté intermittente des riffs de Dominic et du chant de Stephen, tout ceci fonctionne comme le combat de la lumière contre les ténèbres.

Connus pour leurs performances live animées, grâce à un son unique qui résonne à chaque écoute et qui captive l’attention du public,Confessions Of A Traitor n’a pas fini de faire parler de lui. Illuminate nous éclaire sur les ambitions du combo anglais, à savoir s’inscrire en lettres dorées dans la liste des groupes metalcore les plus marquants du monde.

Line Up :

Stephen MacConville : Chant
Dominic Pool : Guitare
Jack Darnell : Guitare
Tony Nagle : Basse
Seb Olrog : Batterie

Tracklist:

cover

Label:

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements