Five Finger Death Punch au Download Festival France 2017


Il est 19h30 quand Five Finger Death Punch vient fouler la Mainstage avant les deux mastodontes du jour que sont Slayer et System Of A Down. Après de vives tensions déjà survenues auparavant, la formation américaine était attendue au tournant. Extrêmement connu outre-atlantique, le groupe pourrait être rapproché en terme de notoriété à un Disturbed, c’est-à-dire aimé sans pour autant réellement comprendre pourquoi. Pas sûr que la prestation de ce samedi fera changer cette vision.

Five Finger Death Punch fait face à un public vraiment garni, aidé par une affiche alléchante. Mais pas mal de fans, vêtus de t-shirt à l’effigie du groupe, sont venus voir leur concert en particulier. Une heure était accordée aux Américains pour nous faire bien bouger, et c’est un peu l’inverse qui s’est produit.
 


Si le son est bon sur la Mainstage et les guitares plutôt perceptibles et justes, la voix du frontman Ivan Moody est elle, assez fuyante.

Les Américains proposent une musique calibrée pour les festivals, dans le sens où elle est susceptible de plaire à un grand nombre d’amateurs de metal. Et c’est le cas notamment de « Jekyll and Hyde » qui est repris par le public présent ce samedi. Étant l’un des gros succès du groupe, ce titre amène une certaine harmonie entre Five Finger Death Punch et le public, qui continue à chanter les paroles même lorsque la chanson est terminée.
 

L’ambiance, pourtant, reste assez posée et calme, à l’image de la prestation du groupe, même si Ivan Moody demande un circle pit qu’il obtient en introduction de « Burn MF ». Ce morceau est par ailleurs le plus violent en terme de bouillonnement des masses. Les paroles « Burn motherfucker burn motherfucker burn » sont répétées encore et encore.

La température redescend précipitamment avec un morceau acoustique, « Remember Everything », où tout le monde tape dans ses mains. Difficile ensuite de relancer la machine, quand on a endormi la moitié de son auditoire. Si les morceaux en acoustique sont une bonne chose lors d’un concert pour souffler, en festival, où le temps est limité, il vaut mieux vaut privilégier la puissance et enchaîner des titres marquants.

Mais l’enchaînement n’est pas une chose que maîtrise Five Finger Death Punch, bien au contraire. Ce sont parfois plusieurs minutes qui s’écoulent avant que le groupe ne recommence à jouer, les pauses entre les morceaux étant parfois suivies de gros blancs extrêment génants et problématiques.
 


Les Américains concluent avec l’un de leurs meilleurs titres, « The Bleeding », pour une heure de jeu qui nous aura paru parfois un peu longue. Une prestation en demi-teinte, l’une des dernières du frontman qui quittera deux jours après ses camarades sur leur tournée des festivals, après un concert à Tilburg tumultueux. Un retour de Five Finger Death Punch est prévu en fin d’année. Avec quel line-up ? Le mystère reste entier, mais espérons retrouver le groupe en meilleure forme. 

 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2017
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements