Entretien avec Sleeping With Sirens à  Lyon (13.06.17)


Un peu avant leur passage au Longlive Rockfest à Lyon, c’est tous les membres de Sleeping With Sirens qui nous ont accordé du temps pour une petite interview. Dans les loges, avec 2 ventilateurs pour échapper à la chaleur, les Américains étaient occupés à signer des vinyles et des cymbales de batterie. Rencontre avec des musiciens drôles, la tête sur les épaules et ravis d’être de retour en France.

(English version below)
 

sleeping with sirens, sws, interview, lyon, longlive, rockfest, florentine pautet

Salut les gars ! Comment allez-vous aujourd’hui ?

Kellin : On va bien ! Et toi ?

Ca va, merci !

SWS : Cool !

Nick : Il fait quand même un peu chaud.

Comment s’est passé votre concert au Download Festival, pour une première ?

Nick : J’ai trouvé ça super. J’ai adoré.

Kellin : On s’est bien amusé ! C’était sympa.

Qu’est-ce que ça vous fait de revenir en France ?

Kellin : Ca fait du bien ! C’est génial.

Nick : Ouais, ça fait au moins 6 ans.

Justin : 7 ans !

Gabe : C’est cool, on va continuer à revenir ici.

Votre meilleur souvenir de festival ?

Nick : Le mien est le Lowlands Festival, l’année dernière. L’endroit où ça se passe a sans doutes été fait pour les gens qui prennent de la drogue ! C’était un peu le pays des merveilles. C’était super cool en tout cas !

Kellin : Les festivals sont toujours bien pour moi car on a l’occasion de jouer des petits sets, donc on joue que nos meilleurs morceaux et les gens s’éclatent !

Justin : J’aime beaucoup découvrir de nouveaux groupes aussi.

Et le pire souvenir ?

Kellin : Gabe va te répondre que c’était la soirée où il est allé en ayant trop pris de drogues !

Gabe : Je n’y suis pas allé !

Justin : Je pense que c’est quand on a eu de gros soucis de sons pendant qu’on jouait sur la Main Stage…

Kellin : Ouais c’était à Reading & Leeds !

Justin : On n’a même pas commencé à temps, c’était un vrai cauchemar. Mais au final, on a bien aimé.

Quelle est la différence entre un concert aux Etats-Unis et un concert en France ? Vous savez qu’on n’est pas vraiment un pays punk, rock ou autre…

Kellin : Le public américain est différent de n’importe quel autre pays, en fait. Je ne peux pas pointer en quoi, mais il est juste unique. Et c’est ça qui est excitant quand on voyage à travers le monde, chaque pays a sa propre ambiance.

Gabe : Pouvoir être exposés à différentes cultures, c’est toujours incroyable.

Comment voyez-vous votre évolution en tant que groupe ?

Kellin : On devient vieux, et très vite ! (rires) Je le vois quand je me regarde dans le miroir et que je regarde le reste des gars après ! On grandit, quoi. Et on fait de la musique plus mature, ça a été une super expérience pendant ces sept années de notre vie. On a pu voyager, et faire de la musique ensemble. On est devenu de meilleurs amis aussi.

Pouvez-vous nous expliquer votre méthode de composition et d’enregistrement ? Comment vous avez fait pour Madness par exemple.

Kellin : Je ne sais pas comment les autres groupes font. Nous, quand on a une bonne chanson et qu’on le sent bien, on passe du temps à la peaufiner après. On a aussi jeté pas mal de morceaux à la poubelle ! Des fois on part d’un riff, d’une partie de guitare ou de paroles. On n’a pas vraiment de structure.

Qu’est-ce que vous préférez durant l’enregistrement d’un album ?

Justin : Pour moi, c’est quand tout est fini et qu’on peut enfin écouter l’album entier.

Kellin : J’aime bien juste me poser avec les gars et arriver avec des chansons. J’adore ressentir l’énergie et jouer les chansons en live. J’aime voir le résultat de tout ce temps passé à fournir beaucoup de travail. Quand je vois les fans qui chantent les paroles avec nous en concert, c’est vraiment génial.

Quels groupes vous influencent le plus ?

Kellin : C’est une bonne question. On a tous des influencent différentes. Personnellement je dirais Led Zeppelin, Michael Jackson ou O.S.S… j’en ai beaucoup.

Gabe : J’adore The Beatles, Queen, Pink Floyd… Notre groupe est très éclectique ! Y’en a qui ont grandi en écoutant du heavy metal, d’autres de la pop…

Que pensez-vous de l’industrie musicale aujourd’hui ?

Kellin : Je pense qu’aujourd’hui, tout est une question d’argent. Il s’agit de combien d’albums tu peux vendre et combien d’argent tu peux faire. Il est important pour moi, par exemple, de gagner de l’argent avec la musique car c’est mon métier et j’ai une famille maintenant. C’est différent de quand tu es ado et que tu veux juste faire de la musique pour t’amuser.

D’ailleurs, depuis que tu es devenu papa, ça n’a pas affecté ta vie de musicien ?

Kellin : Non, pas vraiment ! C’est juste plus dur de quitter la maison quand on part en tournée, parce que je ne veux rien rater !

 

Si vous deviez vous faire tatouer des paroles de Sleeping With Sirens, lesquelles choisiriez-vous ?

Kellin : «I’m in trouble» and «We like it loud».

Gabe : J’aime bien «We like it loud»

Justin : «Do it now, remember it later»

Gabe : Je me ferais tatouer «I lost my heart» (rires) Ce serait un sacré tatouage. Et toi Jack ?

Jack : Je n’ai vraiment pas de réponse.

Kellin : «Congratulations»!

Jack : Ouais je pourrais me faire tatouer ça.

Kellin : «They say you’re the man»! (rires)

Si vous deviez convaincre quelqu’un de jeter une oreille à votre musique, le plus vite possible, que diriez-vous ?

Kellin : Ecoutez-nous ! (rires)

Justin : Je pense que je n’essaierai jamais de convaincre quelqu’un, la musique est un truc subjectif, tu vois. Je pense que ça embêterait plus la personne qu’autre chose.

Gabe : Peut-être que je dirais «S’il vous plait, écoutez-nous !»

Jack : «Si vous aimez faire la fête, alors jetez une oreille à notre groupe ! Parce qu’on aime faire la fête aussi.»

Gabe : «Ne soyez pas stupides, écoutez-nous !»

Si vous deviez écrire un concept album, quel thème aborderiez-vous ?

Kellin : Je ne suis pas fan des concept albums…

Nick : On trouve ce concept bizarre.

Kellin : Pour répondre à ta question, je pense que ce serait sur ma vie et tous les trucs que j’ai pu traverser.

Que peut-on attendre de Sleeping With Sirens pour le futur ?

Nick : Beaucoup plus de tournées.

Kellin : On ne pense pas trop au futur en fait. On se concentre sur le présent !

Jack : C’est important de vivre le moment présent.

D’autres choses à ajouter ?

Justin : Euh… ne soyez pas stupides !

Kellin : Ouais, ne soyez pas bêtes, écoutez notre nouvel album ! C’est le feu ! Et on a hâte de revenir ici encore et encore.

Merci pour votre temps !

SWS : Merci à toi.

 

sleeping with sirens, sws, interview, lyon, longlive, rockfest, florentine pautet

(English version)

Hi guys, how are you today ?

Kellin : We’re doing well, how are you?

I’m fine !

SWS : Cool.

Nick : It’s a little warm.

How was your show at Download Festival , first time playing there ?

Nick : I thought it was amazing. I loved it.

Kellin : We had fun ! It was a good time.

How does it feel to be back in France ?

Kellin : It feels really good, it feels awesome.

Nick : We’ve been here 6 years ago.

Justin : 7 years !

Gabe : It feels good. We’ll definitely keep coming back.

Favorite memory in a festival ?

Nick : Mine would be in Lowlands Festival, last year. The festival area must have been made for people on drugs ! It was like Winter Wonderland in the middle of this. It was super cool.

Kellin : Festivals are always great for me because you have a short set, so you play all your biggest songs and people have a blast.

Justin : Seeing new bands too.

Worst memory ?

Kellin : Gabe will tell you he went to a party while on drugs.

Gabe : I didn’t go to that party !

Justin : I think for us it’s when we had sound problems while playing on a Main Stage.

Kellin : Yeah it was at Reading And Leeds !

Justin : We didn’t start on time… it was kind of a nightmare but in the end we had fun.

What’s the difference between a French audience and a UK one? We’re not really a hardcore/punk country.

Kellin : American audience is different from any other country in fact. I can’t point what is is, it’s just unique. So that’s the exciting part about travelling the world, everyone has their own vibes.

Gabe : Being exposed to different cultures, it’s always amazing.

How do you see your evolution as a band ?

Kellin : We’re getting old, very quick ! (laughs) I see it in the mirror when I look at myself and then look at the rest of the guys ! We’re just growing up. We’re making more grown-up music. It’s been pretty awesome to experience 7 years of our lives traveling the world and making music together. We are best friends.

Can you tell us how you record songs ? The recording process for your last album Madness for example ?

Kellin : I don’t know how other bands do, we have a good song and if we feel it is, we spend a lot of time writing. We threw a lot of songs away. Sometimes it starts from a lyric, sometimes it starts with a riff… We don’t have a structure set.

What’s your favorite part about composing and recording music?

Justin : For me I like when it’s all done and when you get to hear the whole album.

Kellin : I like just sitting down with the guys and coming up with the songs. I love feeling the energy and playing the songs live. I also love getting to see the outcome of all the time and hard work we put. Having the fans singing the songs back to us is definitely nice.

Which bands are your main influences ?

Kellin : It’s a hard question. We all have different influences. For me I’d say Led Zeppelin, Michael Jackson, O.S.S… I have a lot.

Gabe : I love The Beatles, Queen, Pink Floyd… Our band has eclectic influences ! Some grew up listening to heavy metal, some with pop…

Opinion on the music industry today ?

Kellin : I think today it’s more about what you could sell and how much money you could make. It’s important for me, for example to provide money from music because I have a family now and that’s my job. It’s different when you’re a kid and you just want to make music for fun.

Kellin, since you became a Dad, does it affect your musician life ?

Kellin : It doesn’t really affect my musician life ! It’s just so hard to leave home when we go on tour because I don’t want to miss anything.

sleeping with sirens, sws, interview, lyon, longlive, rockfest, florentine pautet

If you had to get a tattoo of your own lyrics, which one would you choose ?

Kellin : «I’m in trouble» and «We like it loud»

Nick : That’s a great question…

Gabe : I like «We like it loud»

Justin : «Do it now, remember it later»

Gabe : I would get «I lost my heart» (laughs) It would be a sick ass tattoo ! Jack ?

Jack : I really don’t have an answer.

Kellin : Congratulations !

Jack : Yeah I would get «congratulations».

Kellin : «They say you’re the man»! (laughs)

If you had to convince people to check your music out, as fast as possible, just like a tweet, what would you say ?

Kellin : Check us out ! (laughs)

Nick : I don’t know

Justin : I think I would not try to convince people, it’s a very subjective thing you know. I feel like I would never bother somebody to check my music.

Gabe : Maybe I would say «Please listen to us»

Jack : «If you like to party, then listen to our music» because we like to party too !

Gabe : «Don’t be an asshole, listen to us!»

If you had to write a concept album, what subject / theme would you cover ?

Kellin : I have never been a fan of concept albums…

Nick : We think it’s a weird concept.

Kellin : I think it would still be about my life, to answer your question ! Like the struggles I’ve been through.

What can we expect for the future ?

Nick : A lot more touring.

Kellin : We’re not so worried about the future, we concentrate about the present.

Jack : It’s important to us to live the present.

Anything to add ?

Justin : Err… don’t be an asshole.

Kellin : Yeah, don't be an asshole, listen to the new record ! It’s straight fire ! We cant’ wait to come back more and more.

Thank you for your time !

SWS : Thank you ! 

Interview : Florentine Pautet

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements