Astroid Boys au Download Festival France 2017

Belle initiative pour le Download Festival qui dans un soucis de respect d’une diversité musicale,  programme un groupe venu tout droit du Royaume-Uni en ce dimanche 11 Juin : les Astroid Boys. Basé à Cardiff, la formation mélange la culture punk, hardcore ainsi que le hip-hop/rap pour donner un mélange d’une vivacité incomparable sur scène.

D’années en années, les Astroid Boys se sont construits une réputation pour tenir des performances live impressionnantes. Ayant Signé en 2016 avec le label Music for Nations (qui n’avait soutenu aucun nouvel artiste depuis près de dix ans), les Anglais ont récemment réédité sous un autre angle d’attaque deux de leur anciens EP sous l’égide de MNS: Bacon Dream ainsi que CF10

Si les médias britanniques les vendent comme des bêtes de scène, leur intro laisse perplexe un bon nombre de spectateurs. Chose étrange, le groupe a laissé un backtrack de chansons de rap pendant plus de cinq minutes avant de se présenter, si bien que l’on pouvait entendre dans la foule « ah mais Astroid Boys c’est un DJ » ? Non loin de là, juste des musiciens se laissant largement trop désirer.

Une fois sur scène, leur réputation se confirme néanmoins, avec un enchainement de high kick par Benji digne d’une démonstration de karaté. Fiers de leur contrée, les rappeurs arborent un drapeau du Pays de Galle à l’arrière de la batterie. Si le chant reste à dominante rappé, des musiciens aux sonorités plus hardcore et metal sont présents et rappelle des groupes comme Hollywood Undead.

Après quelques chanson, vient « Foreigners », l’une de leur dernière collaboration éminemment politique avec Sonny Double 1. La chanson pose un commentaire social sur des thèmes comme celui de l’utilisation des armes à feu, la corruption policière, ou encore le Brexit. Le refrain « You know that my hair is on Donald Trump / My swag is on Donald Duck / You know that I don’t want to argue but / You know that my people have had enough » amène à se questionner sur les événements récents de l’actualité sur un son tirant plus vers le punk/hardcore que vers le rap.

Si l’on prend la dualité la plus triviale qui persiste encore aujourd’hui (bien qu’elle ne devrait pas) entre le monde du  « rap » et celui du « vrai rock n’ roll », il est très aisé de noter que les afficionados des genres rock/punk/hardcore et j’en passe, se payent régulièrement la tête de leurs confrères rappeurs sur leur ambiance en concert ainsi que leur public peut-être moins énergique. Ce cliché a lieu de tomber avec des groupes comme Astroid Boys, lorsque les musiciens lancent « Fallback » et « Dusted ». Sur les sons mélangeant une frappe lourde et un rap agressif, la foule se lâche complètement frolant de très près la ligne rouge séparant le fun du violent : comme quoi on peut mosher même sur du rap, c’est un fait les amis.

Pour finir, le groupe se rétracte avec comme fond musical la fameuse chanson de Cut Killer « Sound Of Da Police » histoire de laisser chanter la foule une dernière fois. En résumé, on accueillera avec plaisir les Gallois dans la capitale pour une prochaine date s’ils le souhaitent ! 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2017
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements