Trust (+ Ludwig Von 88 et Giédré) – Festival Parole et Musique de Saint-Etienne – 08/06/2017


Comme à son habitude, le festival stéphanois de Parole et Musique ouvrait cette période estivale. La veille du début du Download de Paris et presque une semaine jour pour jour des hostilité du Hellfest, Le Palais des Spectacles allait accueillir Trust qui, tel un phénix, renaît de ses cendres. N’ayant rien perdu de leur superbe, les musiciens ont enflammé cette grande salle, bien aidés cependant par l’énergie de Ludwig Von 88 et l’humour décalé de Giédré.

Giédré 


C’est une ouverture peu commune pour un groupe de punk rock et un autre de hard rock. Un petit bout de femme se présente seule devant la scène. Elle a beau avoir un visage d’ange, voyant le décor vaginal qui se trouve juste derrière elle, on se doute de quelque chose. Surtout que la petite dame n’est pas à son coup d’essai, découverte par Raphaël Mezrahi, fréquentant Laurent Baffie sur Europe 1, elle a également prêté sa voix pour la clip de « Super Salope » du duo nantais Andréas & Nicolas. Ce début de concert commence donc dans la joie et la bonne humeur. Du second degré, il en faut pour apprécier Giédré et le public stéphanois nous a prouvé qu’il en avait.

Giédré 1


« Malgré les apparences, je ne suis pas Trust ! […] Pour des raisons juridiques, j’espère que tous les enfants présents sont sourds ! » . C’est par ces quelques mots et vêtue comme une petite fille qu’elle débarque accompagnée de sa guitare. Ça commence fort, la première chanson est un ode à la contraception. Les paroles sont salaces, la tête de poupon juchée au sommet du manche de sa gratte sèche amplifie cette impression. C’est cru, c’est politiquement incorrect mais qu’est-ce que c’est drôle. Après une grosse journée de travail, se détendre en live avec Giédré c’est tout aussi efficace que de s’avachir avec une pinte sur son canap’.

Giédré 2

Tout le reste de son set est du même acabit. Des paroles outrageuses sur une base musicale symplissime, c’est du Didier Super au féminin en somme. Deux guest en la personne de Jean-Pierre Pernaut et Marie Ange Nardi l’accompagnent avec des maracas pour « La vie c’est d’la merde ». Elle fait faire à tout le public des anus avec les doigts (c’est sa marque de fabrique, certains de ses t-shirt de merch en sont estampillés) sur « Ferme ta gueule et … » et « On fait tous caca ». Au milieu de ses monologues inter-chansons, elle boit un coup dans un tube de shampoing avant « Toutes des putes » et passe de la guitare au piano pour « (Meurs) » et « On fait tous caca ».

Giédré 3

C’est avec une bonne dose de bonne humeur que commence cette soirée. Tout le public a la banane et ça se voit. La scène de Giédré est rapidement évacuée avant que le bal des roadies ne commence pour installer celle des Ludwig qui, quant à elle, est beaucoup plus chargée en peluches en tout genre.

Set List :

1 – Ok à la contraception
2 – La vie c’est d’la merde
3 – Ferme ta gueule et…
4 – Tire la chasse STP
5 – La bande à Jacky
6 – Toutes des putes
7 – Pisser debout
8 – Les rois des animaux
9 – (Meurs)
10 – On fait tous caca

Ludwig Von 88 

La scène des Ludwig est maintenant prête, et le moins que l’on puisse dire c’est que, comme d’habitude, c’est floral, animal mais surtout chargé. Un bon gros drappé est tendu derrière les platines de Jean-Mi ornées de fleurs. A 21h20 pétantes, ils apparaissent déguisés: Karim avec une péruque blonde, Bruno en cycliste et couvre chef et Charlu également en cycliste mais arborant un masque de catcheur mexicain. Et le moins que l’on puisse dire c’est que ça commence vraiment fort. « Oui oui et la voiture est jaune » introduit le set des Franciliens. Karim est déchaîné, tout au long du set il fera preuve d’une énergie débordante comme à son habitude.

LV88 1

Il faudra attendre la chanson suivante qui est « Louison Bobbet For Ever » pour voir Charlu tomber le masque et nous délivrer des salves de basses bien placées au premier rang. Les personnes retrouvant avec plaisir ou découvrant les Ludwig en ont pour leur argent. C’est un véritable show qui se dessine à l’horizon. Dès la première chanson, les canons à confettis sont de sortie. Ils seront de retour pour « Nous sommes des babas », « Bilbao » et « Le crapaud et la princesse ». La pyrotechnie est aussi de la partie avec des fontaines à étincelles qui sont actionnées sur « Louison Bobbet For Ever », « Guerriers Balubas » « Come on Boys » et bien sur avec les explosions sur le casque militaire de Karim lors de « Marche ».

LV88 2

La communion avec le public est totale, Charlu et Bruno nous balancent des bon riffs tantôt rock, tantôt ska, tantôt punk tout en jouant avec le premier rang. Karim fidèle à sa réputation saute à tire-larigaud provoquant de grosses vagues de jumps dans la salle. Le moment fort du spectacle est le laché de ballons géant, qui débute pour « Nous sommes des babas » au rendu sympathique et efficace. Le son du micro de Karim, ainsi que celui des guitares, n’a été réglé de façon correcte qu’à partir du troisième titre, mais avec un professionnalisme à toute épreuve, les Ludwig ont tout fait pour que rien ne transparaisse.

LV88 3

Le set des Ludwig se termine par un rappel de quatre chansons et pas des moindres. Dans le lot il y a le titre le plus fédérateur : « Houla la ! ». Pour cette der des ders, c’est littéralement l’orgie dans la fosse. Les pogos, slam et jump sont monnaie courante. Les canons à confettis font leur dernière sortie et les Ludwig nous quittent après un passage d’un petit peu plus d’une heure dont l’intensité n’a pas baissé une seule seconde. Le mot de la fin est pour Karim : « N’oubliez jamais, l’élite est entrée sans prévenir ! ».

LV88 4

La fosse est dans un sale état, les roadies ont du travail pour tout remettre en ordre et évacuer mais l’ambiance est à son maximum. Tout le monde se précipite aux bars pour se rafraîchir après ce passage plus qu’animé. Nous sommes maintenant prêts à accueillir les rois de la soirée comme il se doit.

LV88 5

Set List :

1 – Oui oui et la voiture est jaune
2 – Louison Bobbet for Ever
3 – Guerriers Balubas
4 – Mon cœur s’envole
5 – Nous sommes des babas
6 – Club Med
7 – O Tchang
8 – Sur la vie de mon père
9 -William Kramps et le tueur de bouchers
10 – Sébastien Furioso
11 – HLM
12 – Lapin Billy s’en va en guerre
13 – New Orleans
14 – Bilbao
15 – Marche
16 – Cannabis
17 – Come on Boys

Rappel :

18 – Dans la forêt
19 – 30 milions d’amis
20 – Le crapaud et la princesse
21 – Houla la !

Trust 

Le dernier roadie descend du haut des rampes de lumières centrale, ayant rempli sa mission : enlever la totalité des serpentins qui s’étaient enroulés autour. Leur travail a été remarquable, la salle retrouve sa propreté d’origine. Les lumières s’éteignent et à 23h pile poil, le jeune Christian fait son entrée en premier, suivi de près par Izo et Bernie. Nono et David ferment la marche et ça envoie du pain dès le début avec « L’Archange ». Le solo de Nono est vertigineux l’ambiance mise par les Ludwig ne risque pas de retomber. Malgré tout, Trust est venu dans une optique décontractée. La totalité de la scène est couverte de tapis iraniens comme dans les studios d’enregistrement, David est pied nu afin de mieux ressentir les vibrations de sa basse.

Trust 1

Etant l’une des dernière dates avant celle du Hellfest, cette soirée du Festival Parole et Musique est une sorte de mise en jambe. Pour preuve, une seule chanson (l’antépénultième) a été changée lors du set de Clisson. Lors des trois premiers morceaux du set, un membre du staff filme le groupe à l’aide d’un téléphone portable, mais cela n’empèche pas Bernie de faire son show. Depuis toutes ses années, sa voix n’a pas changé d’un iota, sa rage et son énergie non plus d’ailleurs. Derrière ses rangées de fûts et cymbales, Christian envoie ses rythmiques énergiques. Les outro de « Marche ou crève » et « Fais où l’on te dit de faire » démontrent tout son talent et la fouge de sa jeunesse mise à profit du groupe.

Trust 2

Bernie est intenable ce soir, il crache de l’eau en l’air pendant le break de « Fais où l’on te dit de faire », il jumpe avec David sur la fin de « Démocrassie » « avec deux s comme crasse » et de façon générale il navigue de long en large sur la scène se joignant de temps en temps avec ses compagnons d’armes. La fosse, bien que timide en début de set, commence à vraiment s’animer dès que « Au nom de la race » est entonné. Les premiers slam fleurissent, notamment sur les refrains de « Le temps efface tout », « L’Elite » et bien sûr « Antisocial ».

Trust 3


Le reste du groupe fait preuve de la même énergie que son frontman mythique. Sur « Le temps efface tout », David imite Bernie en traversant la scène pour faire profiter à tout le premier rang de ses lignes de basse et surtout de son solo après le break interminable auquel nous avons le droit. Après un changeant de gratte dès le commencement de « Démocrassie », Nono nous scotche avec ses solos et ses riffs chaloupés. Et Izo, quant à lui, n’a de cesse de communier avec la fosse, faisant profiter de son jeu de guitare à qui veut bien l’entendre.

Trust 4


C’est avec les deux morceaux les plus mythiques de Trust que se clôture ce set d’un petit peu plus d’une heure. « L’Archange » et « Antisocial » nous replongent toutes deux dans notre plus chère enfance de metalhead. Les trois générations présentes dans le Palais des Spectacle communient autour des mêmes chansons, partageant un moment plus qu’unique. C’est après le légendaire « Antisocial » que tout le groupe se présente devant nous, tirant sa révérance devant une masse satisfaite mais qui reste sur sa faim. On pourra heureusement rapidement remettre le couvert  dans la région Rhône-Alpes avec leur prochain live du 17 décembre prochain au Transbordeur de Villeurbanne. Rendez-vous est pris !

Trust 5

Set List :

1 – L’Archange
2 – Marche ou crève
3 – Fais où l’on te dit de faire
4 – Au nom de la race
5 – Le temps efface tout
6 – Démocrassie
7 – On lèche, on lache, on lynche
8 – L’Elite
9 – Antisocial

Crédit Photos:

Un grand merci à Joel Kuby Photography pour avoir accepter l’utilisation de ses clichés pour illustrer le report!



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements