Slayer au Download Festival France 2017


Cette journée du samedi proposait de bien beaux noms sur l’affiche, et notamment Slayer, l’un des plus grands groupes de thrash à ce jour. Plus de trente ans de bons et loyaux services, et les lascars sont toujours au rendez-vous. 1h15 de temps de jeu leur était accordé, avant la tête d’affiche du jour qui était System Of A Down, et Slayer en a profité pour nous démontrer toute leur maîtrise.

Que dire de la prestation de Slayer hormis qu’elle est irréprochable de A à Z ? Pas de fausses notes, une exécution millimétrée et un professionnalisme avéré. L’un des cadors du thrash metal tient son rang et sans difficulté. La foule est présente mais pas immense, car les fans de System Of A Down se sont déjà agglutinés sur la mainstage. Pourtant, Slayer est bien décidé à ne pas faire de la figuration et assène le public de tubes en veux-tu en voilà. Car c’est bien des connaisseurs qui sont présents à 20h35, heure de démarrage du concert.

C’est « Repentless », issu de l’album du même nom, qui ouvre les hostilités après l’introduction « Delusions Of Saviour » en bande sonore. L’occasion pour montrer d’emblée que Tom Araya a du coffre et que Kerry King porte bien son nom. Les Américains enchaînent avec « Disciple », l’un de leurs plus gros tubes, et son fameux « God Hates Us All » est repris par tous. On remarque que le son est encore un peu trop fort, notamment les cymbales qui résonnent plus qu’à l’accoutumée.

Les riffs de Kerry King sont hyper puissants, et il excelle à chaque solo, comme durant « Mandatory Suicide ». Aidé d’une discographie garnie, le groupe peut varier et montrer qu’il a su rester constant durant toutes ces années.

En comparaison des précédents groupes du jour sur la Mainstage 2, on n’a rien à redire au niveau des réglages, nous permettant ainsi de bien profiter de la leçon de guitare sur « Captor Of Sin » ou d’un Paul Bostaph en grande forme sur « Postmortem ». Bizarrement, c’est l’album Seasons In The Abyss qui sera le plus représenté dans cette setlist, même si les plus gros succès du groupe sont présents dans Reign In Blood. L’un des groupes du Big Four livre une sorte de best of, plaisant aussi bien aux fans vétérans qu’aux nouveaux.

Les dernières chansons sont malheureusement un peu délaissé car on voit peu à peu les gens se diriger vers la mainstage voisine, alors même que la prestation de Slayer n’est pas terminée. Ces spectateurs auront donc entendus au loin le très fameux « Raining Blood » ou encore la conclusion finale du groupe sur « Angel Of Death ». Dans les faits, on ne peut rien reprocher à Slayer qui fait le job après tant d’années et qui est l’un des groupes les plus reconnus du milieu. Pour autant, il manque peut être LE truc pour faire de Slayer le groupe préféré de tout un chacun. Car une performance irréprochable et parfaite dans son exécution n’est pas pour autant une prestation qui marque et qui dure dans notre esprit. Mais Slayer est un grand et le restera.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements