Behemoth au Hellfest 2012


Temple – Samedi 16 Juin 2012 – 01H00

La setlist de Behemoth en cette soirée sera la même que celle du Full of Hate Tour dans un ordre à peu près équivalent, là où l’on avait vu Behemoth au Bataclan le 13 Février dernier en compagnie de Cannibal Corpse et Legion of the Damned en autre. A part « Christians to the Lions » qui a été rajouté et « Diableria (The Great Introduction) » et « The Thousand Plagues I Witness » qui ont été enlevés… peu de surprises donc, mais le show restera puissant de qualité et soulagera tous les fans du combo.

Enfin un horaire décent pour les polonais, car on se souvient de leur prestation avec un backdrop volant à tout vent en 2007, en plein jour, puis celle de 2010 sur une Mainstage 2 en plein soleil ne laissant entrapercevoir que des miettes de l’ambiance que sait créer le groupe dans un environnement adéquat.

 

Behemoth

L’esprit antichrétien cher au groupe issu d’un pays très catholique (« Jean Paul si tu nous écoute ») est sublimé par la prestation de Behemoth baigné dans des lumières proches de celles que l’on retrouvera en Enfer. Car, si vous lisez ces propos, il est clair que vous avez peu de chance de vous retrouvez au Paradis…

Le concert débute par le triptyque « Ov Fire and the Void » avec un son d’une puissance phénoménale, un « Demigod » bien en place ; et l’ancien « Moonspell Rites » tout en mid-tempo. Ça headbangue ferme dans le pit.

Seth, imperturbable, fait bouger sa tignasse en headbanguant comme un forcené tout en assurant les backing vocals ; Orion en impose quand il s’avance vers le devant de la scène, quant à Inferno il blaste comme un furieux pour insuffler cette puissance caractéristique au groupe. Nergal a l’air de bien se porter et ce malgré une maigreur impressionnante. Charismatique, il sait galvaniser la foule qui se prosterne devant lui.

 

Behemoth

Place au rituel, à la cérémonie des polonais, le Black/Death technique de la bande à Nergal est fort bien interprété. Visuellement on est toujours avec les pieds de micros forgés avec symboles et cobras entrelacés où l’on entraperçoit difficilement Nergal derrière, jets de flammes et lights sublimes. Tout est bien en place et ce depuis pas mal d’années maintenant tant le groupe nous a habitué à des tournées monumentales.

Bien sûr on a le droit au masque que revêtira Nergal sur « Lucifer » avec flammes et lancer de confettis noirs vers le public tel une attaque massive de sauterelles sur le continent africain. Magique, envoutant, dythyrambique.  Il y a de la majesté dans la prestation de Behemoth.

Envoutant,, stressant, puissant, on en redemande ! « I love you! I love you more than Jesus! » [Lucifer, The Prophecy]

 

Behemoth

Certain diront qu’un show de Behemoth est prévisible, mais il est fort à constater que ce rouleau compresseur de tympans est toujours aussi intense et sans concession. Personnellement… J’adore!  Que Nergal le survivant nous emmène encore loin, et ce pendant longtemps…

 

Lionel: Born 666

Setlist :

Ov Fire and the Void
Demigod
Moonspell Rites
Christians to the Lions
Alas, Lord Is Upon Me
Conquer All
At the Left Hand ov God
Slaves Shall Serve
Chant for Eschaton 2000
23 (The Youth Manifesto)
Lucifer

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements