Aborted au Hellfest 2012

Aborted au Hellfest 2012

Samedi 16 juin 2012, The Altar, 19:45

La journée de Samedi a été très riche pour les amateurs de Death et de Brutal avec Napalm Death, Vomitory, Entombed, pour ne citer qu’eux. Du lourd, du très très lourd.

Aborted s’est imposé en maître parmi ces grands noms avec un show surpuissant, bénéficiant d’un public affamé à 19h45 sous la Altar. Avec un public comme ça, les Belges n’avaient plus qu’à nous envoyer un son et une patate impeccables pour que l’on y mette le feu… et le miracle fut.

 


En termes de mise en scène, c’était beaucoup plus sobre qu’au Neurotic Deathfest auquel la Grosse Radio était présente, puisque le groupe nous a épargné les 36 tentures couleur représentant la pochette du dernier album, The Global Flatline.

C’est au contraire derrière une brume permanente et un jeu de lumières au camaïeu de gris que la bande à Svencho officiera ce soir. Peu importe les photographes, c’est dans le pit que ça se passe !

Le groupe nous balance directement dans la gueule « Global Flatline », titre qui ouvre l’album éponyme, suivi de l’excellentissime  « Coronary Reconstruction » et Svencho commence à brailler derrière le micro, ne cherchant pas le refuge, mais au contraire, provoquant directement le public depuis la scène. Ca part dans tous les sens direct, tant le titre blaste sans répit. Le public saute dans tous les sens, ça slame à répétition.

 


Le groupe, qui disons-le doit se refaire une réputation depuis sa restructuration, nous remet dans la tronche ses meilleures recettes : blasts, groove, solis de fou, et le public en redemande !!

Surtout, celui qui officie aux futs, c’est de nouveau Ken Bedene dont Aborted ne se sépare plus ! Et pour cause, c’est un prodige ! Jamais il ne défaillit et garde sa bonne humeur pendant tout le set. Ses prestations sur «Meticulous Invagination» ou «From a Tepid Whiff», deux morceaux particulièrement  épuisants sont exécutés à la perfection dès le début du set et il ne se démontera pas jusqu’à la fin. Et avec le sourire. La bonne humeur partagée par le guitariste de feu – God Dethroned, venu prêter main forte au groupe (ainsi qu’à Vomitory !) et qui s’éclate littéralement sur scène.

 


Les vieux grabataires comme moi seront aussi servis avec des vieux titres comme « The Holocaust Incarnate » de l’album Engineering the Dead qui a mis la patée.

Aussi, notons la présence de Julien Truchan de Benighted dont la voix vient se mélanger à celle de Svencho sur le titre «The Origin of Disease», les deux groupes ayant des rapports privilégiés. Svencho a en effet prêté sa voix sur le dernier opus de Benighted, Asylum Cave. Sinon sur scène, le duo fonctionne bien, sans plus, le mélange des voix criées des deux protagonistes ne me séduit guère. Pas autant que leurs énergies cumulées ensemble dans un spectacle explosif.

 


D’un point de vue sonore, tous les instruments sont bien audibles, la batterie ne souffre d’aucun faux réglage, c’est juste du bonheur. Alliez à cela un public monstrueux et vous obtenez un aperçu de ce qui s’est passé là-bas.

Que dire de plus de ce set parfait qui nous a échauffés, éreintés, sinon qu’il fut très bien pensé, mélangeant les titres groovy, dans un show majoritairement surblasté ?

On souhaiterait que Aborted essaie de varier ses shows à l’avenir, nous surprenne, ne tombe jamais dans un stéréotype de concerts (et je pense là à Decapitated), et continue comme ça !!

 

Katarz

Setlist :

1.Global Flatline
2.Coronary Reconstruction
3.Meticulous Invagination
4.From a Tepid Whiff
5.Expurgation Euphoria
6.The Holocaust Incarnate
7.The Origin of Disease
8.Sanguine Verses (…of Extirpation)
9.Threading the Prelude
10.Dead Wreckoning
11.Nailed through Her Cunt
12.The Saw and the Carnage Done

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements