Satyricon au Hellfest 2012

Satyricon au Hellfest 2012

The Altar – Vendredi 22:30

Satyricon a, selon moi, donné un des plus grands concerts du Hellfest. Ce qui est absolument monumental avec Satyricon, c’est sa capacité à sonner mieux sur scène que sur disque, en plus de délivrer un show gigantesque, avec une excellente interaction entre le public et le groupe et enfin une ambiance incroyable.

 

Satyr (Satyricon)

Le groupe souhaitait se produire dans une tente et de nuit pour pouvoir officier et ses voeux ont été exaucés. Le climat sous la tente est froid, presque clinique, les lumière bleues et les stroboscopes ajoutant à cette atmosphère Black Metal.

C’est pourtant essentiellement un Black ‘n’ Roll en cadence que Satyr choisira pour sa setlist, entre « Now, Diabolical » qui ouvre les hostilités, « suivi d’un « Black Crow on the Tombstone » et j’en passe.

 

Gildas le Pape (Satyricon)

D’entrée de jeu, le public est dedans et scande « Now, Diabolical !…. Now ! », tant les paroles sont simplistes à retenir et sous les yeux bienveillants d’un Satyr qui nous demande de le suivre, heureux ou blasé ? On ne le saura jamais !

Des têtes aussi impressionnées que transcendées se trouvent autour de moi, tant le son est subjuguant. Entre une batterie puissante de Frost, qui fouette les fûts comme un fou, des guitares acérées entre les mains de Gildas le Pape et une basse entre les mains de Silmaeth, donc non pas un mais deux français !! Silmaeth a déjà officié aux côtés de Mayhem (notamment au Hellfest 2011) et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est une dynamite. Les guitaristes sont juste dingues et les solis délivrés par Gildas renversants. Ce n’est pas par hasard que ces deux brillantes recrues ont rejoint le groupe, selon les dires de Satyr lui-même.

 

Silmaeth (Satyricon)

Le son est si propre que l’on a l’impression qu’il s’échappe de la tente comme une vague gigantesque en détruisant tout sur son passage.

Ce dernier a une bonne présence scénique également et n’hésite pas à aller chercher le public de part et d’autre de la tente, et de le faire participer au set. Ce n’est finalement que très rarement que l’on le trouvera derrière son fameux micro à cornes. Son charisme et sa présence bienveillante sur scène n’ont pas d’égal.

 

L’atmosphère sera à son comble, comme vous pouvez l’imaginer, sur le très nostalgique « Mother North » et le plus beau riff de toute l’histoire du Black Metal. Certains sont en pleurs et tout le monde chante avec Satyr. Satyr nous rappelle que l’on peut être fiers de nous-mêmes 🙂 La magie que ce titre procure dans nos coeurs est indescriptible.

 

Aussi, avec « Hvite Krists Dod », les fans d’un Black Metal plus atmosphérique sont aux anges. Satyr a affirmé que le nouvel album actuellement en préparation devrait effectivement nous faire planer encore un peu plus.

 

Mais quand le Rock’n’Roll prend le dessus, c’est avec un « K.I.N.G. » extrêmement entraînant que le public participera en secouant les têtes, en cadence et un « Fuel for Hatred » … avec son break tout en mid-temp diabolique qui clos ce show énorme.

 

Satyricon réaffirme sa place de meilleur groupe de Black Metal de scène qui n’ait jamais existé.

 

Setlist :
1.Now, Diabolical
2.Black Crow on a Tombstone
3.Forhekset
4.The Wolfpack
5.Hvite Krists Dod
6.Repined Bastard Nation
7.To the Mountains
8.Mother North
9.K.I.N.G.
10.Fuel for Hatred
 

Katarz

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements