Der Weg Einer Freiheit – Finisterre

Formé en 2009, Der Weg Einer Freiheit a lancé son long périple dans l’univers du black metal sous la forme d’un duo (Nikita Kamprad à la guitare et Tobias Jaschinsky au chant) avec leur premier opus éponyme. Huit années se sont écoulées et c’est un peu comme un retour aux sources pour les Bavarois. L’enregistrement de Finisterre s’est déroulé comme au premier jour sous la forme d’un duo. L’inusable Nikita Kamprad au chant, à la basse et à la guitare et Tobias Schuler derrière les fûts nous distillent leur son black typiquement scandinave, mélodique et teinté de mélancolie au son dérivant presque jusqu’au post-metal.

Quatrième album studio du combo originaire de Wurtzbourg, Finisterre s’inscrit comme la suite logique mais avant toute chose la pièce maîtresse de la discographie du quatuor allemand. Évoluant clairement selon les lignes directrices définies par leur précédent opus Stellar voyant le retour de Nikita au chant, ce qui leur a valu de partager l’affiche aux côtés de Wolves In The Throne Room, Neara, The Black Dahlia Murder, Amenia, Cripples Black Phoenix ou même Downfall Of Gaia ainsi que les festivals prestigieux que sont le Graspop, le Hellfest, le Resurection, le Summer Breeze mais aussi le Wacken, Der Weg Einer Freheit surfe sur les bases qui ont fait sa renommé. L’agressivité, la noirceur, et la mélancolie le tout distillé grâce à un son black metal à tendance suédoise à la Marduk ou Dark Funeral.

Lancé à la perfection par « Aufbruch » et « Ein letzer Tanz », semblables toutes deux dans la composition grâce à l’énorme fracture rythmique qui commence chacune de ces deux premières pistes, on comprend dès le début que Finisterre sera du Der Weg Einer Freiheit pur jus. L’introduction parlé par Nikita sur la première et l’instru légère et harmonique de la seconde sont brutalement coupées par le bon gros son black bien gras comme on les aime nous faisant limite sursauter à la première écoute de « Ein letzer Tanz ». Le rythme que met Tobias avec sa double pédale et son martellement de caisse-claire et toms quasi frénétique auquel s’ajoute les hurlements de Nikita à la voix plus qu’éraillée finissent de nous glacer le sang. Les riffs saturés et tout aussi rapides que les blasts de Tobias finissent d’ancrer au plus profond des abysses du black metal ce quatrième album studio.

Les deux chansons qui suivent n’en forment qu’une seule en réalité. « Skepsis PartI », vous l’aurez compris, n’est autre que l’introduction de « Skepsis Part II ». La chanson est donc disséqué un peu comme  « Vermillon » l’a été treize ans en arrière sur Vol3:The Subliminal Verses de Slipknot. Les rythmes toujours aussi frénétiquement joués, presque de façon inhumaine, sont habilement contrebalancés par des passages où le calme mélodique et langoureux apporte un aspect moderne et prend littéralement à contre-pied tous les metalheads puristes, habitués au black académique classiquement connu et reconnu dans le monde entier. Clôturant l’album part le titre éponyme de l’opus, les quatre Teutons finissent dans l’originalité, nous prouvant par la même occasion qu’ils souhaitent volontairement sortir du lot.

DWEF tour

Cinq pistes seulement, mais une durée totale de pas moins de ¾ d’heure. Pas de doutes du déjà vu chez Der Weg Einer Freiheit avec des titres à rallonge mais qui, pour autant, ne suscitent pas l’ennui, loin de là. Toutes les chanson formant ce Finisterre son issues du même moule, du classique, de l’efficace, de l’homogénéité, mais surtout du talent. Au sommet de la pente ascendante qu’est en train de prendre le quatuor bavarois, ce quatrième opus sera disponible dès le 25 août prochain via Season of Mist avec un artwork bien senti et ténébreux réalisé avec brio par Max Löffler.

Line up :

Nikita Kamprad : Chant, guitare
Tobias Schuler : Batterie
Sascha Rissling : Guitare
Nico Ziska : Basse

Tracklist :

1 – Aufbruch (9:49)
2 – Ein letzter Tanz (13:49)
3 – Skepsis Part I (5:05)
4 – Skepsis Part II (5:36)
5 – Finisterre (11:13)

Label:

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements