Alcatraz Festival 2017 – Jour 1


L’Alcatraz Festival, c’est un festival qu’on aime beaucoup. Avec sa petite taille, permettant une ambiance à taille humaine et un esprit bien rock’n’roll, et une affiche souvent très alléchante, le festival belge proposait encore cette année du très bon, et c’est donc avec grand plaisir que nous avons rempilé pour une nouvelle édition.

D’autant que. cette année, le festival a ajouté une première « petite » journée de concerts le vendredi. Si on avait d’abord imaginé quelques groupes d’envergure moindre en guise de warm-up, c’est en fait de gropsses pointures qui inaugurent le nouveau site à deux scènes. C’est parti pour presque trois jours de gros son !

 


DYSCORDIA
 

C’est un groupe bien du coin qui relève le défi d’ouvrir l’édition 2017 de l’Alcatraz Festival : Dyscordia a à cœur de marquer les esprits et d’échauffer les cervicales des festivaliers qui se pressent déjà en nombre devant la scène principale.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, dyscordia

Le set démarre en avance de quelques minutes devant un parterre bien rempli, et les Belges commencent à asséner leurs pièces de power heavy bien huilé. Sans être fan du style, on ne peut qu’admettre la qualité du jeu des locaux, qui enchaînent leurs titres avec aisance et décontraction. Pour ne rien gâcher, le son est de très bonne facture et permet d’apprécier la voix lisse et bien sentie de Piet Overstijns.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, dyscordia

Quarante minutes plus tard, Dyscordia remballe ses guitares avec la satisfaction du devoir accompli : propre, net et précis.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, dyscordia
 

EVIL INVADERS
 


C’est également à un groupe belge que revient la tâche d’inaugurer la Swamp, la nouvelle scène couverte. Et ce n’est pas n’importe quel groupe puisque depuis la sortie de son nouvel album Pulses of Pleasure en 2015, Evil Invaders connait une ascension de popularité fulgurante, d’autant plus étonnante que le quatuor limbourgeois pratique un speed metal  à l’ancienne, genre peu populaire de nos jours. Le plaisir est pourtant au rendez-vous à chaque prestation du groupe et le public ne s’y est pas trompé, répondant présent en nombre dès le début du set.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, evil invaders

L’accueil qui est réservé aux membres d’Evil Invaders fait plaisir à voir et les premiers mouvements de foules ne tardent pas. C’est ainsi que s’enchaînent slams, wall of death (spontanés ou demandés par le chanteur, Joe) et circle pit (notamment sur « Raising Hell »). De leur côté, les musiciens comme d’habitude ne tiennent pas en place, arpentant la scène sans cesse et se rapprochant le plus possible des premiers rangs chaque fois que l’occasion se présente. C’est d’ailleurs au sein même du public que le groupe termine sa prestation, serrant des mains et distribuant baguettes et mediator. Un show qui aura défilé à toute allure, les titres s’enchainant sans temps mort. À tel point que le combo pourra s’offrir le luxe d’ajouter un morceau de dernière minute à sa setlist.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, evil invaders

Setlist :
·         As Life Slowly Fades
·         Pulses of Pleasure
·         Shot to Paradise
·         Stairway to Insanity
·         Mental Penitenciary
·         Raising Hell
·         Victim of Sacrifice

·         Fast, Loud ‘n’ Rude

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, evil invaders

 

PRETTY MAIDS
 


Peu de doutes entouraient la prestation des Pretty Maids : en effet, les Americains savent enchaîner les dates avec une qualité technique et phonique qui n’a d’égale que le caractère générique de ses compositions. Et en dépit d’un problème technique, rien n’est vraiment venu entacher ces attentes.
 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, pretty maids


Devant un parterre plus que conséquent, le combo s’exécute et envoit son set carré et propre à souhait. Le son est précis, les musiciens calés et rien ne semble jouer contre la machine Pretty Maids jusqu’à la casse d’une corde qui oblige le groupe à sortir de son schéma rodé habituel.


alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, pretty maids


Tandis que Angel Schleifer patiente avant de récupérer sa six cordes, le groupe jamme sur Queen (« Another One Bites the Dust ») et un plus discutable « Seven Nation Army » aux relants de stade un peu rances.


alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, pretty maids


Bref, pas de surprise avec Pretty Maids, qui malgré ce pépin technique a su satisfaire ses fans et confirmer les griefs de ses détracteurs.

Setlist :
·         Mother of all Lies
·         Kingmaker
·         Back to Back
·         Another One Bites the Dust (Queen – extrait)
·         Seven Nation Army (The White Stripes – extrait)
·         Red, Hot and Heavy
·         Rodeo
·         Another Brick in the Wall Part 2 (Pink Floyd) / I.N.V.U.
·         Little Drops of Heaven
·         Future World

 

HELL
 


C’est un groupe bien trop rare dans nos contrées qui monte à présent sur les planches du Swamp. Les vétérans de la NWOBHM, Hell, sont là et ils ont amené avec eux un heavy metal efficace en diable ainsi que leur show habituel. Car si dans les rangs du combo se trouve rien de moins que la légende Andy Sneap (oui, le producteur) à la guitare, tous les regards se tournent inévitablement vers David Bower, chanteur unique dans le monde du metal. Sa voix particulièrement haut perchée, sa façon de chanter proche de la déclamation et son attitude font bien plus souvent penser à un acteur de théâtre qu’à un chanteur.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, hell

Et de théâtralité il est toujours question dans les shows de Hell puisque le frontman joue ce qu’il chante et n’hésite pas pour cela à avoir recours à des accessoires et des costumes. On peut ainsi le voir se flageller durant « Blashphemy and the Master », se déguiser en ange de la mort durant « End Ov Days » ou même, arpenter la scène sur des échasses le faisant passer pour un démon le temps du titre « Darkhangel ». Évidemment, les musiciens ne sont pas en reste, notamment Kev Bower qui peut passer de la guitare au clavier durant un même titre. Avec une setlist piochant équitablement entre ses deux albums et une prestation carrée, Hell a frappé très fort aujourd’hui.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, hell

Setlist :
·         Gehennae Incendiis (sur bande)
·         The Age Of Nefarious
·         Let Battle Commence
·         Something Wicked This Way Comes
·         Blasphemy and the Master
·         Darkhangel
·         Plague and Fyre
·         End Ov Days
·         The Quest
·         On Earth As It Is In Hell

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, hell

 

KROKUS
 


C’est au tour de Krokus d’assurer le show sur la Prison Stage. Avec plus de 40 ans de carrière et 18 albums, nul doute que le quartet suisse n’a plus grand chose à prouver. Ils nous délivrent leur vision du classique hard rock sans peine et avec classe. Malgré les nombreux changements de line up tout au long de leur carrière, chaque membre du groupe semble prendre beaucoup de plaisir à jouer ensemble et devant un public plutôt compact.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, krokus

Les trois guitares ne sont pas de trop pour apporter force et rondeur aux morceaux du groupes, ainsi qu’aux reprises proposées. Parmi celles-ci, on retiendra notamment une version de « American Woman » particulièrement bien pensée et groovy au possible. Marc Storace est plutôt en forme, n’hésitant pas à jouer avec ses camarades musiciens et le public. Sa voix à la fois plutôt aiguë et pleine de force vient donner du peps à la lourdeur de certaines rythmiques.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, krokus

On peut imaginer à quel point cela peut être difficile de proposer un set équilibré au vue de la longue et tumultueuse carrière du groupe, mais le set est plutôt intelligent, proposant un mix entre ancien tube, compositions récentes, et reprises. En bref, ça groove, ça pulse, c’est tout ce qu’on peut attendre d’un concert de Krokus.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, krokus

Setlist :
·         Long Stick Goes Boom
·         American Woman (The Who)
·         Hellraiser
·         Screaming in the Night
·         Bedside Radio
·         Rockin’ in the Free World (Neil Young)
·         Fire
·         Easy Rocker
·         Quinn the Eskimo (The Mighty Quinn) (Bob Dylan)

 

DENNER/SHERMANN

 

La Swamp est bondée, attendant avec impatience Denner/Shermann, la réunion mythique des guitaristes  de Mercyful Fate (et leurs musiciens) acclamés dès leur entrée souriante sur scène. Puis entre sur scène Sean Peck, ancien chanteur de Cage, arborant un look très (trop?) similaire à Rob Halford, depuis la veste, le crâne rasé, jusqu’aux lunettes mais aussi les postures et les attitudes.
 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, Denner, shermann


Le show commence avec leurs compositions, tirées de leur premier EP et de Master of Evil. On sent vraiment le mélange des deux genres avec le style caractéristique des deux protagonistes guitaristes, mêlé aux lignes de chant plus répétitives de Sean Peck et de sa grande influence de King Diamond. Le son n’est pas terrible, les guitares et la batterie sont très fortes et le chant semble noyé dans la masse, malgré les éclats de voix de Sean, ce qui n’aide pas vraiment à s’imprégner de ce nouveau genre.  Viennent alors les premières mesures des morceaux tant attendus de Mercyful Fate, le public se réveille. Mais cela retombe comme un soufflé avec l’interprétation vocale. Malheureusement, Sean Peck n’arrivera pas à convaincre malgré une certaine prestance scénique. Les performances vocales sont parfois insuffisantes pour coller aux morceaux mythiques du groupe.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, Denner, shermann

La Swamp se vide peu à peu dès la reprise des compositions du quintet, le public préférant aller se préparer pour la messe noire tant attendue de ce vendredi soir. Une prestation en demi-teinte qui aurait pu contenter les fans de Mercyful Fate à condition d’avoir de meilleures conditions sonores.

Setlist :
·         War Witch
·         The Wolf Feeds at Night
·         Angel’s Blood
·         Black Funeral (Mercyful Fate)
·         Curse of the Pharaohs (Mercyful Fate)
·         Into the Coven (Mercyful Fate)
·         Pentagram and the Cross
·         Satan’s Tomb
·         Escape From Hell
·         New Gods
·         A Corpse Without Soul (Mercyful Fate)
·         Evil (Mercyful Fate)

 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, Denner, shermann

GHOST
 


Dire que Ghost est attendu par le public serait un euphémisme : la foule est déjà acquise à la cause de Papa Emeritus & co bien avant le lever de rideau, en témoignent les nombreux costumes idoines repérés ça et la dans le pit. De retour d’une tournée nord-américaine avec Iron Maiden, les Suédois ont pu bénéficier de trois semaines de repos avant deux dates européennes clôturant la tournée, à l’Alcatraz et au Bloodstock.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, ghost

Pourtant, le repos ne semble pas avoir été de mise ces dernières semaines, comme le laisse penser la voix de Papa, assez amoindrie pendant l’opener « Square Hammer ». Mais l’ecclésiastique maléfique se reprend vite sur la succession de hits qui constitue le concert. Pas de temps mort, et les plus anciens « Con Clavi Con Dio » et « Ritual » côtoient les « Cirice » et autres « Absolution » issus de la dernière offrande de Ghost.
 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, ghost


De nouveaux effets visuels agrémentent un show impeccable, à coups de feux d’artifices, flammes et autres confettis : la production de Ghost monte peu à peu en gamme et semble tendre à terme vers les pontes du genre. Les musiciens quant à eux sont très mobiles et communiquent avec le public, pour le plus grand plaisir de celui-ci.
 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, ghost


Après un dernier discours – délicieusement cynique mais un peu trop long et rébarbatif – le Papa dandy clôt la cérémonie sur un « Monstrance Clock » aussi téléphoné que fédérateur. Public conquis, pari réussi… et Ghost bientôt de retour en studio !

Setlist:
·         Miserere mei, Deus (sur bande)
·         Masked Ball (sur bande)
·         Square Hammer
·         From the Pinnacle to the Pit
·         Con Clavi Con Dio
·         Per Aspera ad Inferi
·         Body and Blood
·         Devil Church
·         Cirice
·         Year Zero
·         Spöksonat (sur bande)
·         He Is
·         Absolution
·         Mummy Dust
·         Ghuleh/Zombie Queen
·         Ritual
          Rappel :
·         Monstrance Clock

 

DIRKSCHNEIDER
 


Ce qui devait être une simple tournée d’adieux aux morceaux d’Accept s’est transformé en véritable vache à lait pour Udo Dirkschneider, chanteur originel de la formation allemande. En effet, les concerts sous le nom Dirkschneider voient l’Allemand interpréter uniquement des compositions de son ancien groupe, avant de retourner (définitivement ou non) à sa carrière solo. Ayant déjà pu assister à l’un de ses shows lors de l’édition 2016 du Graspop, nous ne boudons pas notre plaisir de pouvoir assister à nouveau à ce set grâce aux prolongations incessantes de la tournée. Et nous ne sommes pas seuls puisque, malgré l’heure tardive (le set débute aux environs de minuit), la Swamp est bien remplie.

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, udo, dirkschneider, accept

Les fans se sont déplacés en nombre et on l’entend dès le « Starlight » d’ouverture dont le refrain est déjà bien repris. Il faut dire que c’est un plaisir que d’entendre des classiques d’Accept chantés par leur vocaliste d’origine. D’autant plus que les musiciens qui accompagnent déjà Udo dans sa carrière solo, font honneur à la musique et ce n’est pas une mince affaire quand on connait le talent de Wolf Hoffmann (compositeur principal d’Accept). Nous nous régalons donc avec ces mythiques « Princess of the Dawn », « Fast as a Shark », « Metal Heart » et le final « Balls to the Wall », apothéose d’une première journée de festival qui a tenu toutes ses promesses.
 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, udo, dirkschneider, accept


Setlist :
·         Starlight
·         Living For Tonite
·         Flash Rockin’ Man
·         London Leatherboys
·         Midnight Mover
·         Breaker
·         Princess of the Dawn
·         Restless and Wild / Son of a Bitch
·         Up to the Limit
·         Midnight Highway
·         Screaming For a Love-Bite
·         Losers and Winners
·         Metal Heart
·         Fast as a Shark
·         Balls to the Wall

 

alcatraz festival, 2017, report, photos, Belgique, Courtrai, kortrjik, udo, dirkschneider, accept

 

Rédaction : Delf’in, Ormagodden & Régis
Crédits photo : Delf’in © 2017 – Des Photos Au Poil / Régis © 2017 – Contact

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements