Belenos au Hellfest 2012

Belenos au Hellfest 2012

Vendredi 15 juin, 12:15– Temple

Le soleil est haut dans le ciel lorsque je rentre dans la grande tente noire où se trouve le Temple. Mes yeux sont encore rougis par le manque de sommeil et terminent à peine un long processus d’ouverture.
J’ai commencé à me réveiller réellement pendant le concert de Merrimack qui vient de s’achever. Une fort belle prestation d’ailleurs, mais j’avoue que le black metal avant midi, j’ai un peu de mal.

Bref, je suis psychologiquement aussi prêt que possible à cette heure. Bien heureusement d’ailleurs, car même si je connais Belenos depuis la sortie de l’excellent Errances Oniriques en 2001 (réenregistré en 2009 pour la petite histoire), je n’ai jamais eu l’occasion de voir Loïc Cellier et ses compagnons sur scène.

 

Mon impatience et ma curiosité sont bientôt récompensées. Le soleil disparait peu à peu dans les brumes (et les fumigènes…).

Tal Iferne et Le Déluge, qui décidemment me fait vraiment penser, non sans me déplaire, aux ambiances mystiques et épiques de Falkenbach,  résonnent bientôt pour nous rappeler que ça y est, les gaulois sont bien arrivés et que la bataille commence. 

 

Terre de Brumes déchaîne la fureur des éléments sous la tente noire du Temple et réussi à faire totalement oublier que dehors, ailleurs, nous sommes en plein jour. L’éclairage et les fumigènes ont été ici employés à bon escient.

J’avoue ne pas pouvoir réellement vous parler de l’ambiance qui a régné au coeur de la foule. Je suis resté pendant tout le concert devant la scène, dans la fosse des photographes, tant la musique m’hypnotisait. Les rares fois où j’ai pensé à regarder derrière moi, j’avais plutôt l’impression que les spectateurs étaient dans le même état que moi.

La prestation scénique des bretons repose sur une lourde présence. Les éléments black metal dégagent certes une grande puissance, mais il est rare de dépasser le mid-tempo.

 

 

Le temps passe très vite, trop vite. Nous allons droit vers L’Enfer Froid, qui résume à merveille la musique de Belenos : des passages planants rappelant les forêts des temps anciens, associés à des instants davantage black metal où l’on se sent dans la peau d’un gaulois avançant dans la bataille.

 

 

Thomas Orlanth

 

Photos : © 2012 Thomas Orlanth
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements