Resolve – Rêverie

Depuis maintenant six mois, Resolve tease à coup de singles et de clips vidéo sont premier EP et nous l’avons maintenant entre les mains. Avec Rêverie, le combo lyonnais prouve que le metalcore français n’a pas grand chose à envier à celui de ses compères internationaux si ce n’est de la notoriété car pour le reste, Resolve frappe très fort pour une première !

La sortie en février dernier de « Exposed » comme premier extrait de la carrière du quatuor était déjà un très bon indicateur de la qualité du travail de la fratrie MariatRobin (basse), Aurélien (guitare) et Nathan (batterie) – et du petit nouveau au chant Anthony. Car oui, Resolve n’est pas un groupe qui débarque de nul part. En effet, les frangins officiaient auparavant dans Above The North. Exit Clément Darlix (maintenant chez Oceans Asleep) et arrivée d’Anthony Diliberto (qui lui était auparavant dans le groupe Happening) pour un changement de nom mais surtout un changement de style plutôt radical passant du melodic hardcore vers un metalcore léché et inspiré.
 


Rêverie respecte en tout cas la chronologie de sortie des titres puisque les quatres premiers morceaux sont aussi les quatres que nous connaissons déjà, nous laissant en découverte les deux petits derniers que sont « Navelgazing » et « Binarity ». Sur les trois premiers titres de cet EP, Resolve fait parler la poudre et nous en met plein les oreilles avec son metalcore qui reprend tout les bons éléments du genre pour laisser de côté ceux qui valent au style les critiques habituelles. Le chant clair d’Anthony est magnifique et le frontman sait varier entre les deux registres sur chaque morceau, offrant une variété agréable. 

Sur le plan musical, on sent que les musiciens ont grandi depuis l’ère Above The North. C’est sur la batterie de Nathan Mariat que c’est le plus flagrant : le benjamin de la famille offre une prestation propre, sans fioriture mais avec assez de personnalité pour nous faire tendre l’oreille à de nombreux moments. Ces deux frères ne sont pas en reste sur les six compositions de Rêverie, les riffs vont chercher de l’inspiration du côté d’Architects ou de Northlane (en mieux pour ces derniers) sans pour autant que cela ne soit trop flagrant. En dehors de l’efficacité indéniable des trois premiers singles, on retiendra la subtilité du riff lead de « Binarity » notamment qui clôt à merveille l’EP ou l’ajout du piano sur « Navelgazing ».
 

resolve, reverie, ep, 2017, metalcore, lyon, record, new


Morceau très clairement à part de cet EP, le titre éponyme « Rêverie » est une prise de risque qui aurait pu être casse-gueule et complètement ratée mais s’avère au final un temps fort. Et tout cela en grande partie grâce à Anthony qui porte littéralement le morceau sur ses épaules, le tempo se fait plus lent et l’apparition de la guitare acoustique en plein milieu du titre est une idée trop peu utilisée dans ce genre de titre dans le style. 

Resolve frappe très fort avec son premier EP qui pour la petite anecdote a été entièrement enregistré et mixé par le groupe lui-même. Rêverie ne souffre d’aucun défaut et on se demande bien jusqu’où le groupe va pouvoir aller tant « sky’s the limit » – comme disent nos compères de l’autre-côté de la Manche – pour le quatuor. Jettez-vous dessus, vous ne regretterez rien.
 


Line up :
Anthony Diliberto : chant
Aurélien Mariat : guitare
Robin Mariat : basse
Nathan Mariat : batterie

Tracklist :
1 – Exposed (3:20)
2 – Abyss (3:41)
3 – Rapture (4:24)
4 – Rêverie (4:13)
5 – Navelgazing (3:23)
6 – Binarity (3:57)

Date de sortie : 13 octobre 2017

NOTE DE L'AUTEUR : 9 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements