Trivium – The Sin And The Sentence


On attendait Trivium au tournant après deux albums plus que moyens, voire carrément décevant pour Silence In The Snow. Est-ce que le combo américain allait réussir à remonter la pente et à nous proposer quelque chose de beaucoup plus excitant pour son huitième album, The Sin And The Sentence ? Et bien oui, c’est un retour au Trivium de la grande époque pour un album qui fait plaisir à écouter et à découvrir !

Vengeance Falls en 2013 était déjà un cran en dessous et ce n’est pas Silence In The Snow en 2015 qui avait pu apaiser nos peurs de voir Trivium devenir l’ombre de lui-même. En effet depuis In Waves en 2011, le groupe nous avait plutôt déçu que ce soit en studio mais aussi un peu sur scène avec notamment les problèmes vocaux de Matt Heafy (chant/guitare). Mais rassurez-vous, le frontman peut de nouveau crier sur scène comme on avait pu le voir au Cabaret Sauvage ce printemps dernier et donc, de notre point de vue, Trivium a passé un  »cap ». Autre changement pour les floridiens, l’arrivée officielle de Alex Bent (Battlecross, Testament, etc) derrière les fûts et c’est bien là une des clés de la qualité cet album tant son jeu est inspiré.
 

trivium, the sin and the sentence, new, album, record, 2017


Propulsé par le titre éponyme, « The Sin And The Sentence », puis quelques semaines plus tard par « The Heart From Your Hate », ce nouvel opus de Trivium se découvre classiquement au public mais ne vous attardez pas sur ces deux singles tant les surprises et les morceaux sont meilleurs sur le reste de l’opus. Comme nous en discutions avec Matt Heafy et Paolo Gregoletto (basse) lors de leur passage à Paris, ils ont décidés de sortir le titre qui représente pour eux le mieux l’album sans pour autant être  le meilleur de celui-ci. Et il est vrai que « The Sin And The Sentence » condense l’essence de l’album en un peu moins de six minutes. Même chose pour « The Heart From Your Hate » qui de l’aveu même des deux compères est une version plus adulte en tout point de « Dying In Your Arms ».

Cet album n’est pas un retour aux sources, c’est plutôt l’oeuvre d’un groupe qui a su synthétiser les différentes étapes de sa carrière pour en ressortir un condensé efficace. Si vous êtes allergique au chant clair de Matt Heafy alors passez votre chemin, en revanche si ce dernier a réussit à vous toucher au fur et à mesure des années avec sa voix, alors vous pouvez apprécier cet opus. Si pour vous Trivium n’est jamais aussi bon que lors du mélange des genres un moment metalcore, un moment thrash, un moment heavy alors The Sin And The Sentence va ravir vos écoutilles.

 


On parlait en introduction du nouvel arrivant Axel Bent derrière la batterie, et l’empreinte du batteur californien est assez incroyable sur cet album. Entre le blast beat démentiel de « Beyond Oblivion » ou le groove de « The Wretchness Inside », il impose son style sur les compositions de Trivium et c’est plaisant à l’écoute. En parlant de ce dernier titre « The Wretchness Inside », c’est une pépite groovy que nous offre Trivium avec un mélange chant/cri convaincant et un solo de guitare qui n’est pas sans rappeler Avenged Sevenfold par moment – tout comme « Sever The Word » propose un riff d’intro qui sonne Metallica.

Après une première écoute, on se surprend vite à relancer l’album une deuxième puis une troisième fois. The Sin And The Sentence se bonifie avec les écoutes et on finit par avoir des titres préférés que l’on se repasse en boucle avec grand plaisir. A ce niveau, les trois titres qui pour nous sortent du lot sont « Beyond Oblivion », « The Wretchness Inside » et « Sever The Hand ». En espérant maintenant que le groupe puisse les ajouter à la setlist sur les prochaines tournées…
 

trivium, the sin and the sentence, new, album, record, 2017


Curiosité de la conception de cet album, les mélodies et les paroles n’ont pas été composées par Matt Heafy mais par Paolo Gregoletto. Il est difficile de voir un changement important par rapport aux dernières sorties du groupe, on se fiera plus à la capacité retrouvée par le frontman à crier.

The Sin And The Sentence est une véritable surprise venant d’un groupe dont on n’attendait pratiquement plus grand en studio après deux grosses déceptions. Trivium semble avoir retrouvé une nouvelle dynamique et c’est tant mieux pour tout le monde ! 

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements