Mastodon – Cold Dark Place (EP)


Toujours enclins à jouer les filous, les Américains de Mastodon enfoncent un deuxième clou cette année avec la sortie d’un EP fort agréable : Cold Dark Place. Belle surprise, ces quatre titres, composés lors de l’enregistrement des deux derniers albums du combo, démontrent un peu plus encore à quel point Mastodon est un groupe sans aucune limite. Et à moins que les concerts à venir ne s’avèrent médiocres, on peut d’ores et déjà annoncer que 2017 est l’année où la formation d’Atlanta a tout raflé.


Lorsque l’on regarde de plus près la discographie de Mastodon, on réalise à quel point l’EP est un exercice auquel leurs fans ne sont vraiment pas habitués ; même si l’on se remémore la BO de Jonah Hex. Composé de quatre titres enregistrés en même temps que Once More ‘Round The Sun et Emperor Of Sand et répondant au doux nom de Cold Dark Place, cette production est une franche réussite. Lorsque l’on jette un œil à la pochette de ce Cold Dark Place, on est pourtant surpris tant l’esthétique de cette dernière est à des années lumières des couleurs et du côté complètement psyché des deux galettes. Une pochette sombre mais pas dénuée d’ondes positives, comme si Mastodon invitait son auditoire dans un monde fait de contes et de rêves.

Impression confirmée dès les premières notes de « North Side Star ». Une introduction lente, mid-tempo, à la mélodie reposante, presque onirique, appuyée par Brent Hinds, qui ouvre le bal des chanteurs, donc. Puis, le combo d’Atlanta descend de quelques kilomètres sur la carte des USA pour atterrir en Louisiane et propose une explosion musicale chaude et groovy bercée par une guitare au son proche d’un banjo.

Une expérience des plus agréables et singulières, mais certainement pas décevante pour qui aime Mastodon, tant les ingrédients qui font le succès du quartet sont présents : De la puissance, de l’inspiration, du « skill » et une production impeccable. On reste dans ce (relatif) calme, avec « Blue Walsh » et un Brann Dailor aussi en forme que ce sur Emperor of Sand. Reste évidemment à voir ce que cela vaudra en live. Côté musique, toujours ce même plaisir et cette originalité avec un solo totalement barré aux sonorités 70’s, annonciateur de l’arrivée de Troy Sanders, plutôt sage pour l’occasion.


« Toe to Toes », offre au bassiste la possibilité de sortir son timbre pour lequel on le connait déjà un peu plus. On retrouve d’ailleurs beaucoup plus les mélodies prog que l’on a pu découvrir dans un Crack the Sky, par exemple. Toujours dans cet optique « crescendo » le morceau monte en puissance au fil des minutes et finit par exploser dans un délire entre heavy metal et rock’n’roll. Enfin, « Cold Dark Place » vient fermer cette boucle de 21 minutes avec une atmosphère certes sombre mais non sans cet onirisme qui, finalement, résume assez bien cet EP.

Avec Cold Dark Place, Mastodon reste dans sa logique entamée depuis quelques années et sublimée par Emperor of Sand : plaire à tout le monde sans trahir personne. En effet, on a peut-être souvent tendance à penser qu’un EP est réservé aux fans. Pourtant, chacun y trouvera son compte, également ceux qui n’ont jamais approché la musique du combo. Chapeau !

Note finale: 5/5

Disponible depuis le 22 septembre 2017 chez Reprise Records

NOTE DE L'AUTEUR : 10 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements