Entretien avec Rusty de Klogr

Klogr, qui vient de sortir son troisième album, Keystone nous en raconte un peu plus sur l’essence de sa musique qui oscille entre progressif et metal moderne percutant. C’est Gabriele « Rusty » Rustichellin, guitariste et chanteur, qui nous répond aujourd’hui.

Salut Rusty, Peux-tu présenter Klogr brièvement à nos lecteurs ?

Salut à vous, lecteurs ! Nous sommes KLOGR ! Groupe de metal et rock alternatifs formé en 2011. Notre troisième album, Keystone, est désormais disponible. Il a été produit par le célèbre David Bottrill qui a travaillé sur des chefs-d’œuvre comme Lateralus de Tool ou Origin of Symetry de Muse, qui a gagné trois grammy awards. N’hésitez pas écouter notre album ! Nous allons aussi venir en France avec The Rasmus au mois de novembre. Vous pouvez consulter toutes nos dates sur www.klogr.net. Vous en apprendrez plus sur notre discographie et verrez nos vidéos.

Comment décrirais-tu votre musique à quelqu’un qui ne vous connaît pas ?

La musique de KLOGR est un mix entre le rock alternatif et la force du metal avec beaucoup de mélodies apportées par des guitares puissantes, une grosse batterie et une basse « claquante ». Sur nos albums, vous trouverez des titres rapides, des grosses balades et quelque moments progs.

Le nom du groupe, KLOGR, est un clin d’oeil aux lois psycho-physique (S=KlogR). Est-ce que tu peux nous en dire plus à propos de ce choix et quel est le lien entre ces lois et votre musique ?

Ces lois décrivent les relations entre les stimuli et les sentiments humains. Nous avons besoin de vivre les aspects émotionnels de la musique, pour nous la musique est une plate forme qui permet de partager les pensées et les émotions, c’est ce qui véhicule notre message. Si tu reçois un message positif, tes émotions seront positives, si tu es encouragé à agir alors tes actions serons positives.

klogr, interview, metal

Comment ce troisième album a-t-il vu le jour et comment a-t-il été composé ?

Nous avons sorti notre premier album, Till You Decay, en 2011. En 2012, un EP, Till You Turn avec en invité Marco Coti Zelati, bassiste de Lacuna Coil et Logan Mader (ex-Machine Head, ex-Soulfly) a mixé quelques titres. En 2014, nous avons participé à la tournée européenne de Prong et sorti notre deuxième album, «Black Snow » Par le passé, notre line up a beaucoup changé, mais après Black Snow j’ai trouvé un très grand partenaire musical : Pietro Quilichini (guitariste). Nous avons commencé à travailler ensemble sur l’EP Make Your Stand et nous avons tout de suite trouvé cette alchimie géniale. Alors nous avons décidé d’écrire un troisième album. Le résultat était tout simplement génial et nous avons donc envoyé nos premiers enregistrements à David Bottrill qui a accepté de travailler avec nous. J’ai travaillé sur la musique de Pietro, il a travaillé sur la mienne… Et tout a été naturel. Le parfait mélange de deux personnalités.

Comment avez-vous évolué depuis vous deux précédents albums ? Quel est votre actuel état d’esprit sur votre musique et votre groupe ?

Tu vois, avec ces deux premiers albums nous avons commencé à créer une connexion avec le public et nous avons travaillé sur comment trouver une dimension. Aujourd’hui, nous sommes satisfaits de notre musique et la seule chose que nous voulons est de la partager avec le public. Il y a une explosion médiatique qui est en train de se produire et nous sommes très curieux d’avoir également les retours du public.

Quelles sont vos principales inspirations et, peut-être, vos influences dans d’autres formes d’art ?

Notre première inspiration est la nature. La deuxième est la musique en elle-même. Nous écoutons beaucoup de musiques différentes, du metal au grunge en passant par le jazz. Nous aimons la grande musique, sans porter de regard sur les genres.

Aujourd’hui, si vous deviez composer et écrire un nouveau concept album, quel en serait l’histoire ? Si Keystone est un concept album, quelle est son histoire ?

Il y a bien un concept mais peut-être est-il plus important pour nous que pour l’auditeur. Ce n’est pas le concept album de prog typique, avec une histoire à l’intérieur. Nous suivons le concept et le sens de la « Keystone » (la clé de voûte). La clé de voûte est un élément indispensable à chaque système, une doctrine, une école de pensée et une série d’événements qui ont lieu autour de nous. Souvent, l’homme s’identifie lui-même comme la clé de voûte de notre planète, alors qu’il n’est qu’un invité, parfois c’est même un être inconfortable, un animal qui agit comme le plus stupide des animaux ! Nous pensons que c’est une grosse erreur, et quelque chose de très dangereux, de croire à cette forme de « pyramide de la vie » où l’homme se trouve tout en haut. Nous préférons penser que l’homme se trouve à l’intérieur d’un cercle, entouré par toutes les autres formes de vie. C’est la façon la plus saine de voir les choses, la plus saine de toutes les manières possibles.

Pour terminer cette entrevue sur une note plus légère, te souviens-tu des artistes qui t’ont donné cet amour pour le metal ou la musique en général ?

James Hetfield et Chris Cornell  .

Et quel est le premier album que tu as acheté avec ton propre argent ?

Master of Puppets!

Merci de ton temps !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements