Skà lmöld & Omnium Gatherum (+ Stam1na) au CCO de Villeurbanne (08.11.2017)

Déjà de passage dans la capitale des gaules en première partie d’Ensiferum pour Omnium Gatherum et d’Eluveitie pour Skàlmöld, les deux formations s’allient pour une tournée commune. Accompagnés par Stam1na, un deuxième combo finois, tout ce petit monde part à l’assaut de l’Europe pour le premier chapitre de The Arctic Circle Alliance prenant fin pour la partie française le 8 novembre dernier au CCO de Villeurbanne.

Stam1na

Il est 19h lorsque nous sommes acceuillis chaleureusement par tout le staff de Sounds Like Hell Productions dont nous ne pouvons que saluer la volonté de bouger les fesses des metalleux de la région lyonnaise. L’énorme investissement de l’association est à l’image de la disponibilité et de la gentillesse de tous ses membres, un grand merci à eux ! Et de la chaleur humaine il en fallait ce soir car ça y est, The Arctic Circle Alliance nous a apporté un froid sibérien en ce 8 novembre. Juste le temps de se réchauffer le corps et l’esprit autour d’une bonne petite mousse artisanale que les Finlandais de Stam1na débarquent sur les planches. C’est devant un drapé de leur compatriotes d’Omnium Gatherum que les cinq protagonistes entrent en scène, Antti et Teppo arborant fièrement un t-shirt du groupe.

Stam1na 1


Le moins que l’on puisse dire c’est qu’ils ne font pas dans la dentelle en ce début de soirée. C’est devant une fosse très clairsemée, cette date tombant une fois de plus en plein milieu de semaine, que la quatrième piste de l’excellent Uudet Kymmenen Käskyä introduit leur set. « Pienet vihreät miehet » est enchainé directement sans aucune pause, l’ami Kaikka se lâche totalement sur cette rythmique beaucoup plus enlevée dont les nombreux growls gutturaux d’Antii marquent les esprits. Heureux d’être là pour la première fois de sa carrière, le frontman nous promet du gros heavy metal, immédiatement servi avec l’efficace « Panzerfaust ». Nous serons scotchés devant la vitesse du tapping de Pexi ainsi que de la double pédale de Kake.

Stam1na 2


Avant d’annoncer que « Pala palalta » sera la prochaine à suivre, Antti nous remercie pour l’accueil et nous avoue que c’est toujours un plaisir de venir en France. Bien évidement les applaudissements sont de sortie. Le chant dans leur langue maternelle alterne entre le scream aigü pour les refrains et l’unclear grave sur les couplets. Juste avant d’envoyer « Valtiaan uudet vaateet » Antti fait la présentation de Kaikka dont les unclear en écho renforcent la puissance de son growl. Les grattes du duo Antti/Kaika sont levées pendant que Pexi achève nos tympans dans un solo au vibrato plus que strident. Le premier pogo de la soirée est lancé pendant « Paha arkkitehti », le son du clavier est bien audible sur les refrains ce qui contrebalance complètement celui bien lourd des lignes de basse en outro.

Stam1na 3


Issue de la galette SLK de 2014 dont le logo de l’album est gravé à l’encre noire sur le biceps droit d’Antii, « Masiina » claque entre les murs du CCO, le chant est beaucoup moins saturé au début mais ça ne va pas durer, le scream revient au galop pour les refrains. La vitesse est hallucinante et la fosse s’anime nettement avec des levées de poings en rythme. Il est déjà l’heure de la dernière chanson et le sextet finlandais souhaite finir en beauté avec « Kuudet raamit », l’avant dernière piste de leur dernier né Elukuutio avec une fin énorme où la double de Kake a une fois de plus titillé nos esgourdes. Quarante minutes ont suffi à Stam1na pour se mettre le public lyonnais dans la poche. On aura plaisir à les retrouver très bientôt dans nos contrées, ce serait largement mérité.

Setlist :

1 – Viisi laukausta päähän
2 – Pienet vihreät miehet
3 – Panzerfaust
4 – Pala palalta
5 – Valtiaan uudet vaateet
6 – Paha arkkitehti
7 – Masiina
8 – Kuudet raamit

Line up :

Antti « Hyrde » Hyyrynen : Chant, Guitare
Pekka « Pexi » Olkkonen : Guitare
Kai-Pekka « Kaikka » Kangasmäki : Basse, Choeurs
Teppo « Kake »Velin : Batterie
Emil Lähteenmäki : Claviers

Omnium Gatherum

Le drappé déjà en place, il ne reste plus qu’aux roadies de se presser pour installer le reste du matériel du combo finlandais. Tuomo, Markus, Joonas, Aapo et Erki entrent tour à tour sur scène et c’est avec les riffs harmoniques appuyés par un son lourd à la grosse caisse que « Luoto » ouvre le set. Avec le titre « The Pit », le rythme monte clairement d’un cran mais malgré cela la fosse qui s’est un petit peu plus remplie maintenant reste bien calme. Pourtant le frontman ne ménage pas ses efforts chauffant tout au long du morceau les premiers rangs.

Omnium Gatherum 1

Les sons electros d’Aapo lancent « New Dynamic » pendant que Jukka demande à tout le monde de les accompagner en headbang. Mission accomplie dès les premières notes ! Découvert par l’intermédiaire d’une lyric video le 13 octobre dernier, nous avons la chance d’apprécier en live la toute nouvelle chanson du combo « Blade Reflections ». Le son death mélodique est à son apogée, en témoignent le son du clavier couplé au solo en tapping des deux gratteux et celui au vibrato de Markus. Jukka continue l’animation du pit sur les breaks faisant lever les poings au rythme des titres. Les lignes de basse lentes et lourdes d’Erkki sont bien soutenues par Aapo pour les débuts de « Nightwalkers ». Une fois le « 1,2,3,4 » hurlé par le frontman, les chevaux sont lancés.

Omnium Gatherum 2

Troisème piste issue de leur dernier opus Grey Heavens, « Frontiers » est dans la continuité de « The Pit » et « Skyline » qui précèdent et qui sont elles aussi issues de cet album. La fosse est toujours aussi tranquille malgré les applaudissements en rythme sur les riffs. Aapo termine sa pinte avant que les headbang demandés par Jukka ne suivent la basse et la double de « Formidable ». « You guys fuckin rock » nous lance Jukaa avant que « The Unknowing » ne remue la salle avec la saturation et la vitesse toute particulière.

Omnium Gatherum 3

« Do you want to hear another song ? » hurle Jukaa, avec un bon retour de la salle. C’est « New World Shadows » qui est enchaîné, sonnant comme la fin du set du sextet finlandais. L’infatiguable frontman est le dernier à s’éclipser, mais nous savons d’ores et déjà que nous n’allons pas en rester là ! C’est avec le final de leur dernier album studio que s’achève ce set de pas loin d’une heure et quart.

L’enchaînement « These Grey Heavens » et « Storm Front » est redoutable d’efficacité tout comme sur le CD. Comme lors de la majorité des chansons du set de ce soir, Jukaa s’éclipse en coulisse laissant la voie libre à Markus et son ultime solo de la soirée. Omnium Gatherum quitte la scène sous les ovations de la salle, leur death mélodique a fait une fois de plus mouche, le pit est fin prêt au changement d’ambiance avec le folk viking metal tant attendu de Skàlmöld.

Setlist :

1 – Luoto
2 – The Pit
3 – Skyline
4 – New Dynamic
5 – Blade Reflections
6 – Nightwalkers
7 – Frontiers
8 – Formidable
9 – Nail
10 – The Unknowing
11 – The Sonic Sign
12 – New World Shadows
Encore:
13 – These Grey Heavens
14 – Storm Front

Line Up :

Jukka Pelkonen : Chant
Markus Vanhala : Guitare
Joonas Koto : Guitare
Erkki Silvennoinen : Basse
Tuomo Latvala : Batterie
Aapo Koivisto : Clavier

Skàlmöld

Reprenant allégrement les éléments de l’artwork de leur dernière pépite Vögguvísur Yggdrasils, le drapé de Skàlmöld s’affiche clairement sur le clavier de Gunnar qui, par rapport au deux autres combos a migré sur le côté gauche de la scène du CCO. Nous ne sommes pas sold-out ce soir mais les trois quarts de la salle sont quand même occupés juste avant l’arrivée des Islandais. Sans aucun retard, les lumières s’éteignent et Skàlmöld entre en scène, Baldur dans les premiers, pieds et torse nus. La brume artificielle a du mal à se dissiper et c’est «Árás » qui ouvre le bal. Comme Stam1na, le growl profond de Björgvin soutenu par les unclear puissants de Baldur sont entonnés dans leur langue maternelle.

Skà lmöld 1

Par rapport au deux combos qui les ont précédés, on est clairement dans un style musical différent. Le folk metal prend ses droit, et c’est clairement le cas avec « Gleipnir » qui suit. Le pit est retourné et ce n’est que le début du set des Islandais ! Avant de poursuivre avec « Múspell », Baldur demande la montée du son de la batterie de Jón qui pourtant ne ménage pas ses pauvres fûts. « Good evening Lyon, we are Skàlmöld from Iceland ! » lance Björgvin juste avant que le grand barbu de Snæbjörn n’hurle pour motiver la fosse, bras en l’air. Ils enchaînent directement par « Niflheimur » au milieu des salves de riffs et de growl du frontman. Le son des claviers est clairement audible sur les breaks, ce qui n’était pas forcément le cas durant le reste de la soirée.

Skà lmöld 2


Nouvelle chanson dévoilée le 20 octobre dernier par l’intermédiaire de la chaine youtube de Napalm Records, « Höndin sem veggina klórar » nous fait découvrir le talent de Jón dont les blasts sont d’une rapidité inouïe, à se demander s’il n’est pas muni d’une seconde paire de bras. Tout au long du set, on pourra apprécier le trio au chant, Gunnar qui répond au growl gutural de Björgvin et l’unclear de Baldur tout en nous distillant de bon passage au clavier, tantôt folk tantôt mélodique.

Skà lmöld 3

Après cette bonne scéance de jump, pogo et headbang que l’on vient de vivre, Björgvin prend le temps de nous remercier pour cette ambiance de feu dans le pit mais aussi pour nous dire que faire des concerts en France est un petit peu spécial pour eux, tristes d’être déjà à la dernière date dans notre pays. Une fois cette annonce faite est couverte d’applaudissements, les headbang reprennent de plus belle avec le rythme saccadé de « Með drekum » avant une fin en solo des trois guitaristes. Devant la débauche d’énergie du pit, Snæbjörn prend les choses en main et sépare la fosse en deux, c’est donc sur « Með fuglum » que le premier wall of death de la soirée est réalisé. Pas le temps de souffler car c’est « Niðavellir » troisième et dernière piste de la soirée de leur dernier album studio qui est directement embrayée.

Skà lmöld 4

Les solos en duo et en tapping de Baldur et Þráinn marquent les esprits pendant le break d’ « Að vetri ». Le circle pit demandé par Snæbjörn est bien entendu généreusement exécuté dès la reprise de la rythmique du morceau. C’est déjà le moment de se quitter, non sans avaoir entendu « Kvaðning » chanson la plus fédératrice du combo islandais issue de leur tout premier opus Baldur. Le set se termine après une heure et quart sans aucun temps mort. Björgvin nous invite à les retrouver au merch.

Skà lmöld 5

Cette soirée se termine sans fausse note, nous peignant un large éventail du metal disponible dans le cercle arctique. Faisant taire tous les détracteurs annonçant que les Scandinaves ne font exclusivement que du black ou du death, les trois groupes de la soirée prouvent à tout le monde que tous les styles musicaux ont leur place chez eux et surtout, qu’ils prennent un réel plaisir à en faire même loin de chez eux.

Setlist :

1 – Árás
2 – Gleipnir
3 – Múspell
4 – Niflheimur
5 – Narfi
6 – Höndin sem veggina klórar
7 – Himinhrjóður
8 – Miðgarðsormur
9 – Með drekum
10 – Með fuglum
11 – Niðavellir
12 – Að vetri
13 – Kvaðning

Line Up :

Björgvin Sigurðsson : Chant, Guitare
Þráinn Árni Baldvinsson : Guitare, Choeurs
Baldur Ragnarsson : Guitare, Choeurs
Snæbjörn Ragnarsson : Basse, Choeurs
Jón Geir Jóhannsson : Batterie, Choeurs
Gunnar Ben : Clavier, Choeurs

Crédit Photos:  Roger Chirpaz de Pavillon Webzine
Toute reproduction interdite sans l’accord écrit du photographe 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements