Ixion – Return


Avec son troisième album, Ixion amorce une transition musicale. Moins doom, plus incandescente mais toujours aussi spatiale, la musique du combo breton privilégie désormais les ambiances éthérées et progressives. Return se montre cependant très convaincant et démontre un talent de composition certain.

Après être partis à la recherche de l’Enfant de la Nuit il y a deux ans nos explorateurs de l’espace Ixion livrent un nouveau chapitre, le troisième de leur odyssée, intitulé Return. L’histoire racontée cette fois-ci sur neuf pistes est celle d’un équipage revenant sur Terre, après plusieurs centaines d’années de voyage interstellaire, qui découvre avec émerveillement une planète à l’atmosphère majestueuse. Mais la Terre est désormais submergée par un vaste océan et si l’humanité a survécu c’est en s’adaptant à ce nouvel environnement désormais aquatique.

Ce concept global plus bleu, lumineux même, se retrouve déjà dans la pochette, réussie, de ce nouvel opus mais aussi dans la direction musicale prise par le trio. En effet Ixion a plutôt délaissé ses racines doom (quoi que des morceaux comme « Stranger » et « The Ocean » restent proches des débuts du groupe) pour proposer un metal désormais plus atmosphérique aux structures progressives.

Mais, évacuons d’emblée les craintes, cette mue est une réussite. Le groupe a déjà conservé cette alternance growl death/chant clair (à l’exception de « World Of Silence » entièrement « chanté ») sur la plupart de ses morceaux et continue à parsemer sa musique d’arrangements électroniques et de parties de clavier très réussis. Ce qui rend la transition plus appréhendable donc. Premier constat : l’auditeur aura l’impression d’entendre la bande originale métallisée d’un classique cinématographique de la science-fiction tellement les ambiances de Return sont épiques souvent. En attestent l’inaugural « Out Of The Dark » ainsi que « Back Home » et « Contact ». « The Dive (Fade to blue Part 2), suite du titre qui clôturait le premier album To The Void, quant à lui par son ambiance, évoque le générique de fin d’un long métrage.

L’atmosphère de ce nouveau disque reste donc très spatiale, donnant l’impression de monter à bord d’un astronef pour un trajet sans fin aux à travers la galaxie. On croirait même presque entendre le vaisseau décoller sur le quasi instrumental « Stranger ».

Niveau surprises, nous pouvons déjà citer « Into Her Light », un titre presque « joyeux », aux ambiances folk celte qui renvoie un peu au Mike Oldfield d’Ommadawn ainsi que le très réussi « World Of Silence ». Ce morceau, qui a tout du single parfait avec son refrain très accrocheur, dégage un énorme feeling, proche du Anathema des derniers albums. On pense aussi à la mélancolie planante des Liverpooliens sur « Hanging In The Sky ».

Un autre grand nom du metal atmosphérique vient à l’esprit en écoutant le contemplatif « The Ocean », avec ses bruits de vagues en intro, sa fin au piano et ses nappes de clavier, en l’occurrence le Tiamat de A Deeper Kind of Slumber.

Return nécessite plusieurs écoutes pour en saisir et apprécier toutes ses subtilités avouons-le, ce qui est déjà la preuve que les musiciens ont voulu apporter un grand soin à cette nouvelle œuvre, un peu comme un réalisateur ne se contentera pas du premier montage de son dernier film.

Mais ceci ne doit pas décourager les doomsters qui aiment se perdre dans les étoiles à se procurer ce nouvel album d’Ixion qui est l’incarnation d’un… retour réussi.

Liste des titres :
1. « Out Of The Dark »
2. « Into Her Light »
3. « Hanging In The Sky »
4. « Back Home »
5. « The Ocean »
6. « Contact »
7. « World Of Silence »
8. « Stranger »
9. « The Dive (Fade to blue Part 2) »


Disponible depuis le 30 octobre 2017 sur Finisterian Dead End

Note : 8,5/10

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements