Jens Johansson, claviériste de Stratovarius


Strato garde la flamme intacte !

A l’occasion de la sortie du dernier album Live (Under Flaming Winter Skies) avec le désormais ancien batteur du groupe Jörg Michael, le claviériste Jens Johansson revient lors d’un entretien téléphonique avec La Grosse Radio Metal sur l’actualité de Stratovarius, l’avenir mais aussi le passé du combo finlandais.

De quoi obtenir quelques infos sur ce fameux CD/DVD enregistré à Tampere, sur les suites du départ de Jörg, sur l’arrivée du petit nouveau, sur la récente disparition d’une de ses influences au clavier Jon Lord mais aussi sur l’avenir de Stratovarius avec un prochain album qui ne devrait pas trop tarder.

Ju de Melon : Bonjour Jens et merci de nous accorder cette interview. A quoi sont occupées tes journées en ce moment ?

Jens Johansson : Principalement à la réunion de différentes idées pour les compositions du prochain album de Stratovarius, je compose en ce moment mes propres chansons comme les autres membres d’ailleurs et je décide avec moi-même ce que je vais garder ou pas au moment de la mise en commun. Ca me permet de réécouter certaines vieilles idées que j’ai enregistrées et de voir si je les réutilise ou non. C’est un processus assez complexe car parfois je dois essayer de déchiffrer des trucs que j’ai écrit sur un papier en plein milieu de la nuit, donc j’y passe pas mal de temps ! (rires)

Un nouvel album Live de Stratovarius vient donc de voir le jour sous le nom de Under Flaming Winter Skies, titre qui mélange habilement deux morceaux présents sur les deux précédents albums (NDLR : Les premiers sans Timo Tolkki). Tout d’abord pourquoi ce choix de nom ?

Il est né grâce à un concours que nous avions lancé sur Facebook, où on laissait les fans choisir des noms d’album possibles. Au final, plusieurs possibilités se sont retrouvées sur un sondage où les gens pouvaient voter, et celui qui avait trouvé le bon nom gagnait des exemplaires du CD/DVD. Les quelques rares avantages de Facebook aujourd’hui ! Au moins Stratovarius avance avec son temps.

Il s’agit de la toute dernière sortie avec Jörg Michael derrière les fûts, cela doit donc avoir une importance particulière pour le groupe…

Oui, c’est vrai. Nous étions forcément un peu tristes lorsqu’il nous a annoncé son intention de partir… Mais d’un autre côté je suis content que ce se soit passé ainsi à l’amiable, et sans ces communiqués souvent hypocrites « il a quitté pour cause de divergence musicale » qui cachent parfois des problèmes plus profonds. Là il n’a pas été viré, loin de là, et on est très loin des soucis que connaissent actuellement Queensrÿche par exemple. Jörg en avait tout simplement marre de faire de longues tournées, du moins c’est ce que je pense car nous n’en avons pas forcément reparlé ensemble, mais désormais il préfère être plus proche de sa famille et de chez lui. Au final je suis heureux qu’il soit parti au bon moment et en prévenant bien le groupe, cela nous a permis de trouver un remplacement sans hâte. D’autant plus qu’on a déjà connu des moments difficiles niveau « split » avec Stratovarius, là au moins c’était posé et réfléchi. Et loin du chaos Queensrÿche donc… (rires)

Stratovarius Live Tampere

Est-ce que ce CD/DVD marque la fin d’une ère pour Stratovarius et le début d’une nouvelle aventure en quelque sorte ?

J’espère bien oui ! Stratovarius c’est un peu une expérience grandeur nature, il suffit de regarder par où le groupe a commencé, ce qui s’est passé entre temps et où on en est aujourd’hui. Nous évoluons bien et là nous avons ce nouveau gars avec nous, très sympa et très talentueux, âgé seulement de 24 ans. Je vois bien le groupe ne jamais s’arrêter et aussi bien dans 20 ans il sera le plus âgé et seul membre actuel encore actif de Stratovarius, qui sait (rires) ? Il est donc largement plus jeune que nous et il a un bel avenir je pense.

Petite parenthèse justement sur le nouveau batteur que vous venez d’engager. Rolf Pilve tel est son nom, qui est-il et pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

On a essayé pas mal de gars pour voir un peu, ensuite on continué à garder des contacts et à recevoir quelques sons par e-mail ou sur Skype, nous n’avons pas de suite trouvé la perle rare mais nous ne nous sommes pas découragés bien au contraire. On a aussi recherché de notre côté sur Internet, grâce à Youtube où on a accès à pas mal de vidéos, et après quelques discussions Rolf nous a semblé être le mieux armé pour prendre place dans Stratovarius.

Cet album live vient 14 ans après le très réputé Visions of Europe, avez-vous changé votre approche de production pour la réalisation de ce nouveau live ?

Je pense que le procédé est plus ou moins le même à l’exception que le son est extrait ici de prises vidéo, avec un mix en 5.1 je crois. Mais surtout nous avons tenu à ne faire aucun ajout ou presque en post-production, il n’y a pratiquement pas d’overdubs sur ce Live ou alors de très infimes sur quelques soucis techniques niveau son. En attendant le son sur CD est à peu près le même que celui du DVD, et l’approche reste similaire par rapport à d’anciens live mais avec la technique d’aujourd’hui bien évidemment. Et puis je préfère sans retouche, je me souviens avoir enregistré quelques albums live qui ont ensuite été largement retouché en studio, notamment avec Yingwie Malmsteen… beaucoup de travail en post-production ! Puis ce serait stupide de faire ça aujourd’hui avec l’avènement de Youtube sur lequel n’importe qui peut poster la vidéo de n’importe quel concert, et ce de façon brute. Tant pis au final s’il reste quelques pains ou erreurs dans le résultat final, autant rester naturel de nous jours !

Quelqu’un m’a fait remarquer que le son général se rapprochait presque d’un bootleg selon lui, qu’en penses-tu ?

Ca vient sûrement du fait que nous avons aussi beaucoup mis l’accent sur le public, nous l’avons également enregistré afin qu’il s’exprime un maximum dans ce Live. Pour nous les fans font partie intégrante du show. Puis comme je te l’ai dit, inutile de chercher à tricher aujourd’hui avec le phénomène Youtube, il faut assumer et s’éviter des commentaires négatifs du genre « tiens ce que j’entends sur cette vidéo n’a rien à voir avec le son du DVD », ce serait ridicule.

Comment les morceaux de la setlist ont-ils été choisis ? Pas évident pour un groupe avec une telle carrière…

Non, pas évident, voire impossible même ! Mais à ce moment-là il faut prendre le problème à l’envers et se considérer chanceux d’avoir autant de morceaux marquants. Du coup on tranche rapidement, sachant très bien qu’on en oubliera forcément, tout en conservant quelques grands classiques et en couvrant un maximum de notre discographie. Je préfère être dans cette situation au final, et peu importe vu que le public nous suivra et comprendra bien qu’on ne peut pas tout mettre.

On y retrouve donc deux reprises sur le deuxième disque : « Burn » de Deep Purple et « Behind Blue Eyes » de The Who. Qui a eu l’idée de ces covers ?

A la base, nous voulions même en faire plus ! Disons que nous avions presque prévu d’enregistrer deux shows : un long concert normal de Stratovarius, et un autre où nous n’aurions joué que des reprises. Mais il s’est avéré au final qu’il aurait été trop coûteux d’enregistrer ces deux shows, nous avons donc dû tout mixer en un et réduire le nombre de covers à deux. Du coup elles se retrouvent au milieu de la setlist, ce qui est plutôt original, mais pourquoi pas après tout ! A la base c’est Jörg qui les a choisies… on a donc retenu ces deux, mais je sais qu’on avait aussi une chanson de Queensrÿche dans la liste, dommage au final qu’on ne l’ai pas gardée ! (rires)

Et puisqu’il y a « Burn » de Deep Purple, parlons de Jon Lord… il vient de nous quitter, cela a dû te faire un choc.

Un choc peut-être pas car malheureusement nous savions qu’il était atteint d’une grave maladie, mais j’étais très triste à l’annonce de cette nouvelle. J’ai appris tout ça au beau milieu de la nuit et j’ai eu du mal à me rendormir ensuite. On aurait bien aimé qu’il s’en sorte mais c’est comme ça. Il est impossible aujourd’hui de sous-estimer l’influence que Jon Lord a eu sur le metal, sans lui je pense que des groupes comme Rainbow et forcément Stratovarius n’auraient jamais existé, et jamais je n’aurais commencé à jouer du clavier dans un groupe metal. Sans lui et sa rencontre avec Blackmore, le visage du metal aurait été différent, Dio aurait sûrement eu une carrière tout autre puisque Elf n’aurait sûrement pas existé, Timo Tolkki n’aurait pas connu le même succès et j’en passe.

Jens Johansson (Stratovarius) Live 2011

De quoi le future proche de Stratovarius sera fait ? D’après ce que tu m’as dit au début, le groupe semble donc travailler sur le successeur de Elysium en ce moment…

Selon toute vraisemblance le nouvel album sortira en 2013. Pas trop de détails à donner pour le moment mais chacun écrit ses chansons en ce moment, d’ici un mois on devrait se retrouver et commencer à enregistrer quelques parties de batterie je pense.

Est-ce que Rolf partcipera à l’écriture dès cet album ?

Je ne sais pas trop, je lui ai écrit un mail hier à ce propos mais je ne pense pas, il n’a rien mis encore sur le dropbox du groupe. A voir, peut-être aura-t-il une idée d’ici là, nous ne fermons aucune porte à ce niveau.

On a senti une certaine évolution progressive depuis l’arrivée de Mathias Kupalainen, faut-il s’attendre à de nouvelles expérimentations ?

Oui, je pense ! Bon bien sûr tout ce qui est progressif aujourd’hui dans le monde du metal n’est plus très expérimental, je pense qu’on a fait un peu le tour avec la popularité de groupes tels que Dream Theater ou Symphony X. Je pourrais aussi mentionner Queensrÿche (rires) ! Après, on va voir ce qui va se passer, je pense qu’on restera dans cette mouvance mélodique et un peu progressive avec le prochain album, dans le style de Elysium.

Parlons un peu du passé, sans trop en parler… Timo Tolkki bien sûr, l’âme fondatrice de Stratovarius. Il n’a pas été tendre envers le groupe et surtout Timo Kotipelto dans certaines entrevues, que penses-tu de tout cela ?

Franchement, avec ce qui se passe aujourd’hui pour Queensrÿche, on passe vraiment pour des amateurs avec nos vieilles histoires (rires) ! Tout ça c’est du passé, avançons chacun de notre côté et sans rancune, c’est le mieux que nous pouvons souhaiter.

J’ai vu sinon que t’allais participer à son prochain album solo, Classical Variations 2: Credo. Vous êtes donc toujours en très bon termes ?

Oui, c’est vrai, je n’ai pas encore entendu ses compositions mais je lui ai promis de jouer dessus dès que ce sera prêt. Son idée de demander aux fans de déposer chacun 5€ ou je sais plus combien est très bonne, il s’est ainsi enlevé toute pression des labels ou autre et je crois qu’il en avait vraiment besoin car désormais il déteste vraiment l’industrie du disque telle qu’elle est.

Vous vous êtes revus il n’y a pas longtemps dans un aéroport je crois, il a dit lui-même que ça s’était très bien passé et depuis quelques fans se mettent à rêver d’un retour de Tolkki dans Stratovarius...

(rires) Non, c’est sûr que ça n’arrivera pas, je crois que Timo ne voudra plus jamais vivre la vie de groupe, notamment au niveau des tournées. Il ne veut plus en faire, il ne peut plus supporter cette vie et sa santé ne le permet vraiment pas. Ca le tuerait mentalement je pense… Il y a 3 ans j’aurais pu y croire moi-même mais désormais il veut se concentrer sur sa carrière solo tranquillement et sans pression, sans avoir à voyager. En tout cas il avait l’air d’aller bien, bon c’était le matin donc il était crevé mais moi aussi ! (rires)

Quid de ta carrière en dehors du groupe. Prévois-tu par exemple un nouvel album solo un jour ?

Un album solo je ne pense pas pour l’instant, le seul truc que je fais en ce moment c’est un duo avec mon frère Anders. Il joue de la contrebasse et je l’accompagne au piano, nous jouons une sorte de jazz new age mélangé avec du folk suédois. On joue dans des endroits assez intimes, parfois dans des chapelles, bref rien à voir avec Stratovarius !

Ou d’autres projets voire guests bientôt ?

Pas forcément pour l’instant, j’en ai un de prévu pour l’album solo de Gus G. je crois, le guitariste de Ozzy et Firewind, il m’a envoyé un fichier mais je n’ai pas encore écouté. Je lui ai promis que je ferai quelque chose dessus mais il n’y a rien de pressé encore. J’ai récemment enregistré une partie clavier pour le nouvel album d’un français du nom de Vivien Lalu, un excellent compositeur de chez vous. Il va le sortir cette année normalement.

Stratovarius Live Farewell Jörg

Une question justement que j’aime bien poser à certains artistes internationaux. Connais-tu et apprécies-tu quelques groupes ou artistes français ?

Oui, il y a Heavenly que je connais bien. Mais il y a un truc bizarre en France, on dirait que vous avez plein de groupes talenteux qui n’arrivent jamais à s’exporter à l’étranger, hormis Gojira. L’inverse est aussi vrai, il est difficile pour pas mal de groupes internationaux de venir se faire un nom en France. Peut-être que votre pays est trop protectionniste, je sais pas si ça vient du gouvernement ou quoi, à une époque je me souviens qu’il fallait au moins 40% de chansons en français sur les radios…

On a en France une culture assez différente et peu orienté rock ou metal malheureusement, les seuls groupes du genre qui sont très connus ici sont Metallica, Iron Maiden ou AC/DC.

C’est dommage, car je ne pense pas qu’il y ait moins de fans de metal en France qu’ailleurs. Faites tomber ces murs et ces barrières !

Tu as bien raison… Merci de nous avoir accordé cet entretien Jens, quelques dernières mots pour les fans français ?

Je sais que la nouvelle orientation de Stratovarius avec Mathias fonctionne plutôt bien en France, j’espère donc que le prochain album vous plaira aussi et qu’on pourra faire tomber les barrières pour envahir la France ! (rires)

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements