Five Finger Death Punch & In Flames (+ Of Mice And Men) – Olympia Paris – 04/12/17


Double affiche de prestige pour cette tournée exceptionnelle, In Flames et Five Finger Death Punch réunis pour une date unique en France. Si l’un n’a plus grand-chose à prouver après une dernière date intimiste et chargée d’émotion, l’autre devait se rattraper après la pause prise par son leader et un show catastrophique au dernier Hellfest.

 

Of Mice And Men
 


Les anglais d’Of Mice And Men sont invités à ouvrir la soirée, mais avec une fin de concert prévue à 23h et une double tête d’affiche, le set sera plus proche du showcase que d’un véritable concert : les lumières de la salle restent allumées, le light-show est anémique, seulement cinq titres, un son pas vraiment puissant et la fosse à moitié vide… Il n’empêche que quelque chose se dégage du quatuor américain. Si leur prestation au dernier Hellfest nous avait déjà conquis, il est indéniable que la recette fonctionne encore malgré les conditions spartiates de ce soir.

Aaron Pauley qui a récupéré le chant lead en plus de la basse est un véritable bulldozer, tirant l’ensemble de sa bande vers le haut avec une facilité folle. Sa performance transforme les anciens titres (''Pain'', ''The Depths'' et ''You Make Me Sick'') en apportant une couleur vraiment différente, plus cohérente et des nuances bienvenues. Les deux nouveaux titres restants enfoncent le clou et dévoilent le véritable futur d’Of Mice And Men: un metalcore plus abouti, personnel et bien plus intéressant au final.

La fosse qui découvre visiblement les Américains se laisse emporter facilement malgré l’écart de style et la durée du set. A peine le temps de saluer, distribuer quelques médiators et admirer le magnifique pantalon rose fluo brillant d’Alan Ashby que le groupe s’échappe et qu’un grand drappé tombe sur scène.

Setlist:
Unbreakable
Pain
You Make Me Sick
Warzone
The Depths

 

 

In Flames
 


Bien éloigné de leur dernière prestation intimiste à l’Alhambra en début d’année, c’est un show plus classique mais toujours explosif que nous prépare In Flames derrière le grand rideau maintenant éclairé de rouge, d’où ressort le logo du groupe en relief. On se serre maintenant dans la fosse en attendant les suédois et la pression monte en attendant de découvrir la scène…
 


... Préparée aux petits oignons. Car c’est un vrai show à l’américaine qui nous attend avec un matériel plus que conséquent. Un écran géant compose l’intégralité du fond de scène, claviers et batterie surélevés avec une plaque centrale pour les guitaristes et des écrans supplémentaires tout autour, du tissu en arc de cercle au dessus des musiciens et un light show époustouflant… Il est rare d’avoir une scène si belle et un show techniquement si travaillé, et rien que pour cela, bravo messieurs.
 


Seulement quatorze titres dû à la limite horaire parisienne (fin des concerts à 23h), ce qui ne manquera pas de faire réagir un Anders habitué à la vingtaine de titres par soir sur cette tournée. Conséquence : pas de ‘’Only For The Weak’’ ou de ‘’Deliver Us’’ cette fois-ci, mais quelques pépites dont l’enchaînement déjà découvert à l’Alhambra ‘’Moonshield’’ – ‘’The Jester’s Dance’’. Le son est excellent, précis et puissant, en contraste total avec la balance faiblarde d’Of Mice And Men.
 


Le plancher de l’Olympia est une nouvelle fois mis à l’épreuve. Les membres en grande forme (hormis une nouvelle fois Bryce Paul, caché sous sa capuche et plutôt passif, même remarque à la batterie) vont chercher le public, sautent comme la fosse, sous le regard bienveillant de l’extraterrestre apparu lors du titre ‘’Alias’’. Anders, essoufflé, complimentera de nombreuses fois le public parisien, demandant un autre tour bus pour emporter le public avec eux… A se demander qui le public est réellement venu voir, tant la barre sera haute pour Five Finger Death Punch.
 


Leur prestation se termine avec l’enchaînement ''The Quiet Place'' – ''The End'', Anders laissant chanter un public maintenant très en voix. ‘’On est trop bien, merci de laisser durer le plaisir’’ lancera-t-il durant une longue ovation lancée par la fosse, suivie par des gradins debouts. Après une dernière distribution de mediators et de baguettes, on n'imagine pas vraiment qu’une seconde tête d’affiche est à suivre…

Setlist:
Drained
Before I Fall
Take This Life
Trigger
Dead Alone
Moonshield
The Jester's Dance
Save Me
Alias
Here Until Forever
The Truth
The Mirror's Truth
The Quiet Place
The End

 

 

Five Finger Death Punch
 


Un nouveau rideau tombe afin de cacher le changement de scène, avec Rammstein en fond sonore. Si In Flames avait sorti l’artillerie lourde niveau matériel, nos américains seront beaucoup plus classiques, l’Olympia ne permettant pas d’installer tout leur appareillage. Pas d’écran, d’artifices ou de lumières surdéveloppées d’ailleurs, ce sera simple et efficace avec amplis en fonds et batterie élevée au centre, ainsi qu’un nombre impressionnant de mediators accrochés à chaque pied de micro. L’intro à peine terminée que ‘’Lift Me Up’’ résonne et le rideau tombe : la troupe est enfin au complet et l’écart avec le show du Hellfest saute aux yeux en quelques secondes.
 


C’est enfin un véritable groupe qui se présente, énergique, puissant et juste en tout point. Ivan Moody est de retour après l’épisode houleux survenu avant le Hellfest, qui avait donné lieu à son remplacement en catastrophe par leur ami Tommy Vext pour quelques dates. Si la déception était de mise à Clisson, tout est pardonné ce soir : un son parfait avec des guitares très agressives, des soli à la note près, Ivan juste à chaque instant, et une pluie de mediators jusque dans les gradins.
 


Si la foule était déjà en forme avec In Flames, on monte encore d’un cran devant une telle prestation. Les slams déferlent devant la scène et le plancher tousse sous les assauts d’une fosse unie. Même les gradins sont debouts et, bien visibles depuis la scène, arrivent à se faire remarquer du groupe. La proximité est un réel plus ce soir, tout le groupe répondant aux sollicitations des premiers rangs ou des gradins. Ivan, ému d’un tel accueil pour son retour restera de longues secondes à profiter de cette ambiance de feu. L’aparté acoustique jouera également en sa faveur puisqu’il fera monter quelques enfants sur scène durant l’enchainement ''Wrong Side of Heaven'' – ''Remember Everything'', les couvrant de cadeaux à l’effigie du groupe. La traditionelle batte de baseball maltraitée finira également dans les mains d’un des plus jeunes spectateurs perché dans les grandins.
 


Si la proximité avec le public est un point très fort ce soir, il ne faut pas oublier la musique. Malgré une set-list assez courte (onze titres contre quatorze en moyenne sur la tournée et une grosse heure de show) l’énergie et l’envie de bien faire sont là sans aucun doute. Les titres du dernier album Got Your Six occupent une petite majorité de la selist et les classiques comme ‘’Under and Over It’’ ou surtout ‘’The Bleeding’’ claquent comme jamais. Le rôle de Chris Kael est vraiment à souligner, parfait accompagnement vocal pour Ivan comme pour occuper les photographes avec ses nombreuses provocations.


Une dernière chose à signaler, malgré la fin du show, il est rarissime de voir un leader rester autant de temps sur scène. La bande du final ‘’The House of the Rising Sun’’ est déjà complètement terminée, la salle à moitié vide et les techiciens déjà à l’œuvre, mais Ivan continue de signer le maximum de souvenirs ou de serrer des mains, dans la même veine que ce que Devin Townsend réalise également à chaque concert par exemple. La sincérité se mesure également à ça… Malgré tout ce qui a pu être dit, Five Finger Death Punch est de retour, pour le pire, mais on l’espère pour le meilleur, et pour longtemps encore.

Setlist:
Lift Me Up
Never Enough
Wash It All Away
Got Your Six
Ain’t My Last Dance
Bad Company
Jekyll and Hyde
Wrong Side of Heaven (Acoustique)
Remember Everything (Acoustique)
Under and Over It
The Bleeding
The House of the Rising Sun

Crédit photo: Nidhal Marzouk
Utilisation interdite sans autorisation du photographe.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements