Parkway Drive (+ Polar) à  Les Etoiles, Paris (18.03.2018)


Un concert annoncé le jeudi matin à 11h pour le dimanche soir à 20h ? C'est bien ce que nous propose Parkway Drive en annonçant un passage surprise à Paris tout juste après Bruxelles et Londres, juste avant Berlin et Amsterdam. Une bonne occasion pour le groupe de promouvoir à travers des interviews son nouvel album à paraître mais surtout de fêter les dix ans de son deuxième album, Horizons, au travers d'une setlist toute particulière. Retour en mots et en images sur une soirée folle.
 

POLAR
 

Invité de choix sur cette mini-tournée c'est au quintette britannique de Polar de chauffer le public des Etoiles avant les héros de la soirée. La dernière fois que le combo a foulé notre scène c'était en tête d'affiche à La Mécanique Ondulatoire en février 2017, un an sans un concert de Polar c'est beaucoup trop long alors les fans du groupe vont s'en donner à coeur joie pendant la demi-heure qui vient.

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018

Polar n'est pas du genre à changer souvent sa setlist et ce soir ne va pas faire exception à la règle puisque sur les sept morceaux joués, quatre viennent du petit dernier en date No Cure No Saviour. On entame avec "Blood for Blood" puis "Downfall" qui nous mettent bien dans l'ambiance. Adam Woodford (chant) nous en met plein les écoutilles avec son chant crié reconnaissable entre mille et qui confert à Polar sa singularité.
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


A deux reprises Polar va revenir vers son tout premier album Shadowed by Vultures avec "Glass Cutter" puis le grand classique qu'est "Black Days". Un morceau qui verra apparaître les premiers slams de la soirée, une sorte de prémice au chaos que sera la prestation de Parkway Drive en somme. On termine le set des Anglais avec "Tidal Waves and Hurricanes" et un public qui s'est bien réchauffé depuis le début. Il faut dire que le metalcore de Polar est d'une rare efficacité avec des musiciens qui donnent tout peu importe la configuration de la salle ou le public devant eux.
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


Un nouvel album est attendu pour la fin de l'année et on espère maintenant revoir dans moins d'un an Polar dans nos contrées. Place maintenant au plat de résistance plus que consistant !

Setlist:
Blood for Blood
Downfall
Glass Cutter
Deus Ex Machina
Breathe
Black Days
Tidal Waves and Hurricanes

PARKWAY DRIVE
 

La jalousie s'est emparée de nous quand Parkway Drive annonçait une tournée australienne au début de l'année afin de commémorer les dix ans de la sortie de son deuxième album, Horizons, l'opus qui a propulsé le groupe de Byron Bay sur une autre planète. Quelle ne fut pas notre surprise quand il y a dix jours, le quintette annonçait un concert à Bruxelles puis à Londres quelques jours plus tard. On espérait Paris, on stressait pour Paris et la délivrance est arrivée jeudi matin à onze heure avec l'annonce officielle via une vidéo sur Instagram. Paris allait bénéficier de son concert surprise et tout cela dans la petite salle qu'est Les Etoiles avec ses 300 places et sa scène sans barrières !
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


Avec l'annonce en début de semaine de la sortie de Reverence en mai plus la sortie d'un deuxième single avec "The Void", on savait très bien que ce dernier et "Wishing Wells" allaient voir le jour sur la setlist. Ce fut effectivement le cas puisque l'on démarre la soirée avec le tout premier extrait de cet album afin de chauffer doucement mais sûrement le public avant de nous asséner "Carrion" et "Bonneyards", rien que ça.

Justement le public, lui, devient de plus en plus chaud au fur et à mesure que la température à l'intérieur de la salle monte. Les slams et autre stagedives n'en finissent plus de peupler chacune des chansons et il ne se passe pas dix secondes sans que quelqu'un n'arrive ou ne décolle de la scène. Tout cela pour le plus grand plaisir des cinq membres qui donnent un coup de main à ceux qui veulent monter sur scène comme rigolent des atterissages plus ou moins réussis dans la fosse des autres.
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


Comme d'habitude la joie de vivre se lit sur les visages de chacun des membres de Parkway Drive. Winston McCall (chant) sourit à chaque moment où il ne doit pas chanter, Jeff Ling (guitare), Luke Kilpatrick (guitare) et Jia O'Connor (basse) passent leur temps à s'amuser entre eux sous le regard de Ben Gordon (batterie). Avant d'être des musiciens ces cinq mecs sont des amis d'enfances venant de la même ville paradisiaque australienne alors être en tournée est tout autant un moyen de s'exprimer via la musique que de partir en virée (en bus de luxe) entre potes.
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


Les titres issus de Horizons n'ont pas pris une ride et même si "Carrion", "Boneyards" et "Idols And Anchors" sont des habitués de la setlist, on ne peut pas en dire autant pour "Breaking Point", "Dead Man's Chest" et le titre éponyme "Horizons". Quel bonheur d'entendre ces morceaux si peu joués en France depuis quelques années, ce metalcore si abrasif qui a fait le succès de Parkway Drive grâce à des breakdowns si massifs qu'on se demande comment une bande de surfeurs a bien pu dénicher cela.

Et tant qu'à célébrer Horizons, pourquoi ne pas faire une incursion encore plus lointaine dans l'histoire avec la présence ce soir dans la setlist de "Romance Is Dead" et son breakdown doublé de la phrase la plus clichée mais la plus emblématique de la carrière du groupe, "so cry me a fucking river, bitch"
 

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018


Le temps passe à une vitesse incroyable et malgré la soif, malgré la sueur qui fait que tee-shirt et peau ne font plus qu'un, malgré la fatigue qui commence à se faire sentir et malgré les petits bobos inhérents aux crowdsurfs, personne n'a envie que cette soirée se termine. Alors quand Parkway Drive nous sort "Horizons", on sait qu'on s'approche lentement mais sûrement de la fin. L'intro mélodique de ce morceau réveille en nous des souvenirs lointains et prouve que le metalcore n'est pas qu'une musique tournée vers les breakdowns mais que les musiciens du genre peuvent se révéler des vrais experts.

Après un rapide passage hors de la scène le quintette revient devant nous afin d'achever le travail via "Crushed" puis "Bottom Feeder", deux titres de IRE qui ont pris une place prépondérante sur les setlists de Parkway Drive et ont de bonnes chances d'y rester pour longtemps.

parkway drive, polar, live nation, les etoiles, paris, reverence, horizons, tour, 2018

Après soizante-dix minutes d'une intensité rare, il est temps pour Parkway Drive de quitter la scène des Etoiles et pour le public parisien de rentrer chez lui avec en tête cette opportunité presque unique d'avoir vu le groupe australien dans des conditions aussi incroyable. Dans dix ans, les trois cent personnes présentes ce soir-là pourront dire "j'y étais" quand Parkway Drive sera une tête d'affiche des plus grands festivals du monde. En attendant on applaudira le groupe à Lyon le 5 juin et bien entendu sur la Mainstage 2 du Hellfest le samedi soir.

Setlist:
Wishing Wells
Carrion
Boneyards
Vice Grip
Idols & Anchors
Romance Is Dead
The Void
Wild Eyes
Breaking Point
Dead Man's Chest
Dedicated
Horizons
Crushed
Bottom Feeder

Merci à Live Nation pour ce concert, à HIM-Media pour l'invitation et surtout à Christophe Soulas de Spread Their Sound pour les photos.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements