Danko Jones (chant, guitare) et John Calabrese (basse) du groupe Danko Jones

Le nouvel album de Danko Jones sort le 17 septembre 2012 chez Bad Taste Records. Son nom ? Rock 'n' Roll Is Black and Blue. Un opus fait pour les amateurs de hard rock à influences punk et blues.

Bien évidemment, les connaisseurs du genre connaissent bien ce power trio canadien qui traîne déjà ses guêtres dans le monde de la musique depuis quelques années, avec une popularité en augmentation constante. Et ce sont les deux membres d'origine du groupe, le bassiste John "JC" Calabrese et son chanteur/guitariste/leader Danko Jones que nous avons pu interviewer au mois de juillet dernier lors de leur passage promo à Paris.

Ambiance et révélations ci-dessous, lors d'une entrevue très rock 'n' roll, bien que depuis pas mal d'infos aient été révélées au public (notamment la pochette, manquante à l'époque) !

Ju de Melon : Tout d'abord, comment vous sentez-vous après ces deux jours de promotion intensive ?

Danko Jones : Tout va très bien, c'était à la fois intéressant et cool, tout s'est très bien passé. Le temps est passé plutôt vite ! C'est toujours un plaisir de revenir ici en France à Paris, et une belle opportunité de converser avec la presse...

[bruit de klaxons à l'extérieur]

... tout en observant le trafic à travers la fenêtre ! (rires)

(rires) Parlons du line-up avant de venir à l'album, vous avez depuis peu un nouveau batteur du nom de Atom Willard. Avez-vous cherché longtemps le remplaçant de Dan Cornelius ?

Danko : Non, il a été le seul à qui nous avons demandé et ça s'est donc fait très naturellement. Cela faisait des années qu'on s'échangeait plein de mails, souvent il plaisantait en disant "si ton batteur se casse un bras ou une jambe, compte sur moi !". Du coup lorsque nous avons décidé de nous séparer de Dan, il a été la seule personne que nous avons contactée. Au début il ne m'a pas cru, puis finalement il est revenu vers moi et en un échange mail de plus il était dans le groupe. Depuis avril 2011 en fait, même si son intronisation "publique" s'est faite deux mois plus tard lors d'un premier show avec Danko Jones.

Pas de "casting" donc ?

Danko : Tu sais, nous ne voulions plus perdre du temps à auditionner des gens, c'est barbant... et nous n'avons pas eu forcément de bonnes expériences à ce niveau par le passé. Pour Dan ça allait à peu près mais c'était chiant pour tout te dire. En ce qui concerne l'époque où nous avions trouvé Damon Richardson, on a v&cu une situation un peu maladroite... parce qu'en fait souvent tu sais au bout de 10 secondes à peine si la personne pourra faire l'affaire ou non, mais forcément tu ne peux pas interrompre le gars en train de jouer et tu le laisses s'exprimer... et certains y croient trop vite.

John "JC" Calabrese : Ah oui, celui qui a cru que c'était bon pour lui et qui nous a acheté une cloche de vache ("cowbell") pour jouer avec le groupe ? (rires)

Danko : Ah lui, oui... et quand il a compris qu'il ne rejoindrait pas le groupe, il a voulu nous attaquer en justice pour la cowbell. Tu imagines ? C'est lui qui l'avait achetée sans nous le dire ! (rires)

JC : Il y a toute une histoire autour de ce type, c'est génial... (rires)

Danko Jones interview Paris 2012 La Grosse Radio

Danko Jones (chant, guitare)

Danko : Oui, je m'en rappelle comme si c'était hier ! Après l'audition, nous l'avons ramené chez lui dans notre van, il était persuadé d'être accepté dans le groupe. On écoutait la radio et il nous demandait si on y était diffusé parfois, alors on lui a répondu que oui et là il s'est mis à dire, tout excité, que forcément une des prochaines chansons qu'on fera "ensemble" sera sûrement programmée ! Nous ne savions pas quoi dire... Quand nous l'avons déposé en bas de chez lui, JC s'est tourné vers moi et m'a dit "Si jamais ce gars intègre le groupe, je te casse la gueule et je me barre !"

JC : (rires)

Danko : Et le pire c'est qu'il a réussi à rejoindre un autre groupe après, assez connu ! Je ne vais pas dire lequel par contre...

JC : Et tu te souviens quand une nuit il a appelé quelques jours après pour nous demander s'il pouvait dire à ses amis qu'il était accepté dans Danko Jones ? C'est là que, excédés, nous lui avons dit qu'il n'était pas pris, et qu'il ne le serait jamais ! Et là il a voulu nous faire un procès pour la cowbell... (rires)

Danko : C'est qu'il nous avait vraiment fait chier. Le lendemain matin il a continué... Moi je suis un gars qui me lève tôt, je vis avec quelqu'un qui se lève tard donc ça me permet d'avoir 4 heures tranquille pour moi à profiter du silence, de la radio, etc. Et qui m'a appelé ce matin-là vers 8 heures ? C'était LUI ! Il réclamait l'argent pour la cowbell ! Qui appelle les gens aussi tôt pour ce genre de conneries ? ... rien que d'en parler ça m'énerve, c'est un vrai connard quoi ! Dire que je l'ai revu l'an passé... D'habitude je suis toujours courtois et sympa avec les gens, mais lui il a le don de me transformer en vrai gars désagréable. "He brings the asshole in me!"

Une bien belle histoire (rires), il faudrait en faire un livre ou une chanson ! Encore une question avant de parler du nouvel album, l'an passé vous avez sorti un EP digital du nom de Mouth to Mouth. Pourquoi ce choix ?

Danko : Avec le recul, je ne pense pas que ce fut une bonne idée, sachant qu'un an plus tard nous allions sortir un DVD, le nouvel album et même un livre en automne. Malgré tout, je pense qu'il s'agit là d'une bonne compilation de chansons qui méritaient d'être mises en avant. Il contenait pas mal de morceaux qui n'avaient pu être incorporés dans le précedent album Below the Belt... nous avons toujours l'habitude d'écrire et enregistrer plus de chansons que prévu, ce fut également le cas pour le nouvel opus. Tout ça pour être sûr de choisir les meilleures !

Ju de Melon : Justement, le nouvel album, parlons-en en fin. Rock 'n' Roll Is Black and Blue, pourquoi ce titre ?

Danko : Ca vient de l'expression qui signifie "taper jusqu'à ce que des bleus apparaissent sur le corps", cela veut tout dire. Pour nous le rock a été maltraité ces dernières années, a pas mal régressé dans les charts et n'est plus aussi populaire qu'avant, il faut le reconnaître. C'est presque devenu une musique underground ! Aucune "nouvelle star" aujourd'hui ne représente le rock au haut niveau, les nouvelles icônes sont plus à trouver du côté de la pop, de l'electro, de la dance, du r n' b, que sais-je... on en est resté aux Rolling Stones ou à Paul McCartney, rien de bien récent au niveau de la légende. Je crois que le rock aujourd'hui est à l'agonie comme le fut le punk rock avant l'éclosion des Blink-182 et Green Day. C'est un titre que nous avions déjà en tête en 1996, à l'époque il n'y avait pas encore The White Stripes ou Wolfmother qui ont depuis essayé de "revigorer" le rock... et finalement depuis ça n'a pas trop changé, ça fait un temps que ça dure. Certes ces groupes ont fait que ça va un peu mieux pour le rock, The Hives ou The Vines y ont aussi contribué, mais ça reste encore très précaire je trouve. Pour moi le metal pur est plus populaire que le rock par exemple, il n'y a pas d'équivalent de Metallica dans le rock...

Parlons des influences sur ce nouvel album, sont-elles restées les mêmes qu'avant grosso-modo ? On sent une belle diversité, entre blues, punk et rock... et même du gospel à un moment. Comment avez-vous agencé tout cela sur l'album ?

Danko : Tu sais, une chanson reste une chanson...

JC : Oui, rien n'est prémédité, nous ne savons pas à l'avance de quoi chaque chanson sera faite, peu importe le "style". Une chose nous importe : que ça sonne bien pour nous, et le reste n'a pas plus d'importance que cela.

Danko : Par exemple on a une chanson intitulée "You Wear Me Down" qui se rapproche peut-être un peu de Led Zeppelin, mais on ne s'est pas dit "tiens faisons du Led Zep" au moment de la composer. Je m'en suis rendu compte une fois que j'avais le riff principal, et bien sûr je me suis posé la question car forcément on fait référence ici au plus grand groupe ayant jamais existé sur Terre... mais bon, si ça vient comme ça, après il faut assumer et s'approprier la chanson du mieux possible. Puis une fois terminée, forcément tu sens que tu ne peux pas ne pas l'incorporer à l'album, tu en es fier donc tu vas jusqu'au bout ! Mais on ne se dit jamais "tiens ça c'est notre chanson Led Zep, celle-là notre Thin Lizzy, celle-ci notre AC/DC"... Bien sûr nous avons besoins de ces influences-là, elles nous construisent chaque jour, et elles nous servent pour faire un album le plus coloré possible. C'est ce que nous avons voulu pour celui-ci. Maintenant si pour le prochain album nous décidons d'écrire 12 morceaux rapides typés punk, rien ne nous en empêchera !

Danko Jones & JC Calabrese Interview Paris 2012 La Grosse Radio

Quelques belles influences années 90, peut-être un peu grunge aussi, sur "Always Away" par exemple...

Danko : Avec une intro à la "Thunderstruck" un peu, une chanson très mélodique typée punk. Grunge ? Pourquoi pas, pour moi le grunge est un mix entre Black Sabbath et The Stooges.

Une chanson s'intitule "Legs", tu sembles apprécier les "belles et longues jambes" dis-moi...

Danko : J'aime bien regarder une belle paire de jambes, après je ne suis pas forcément attiré par les filles plutôt grandes de taille. Je ne suis pas fétichiste mais c'est ce que je regarde en premier chez une femme, oui. Avec les fesses ! (rires)

Et ce morceau, "The Masochist", est-elle un peu autobiographique ? Pas forcément sexuellement hein... (rires)

Danko : Cette chanson n'a rien à voir avec le sexe en tout cas, mon masochisme personnel est plus basé sur un état d'esprit. Et c'est vrai que cette chanson c'est un peu moi, une autobiographie mais exagérée bien sûr...

JC : Pas tant que ça ! (rires)

Danko : J'aime beaucoup cette chanson, elle représente quand même ce que je suis. Par exemple, j'aime bien rester seul, je préfère un temps gris et pluvieux et pas trop chaud, j'écoute de la musique un peu violente pour certains... Pour la plupart des gens donc je suis sûrement un peu masochiste.

Du coup la chanson "Just a Beautiful Day" n'est pas forcément l'ode à une chaude journée d'été...

Danko : J'ai eu l'idée pour les paroles un très beau jour, la première chaleur de l'année, à Toronto. Tout le monde était heureux de tomber les manteaux et d'aller se ballader dans les rues, et moi je suis resté tranquille chez moi. C'était trop ensoleillé, horrible pour moi ! Du coup je me suis imaginé ce que les gens pouvaient se dire et des mélodies accrocheuses me sont venues avec le texte. Personnellement, j'étais plus en attente du coucher de soleil, un moment magnifique pour moi et qui aurait fait de ce jour une belle journée de toute façon.

Le titre le plus original de l'album est sans conteste "I Believed in God", avec son intro gospel. Où as-tu pêché cette idée ? En regardant Sister Act ? (rires)

JC : (rires) Je ne pense pas non !

Danko : (rires) Non vraiment pas !

JC : Beaucoup de gens au fil des années ont dit qu'on avait un côté "prêcheur" dans le groupe, alors on s'est amusé de ça en engageant une chorale et au final tout s'est bien adapté au morceau, les personnes qui ont écouté l'album nous ont fait pas mal de commentaires positifs. Mais rien à voir avec Sister Act ou les Blues Brothers ! (rires)

Un lien avec la religion cependant, quel qu'il soit ?

Danko : Juste des éléments musicaux disons avec la chorale mais aussi l'orgue d'église qui enrobe l'introduction. Mais pour casser toute ambiguité dans l'éventuel message donné, car je suis radicalement opposé à l'église et aux vertues du christianisme, j'ai écrit des paroles très blasphématoires. Dans celles-ci, Dieu est le mal incarné, et le passé utilisé dans le verbe "believe" montre une tromperie que l'ancien croyant a démasqué. Cependant, si t'enlèves le gospel et l'orgue, ça ressemble à une vraie chanson punk à la Misfits, et je ne voulais pas que les gens croient que je suis devenu croyant ou je sais pas quoi et le texte montre donc bien ce que je suis.

A l'heure où nous réalisons cette entrevue, nous n'avons pas encore pu voir la pochette... [NDLR : Révélée il y a peu avec le nouveau single en streaming]

JC : Elle est en train d'être finalisée en ce moment même. Mais elle ne va pas tarder ! Pour l'instant nous ne savons même pas à quoi elle va ressembler, ce sera autant une surprise pour vous que pour nous.

Danko : On ne plaisante même pas, on laisse une totale liberté à l'artiste en lui donnant juste une instruction : "éblouis-nous, surprends-nous" ! Pour l'instant nous n'avons pas encore eu la bonne version sous les yeux, c'est certain.

Et au niveau du single, le choix est-il arrêté ?

Danko : Pas encore, tu sais c'est quelque chose de difficile à déterminer lorsqu'on vient à peine de terminer la réalisation de l'album, chaque membre du groupe a sa propre perspective et différentes chansons préférées. C'est plutôt un problème de riche parce qu'au final cet album semble avoir plusieurs chansons qui pourraient être un single. D'après les échos que nous avons, nous avons là plusieurs titres assez marquants. Et tant mieux, ce serait triste si une seule chanson sortait du lot ! Et on n'a pas envie d'être comme le groupe Sugar Ray par exemple, le groupe d'une seule chanson... en plus ce qu'ils font c'est génial à la base mais personne ne les connait vraiment ! En fait on rêve que cet album soit notre Thriller, et qu'on en sorte 10 singles si possible ! (rires)

JC : Ca y est, nous avons notre pochette ! (rires)

En ce qui concerne le prochain vidéo clip, on se rappelle que sur "Full of Regret" vous aviez plein de guests tels que Lemmy de Motörhead ou l'acteur Elijah Wood. Allez-vous refaire dans le même style ?

Danko : Non, parce que si nous faisons cela, nous allons être catalogué comme le groupe qui fait ses clips avec quelques stars. Et nous voulons éviter cette étiquette.

JC : Il faut avancer sans essayer de reproduire ce qu'on a déjà fait !

Danko : C'est comme les guests sur les chansons, on n'a plus envie d'en avoir pour l'instant car on en a déjà eu au début et on a voulu s'affranchir de tout ça. C'est le troisième album désormais que nous réalisons seuls !

JC : Mais au fait, qui va regarder le clip s'il n'y a que nous ? (rires)

Au niveau des dates, j'ai vu que certaines sont déjà annoncées ?

JC : Oui, nous allons d'abord faire quelques festivals, et ensuite la tournée de Rock 'n' Roll Is Black and Blue démarrera vraiment en septembre.

JC Calabrese interview Paris 2012 La Grosse Radio

John "JC" Calabrese (basse)

Et à Paris le 26 octobre !

Danko : Oui, avec un temps aussi pourri qu'aujourd'hui j'espère, voire pire, ce sera parfait pour moi ! (rires)

Avez-vous déjà songé à la setlist avec les nouvelles chansons ?

Danko : Non, c'est bien trop tôt encore !

JC : On ne va même pas jouer de chansons du nouvel album avant sa sortie, on verra à partir du mois de septembre.

Danko : A une autre époque on l'aurait fait, mais désormais avec Internet et Youtube on ne veut pas de fuite avant la sortie de l'album. En plus nous n'avons pas encore pu répéter les nouvelles chansons en condition live, ce serait du gâchis que de les présenter ainsi au public et certains pourraient tirer de mauvaises conclusions hâtives sur quelques unes d'entre elles. Je me rappelle que sur la précédente tournée, la chanson "Had Enough" me causait pas mal de soucis au départ, j'avais du mal à la chanter sans perdre mon souffle. Une vidéo d'un de nos premiers shows avec cette chanson a ensuite circulé sur Youtube et j'ai lu des commentaires du genre "Apprends à chanter" etc... qu'ils essayent pour voir ! Je suis toujours en train d'apprendre de mon côté, elle est compliquée.

JC : Et on va la jouer demain ! (rires)

Danko : Ca promet !

Et penses-tu que des chansons du nouvel album seront aussi dures à faire en live ?

JC : Difficile à savoir.

Danko : On ne peut pas vraiment s'en rendre compte tant qu'on ne les a pas jouées devant un public, surtout pour l'adaptation chant/guitare en ce qui me concerne.

Une question à part pour Danko qui est un grand fan de Kiss devant l'éternel, as-tu écouté leur nouveau single "Hell or Hallelujah" et attends-tu le nouvel album Monster avec impatience ?

Danko : Oui, j'aime bien ce nouveau single, dans la droite lignée de Sonic Boom. J'espère donc que le nouvel album sera aussi bon. Une seule critique : la production de Paul Stanley est ici un peu "over the top" selon moi, j'aurais aimé un truc plus à la Rock and Roll Over comme ça a été le cas avec Sonic Boom, mais je comprends aussi que Paul veut un peu changer les choses. J'apprécie tout de même ce morceau.

Et as-tu déjà rencontré les membres de Kiss ?

Danko : On a rencontré Gene Simmons il y a sept ans à Philadelphie. C'est vraiment quelqu'un de très sympathique. Mais c'est marrant que tu me parles de Kiss car je fais une conférence d'une heure sur Kiss cette année au Wacken Open Air, le premier août. N'hésitez pas à venir nombreux !

JC : (rires) Ca y est, il fait sa promo !

Danko : Vous voulez en savoir plus sur Kiss ? Je serai là ! (rires)

Danko Jones JC Calabrese interview Paris 2012 La Grosse Radio

Et toi JC, des attentes particulières niveau sorties cette année ?

JC : Notre album, je pense qu'il sera génial ! (rires)

Avez-vous quelques derniers mots pour les fans français ?

JC : N'hésitez pas à visiter notre Site Officiel pour suivre les infos, n'hésitez pas non plus à acheter notre nouvel album quand il sortira et on vous promet un super show à Paris fin octobre. Nous reviendrons sûrement en France dès l'an prochain. Et pourquoi pas quelques festivals ?

Danko : Pourquoi pas le Hellfest, j'aime bien ce festival qui sait être très électique dans sa programmation, à l'image du Sweden Rock.

C'est tout ce qu'on vous souhaite. Merci à vous et à bientôt !

 

Un grand merci à Nastia pour les photos
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements