Entretien avec Mike Shinoda : Post Traumatic, récit du deuil d’un membre de Linkin Park

Aussi universel qu’un concept tel que la mort puisse être, l’expérience que chacun tire de la perte d’un proche répond incontestablement à une logique individuelle. Il n’existe aucune réponse pré-fabriquée à la question « Comment surmonter la mort d’un être cher? » ni de solution miracle pour apaiser la douleur qu’une telle situation peut induire. La perte est forcément marquante et laisse parfois des séquelles non-négligeables. Ainsi, beaucoup trouvent dans l’art le moyen de partager cette expérience et de surmonter le traumatisme qu’elle peut causer.

Le 20 juillet dernier, Mike Shinoda a perdu l’un de ses amis et collègues les plus chers : Chester Bennington, le chanteur principal de Linkin Park. Et c’est au travers l’écriture d’un album intitulé Post Traumatic que Mike Shinoda a su trouver les armes pour combattre le deuil. Il y décrit le chemin parcouru depuis la mort de Chester, les hauts et bas du quotidien ainsi que les conséquences tant physiques que psychologiques d’une telle perte. À l’occasion de la sortie de cet album solo, Mike Shinoda nous a accordé une interview durant laquelle nous avons pu aborder le processus créatif de Post Traumatic, la place de l’art dans le deuil, sa nouvelle tournée et l’évolution de sa relation avec les fans. 

Bonjour Mike, merci de prendre le temps de donner cette interview ! Comment ça va ? 

Mike: Très bien, merci !

Ton nouvel album, premier projet solo, sort le 15 juin et compte 16 morceaux. C’est un sacré bébé et j’imagine que son écriture n’a pa du être une mince affaire. J’ai cru comprendre qu’après la mort de Chester tu étais incapable de mettre les pieds dans un studio ou d’écouter un morceau de Linkin Park. Qu’est-ce qui t’as motivé à retourner en studio pour écrire et enregistrer ce nouvel album ?

Mike: Le premier morceau que j’ai écrit après la mort de Chester est un morceau qui s’appelle “Over Again”. J’ai écrit et enregistré le premier couplet le jour où on a donné le concert hommage à Chester au Hollywood Ball et j’ai écrit et enregistré le second couplet le lendemain. Je pense que le jour où j’ai fait ça, j’ai réalisé qu’écrire ces morceaux m’aidait à naviguer à travers mes émotions et tout ce qui se passait, j’ai réalisé que certaines questions n’auraient pas de réponse claire et que je devais juste attendre et voir ce qui se passerait, laisser couler. Post Traumatic commence avec le deuil et raconte le chemin jusqu’au bout du tunnel, jusqu’à la lumière. D’une certaine manière j’ai envie que les fans sachent que la vie doit continuer, que tout le monde peut continuer et sortir des ténèbres. C’est ce que j’ai compris après le show au Hollywood Bowl et ce que j’ai voulu partager avec cet album.

En parallèle de la musique, tu as toujours été un artiste visuel et depuis la parution du Post Traumatic EP, on a pu découvrir beaucoup de tes oeuvres visuelles, que ce soit des clips, des peintures ou même la couverture de l’album. Ça a joué un rôle important dans ton processus de guérison ? 

Mike: Je me suis toujours considéré comme un artiste complet, pas comme un musicien. Je fais de la peinture depuis que je suis tout petit et si je n’avais pas fait partie de Linkin Park, j’aurais sûrement fini peintre ou graffeur. Déjà à l’époque de Linkin Park, je m’occupais beaucoup des visuels, même si je travaillais avec d’autres artistes. Mais c’est vrai qu’avec Post Traumatic, ça a été une toute autre expression. J’ai réalisé de nombreuses oeuvres que j’ai montré à mon ami Franck, qu’on a retravaillé et qui accompagneront les seize morceaux du nouvel album. Alors oui, j’imagine que ça a joué un rôle important après la mort de Chester, mais les arts visuels ont toujours été là, depuis que je suis enfant et jusqu’à aujourd’hui. 

Mike Shinoda, Post Traumatic album, 2018, Warner,

Ta tournée en solo a commencé récemment, comment ça s’est passé jusque là ?

Mike: Super, vraiment ! Ça a été un réel défi de remonter sur scène seul, mais j’adore ça. Il y a une sorte de pression, différente que celle que je pouvais ressentir pendant les concerts avec Linkin Park, et c’est vraiment excitant. C’est un show très personnel, j’y joue mes morceaux, mais aussi certains de Fort Minor et de Linkin Park. À l’avenir il y aura peut être plus de monde sur scène, mais pour l’instant je suis seul, et c’est une super expérience !

Tu as retravaillé certains morceaux de Linkin Park et de Fort Minor pour tes sessions live, est-ce que tu as voulu changer leur signification ?

Mike: Tu sais, je pense que chacun a sa propre interprétation d’un morceau, une chanson peut avoir un sens totalement différent d’une personne à l’autre. Ce que j’ai essayé de faire, c’est d’y ajouter une touche personnelle. Mais lorsque j’ai commencé à retravailler ces morceaux je me suis demandé comment résoudre le problème de Chester, si l’entendre en playback n’était pas un peu bizarre, si ce n’était pas de mauvais goût. Et puis je me suis dit que ça devait être vraiment personnel, que j’allais chanter ou créer des parties chantées comme je pouvais. Quand j’ai commencé à apprendre à composer, à créer des beats, je mixais du Nine Inch Nails, du Smashing Pumpkins, du break beat, du Jackson Five pour créer des nouveaux trucs, et puis ça m’a amené à faire l’EP Collision Course avec JayZ et le remix de « Numb ». Pour les concerts, je fais un peu pareil, je prends des morceaux qui nous sont familiers, au public comme à moi, et je les retravaille d’une manière assez unique, d’une manière que personne n’a entendu auparavant. J’ai par exemple fait un mashup d’un morceau de Fort Minor,  « Where’d You Go ? » [un morceau qui parle justement du deuil NDLR], avec un morceau de Linkin Park, « Waiting For The End ». Je trouve que c’est sympa à faire et que pour les fans, ça redonne de la vie à certaines chansons.

La moitié de Post Traumatic est sortie sur Youtube, est-ce qu’on peut encore s’attendre à des surprises ?

Mike: Oui ! La première partie de l’album est beaucoup plus sombre que la suite, et je pense que les gens vont découvrir quelque chose d’assez nouveau sur la deuxième partie, un son assez « beat » qu’on peut déjà entendre sur des morceaux comme « Running From My Shadow ». Mais le reste de l’album sort le 15 juin et je suis très impatient et excité à l’idée que les gens profitent complètement de l’expérience qu’est Post Traumatic parce que c’est un genre de journal intime, il y a beaucoup de changements.

Je suis très pressé de découvrir la suite ! D’ailleurs, j’ai été assez impressionné par le nouveau lot d’émotions présent dans le Post Traumatic EP ainsi que sur les chansons qui déjà parues.

Mike: C’est vraiment gentil ! Tu sais, c’est le genre de situation dans laquelle personne ne veut se retrouver, mais quand on te donne une certaine main, tu essaies de faire ce que tu peux avec tes cartes, et je pense que c’était la meilleure façon pour moi de naviguer au travers ce qu’il se passait. Et je sais que certains fans voulaient avoir ce genre de connexion avec moi, comme s’ils voulaient savoir où j’étais, ce que je faisais, d’où je venais et ce que je voulais faire par la suite. Je pense que c’était un super moyen de partager ça avec eux.

Quels ont été les retours jusqu’ici, comment les as-tu perçus ?

Mike: La réaction de la part des fans qui ont entendu l’album, ou une certaine partie, a été spectaculaire, vraiment, j’ai croulé sous les retours positifs, c’était génial. Et puis en même temps, je suis parti de rien, tu sais. Il y avait déjà une fanbase qui s’accrochait à ce que je faisais avec Linkin Park, et comme c’est un nouveau projet, un projet qui porte mon nom, de nouvelles personnes sont arrivées et ont donné un avis très positif. J’ai vraiment l’impression de repartir à zéro, c’est une sensation peu bizarre, mais j’apprécie vraiment ça !

On espère en voir plus d’ici peu, une très bonne continuation à toi ! 

Mike: Merci beaucoup !
 

Merci à Warner de nous avoir donné l’opportunité de réaliser cette interview.

                                                      Interview réalisée le 11 juin 2018 par Valentin Laurent (Hysteria).



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements