Entretien avec David Draiman et Dan Donegan de Disturbed

Après deux années sur les routes à promouvoir l'excellent Immortalized, Disturbed n'a pas perdu de temps et propose une nouvelle production: Evolution. Une oeuvre qui mérite que l'on s'y attarde puisque cette dernière propose (entre autres) une nouvelle direction musicale avec plusieurs morceaux acoustiques. De passage à Paris, David Draiman (chant) et Dan Donegan (guitare) se sont prêtés au jeu de l'interview.

Après cinq ans de pause et un retour remarqué, notamment en France lors du Hellfest 2016, vous n'avez pas perdu de temps pour produire un nouvel album. Quelles sont vos attentes?

David Draiman : Nous sommes très impatients de sortir cet album, même si ça nous rend un peu anxieux. Nous avons hâte de faire la tournée qui va suivre, ce sera un concert qui ne ressemblera pas à ce que les fans de Disturbed ont vu jusqu'à présent. Nous sommes contents des réactions des gens sur ce qui sort de notre album

Dan Donegan: Oui, il a bien résumé la situation, l'album est fini depuis quelques mois, et cela fait un moment que c'est retenu, et nous sommes prêts à le partager au monde, il n'y a que peu de personnes qui ont pu l'écouter, nos proches. Nous avons hâte de montrer à quel point ces morceaux ont évolué et les présenter sur scène. Nous sommes contents de pouvoir présenter un set complet en tête d'affiche. Nous avons une longue carrière et de nombreux morceaux à proposer. Nous aimons tous ces festivals, mais nous y jouons pendant un temps limité et donc nous ne pouvons pas y déployer tout notre potentiel. Ceux qui y sont peuvent avoir une idée de ce qu'on fait, et c'est bien, mais nous voulons offrir une expérience complète et une aventure riche, avec toutes les émotions présentes dans notre répertoire.
 

disturbed


En parlant de 2015, vous avez tout fait exploser avec la reprise de "Sounds of silence" de Simon & Garfunkel. Vous attendiez-vous à ce succès? Et surtout, allez-vous continuer à la jouer?

David Draiman : Nous ne nous y attendions pas, bien que nous l'ayons espéré. Ce succès va bien au-delà de tout ce à quoi nous pouvions nous attendre. Je pense que si nous ne la jouions pas, nous nous ferions lyncher ! [rires] C'est le point de vue du public, mais nous ne voulons pas la retirer non plus, c'est un de nos moments préférés du concert.

Dan Donegan : Si c'était juste une reprise, nous la jouerions juste comme ça. Mais elle nous appartient aussi un peu quelque part. D'une certaine manière, nous l'avons co-écrite, de manière à y apposer notre marque. C'est certes un grand classique et on l'a repris parce qu'il fait partie de notre culture, mais on en a fait un de nos incontournables.

David Draiman : Même si c'est un morceau écrit par l'un des plus grands compositeurs de l'histoire, nous avons voulu nous l'approprier, comme nos reprises précédentes, qu'il s'agisse de "Shout" de Tears for Fears ou "Land of Confusion" sur notre album 10,000 Fists, ou nos autres reprises, nous n'avons pas voulu juste la jouer comme l'originale.

Dan Donegan : Nous cherchons constamment l'équilibre entre le respect de l'oeuvre originale et la retravailler suffisamment pour nous l'approprier. Nous avons pris une chanson folk classique en y ajoutant cette atmosphère inquiétante, pour qu'elle devienne un morceau de Disturbed.


Pas moins de trois titres accoustiques sur l'album et vous n'avez pas trainé entre la sortie d'Immortalized et Evolution. Quels étaient vos souhaits pour ce nouveau disque?

David Draiman : On a commencé à travailler sur ce disque seulement quelques mois après avoir fini la tournée. Au début, on pensait qu'il serait acoustique, parce que cela fait des années qu'on veut en faire un. Il se trouve que les premières idées sur lesquelles on a travaillé étaient acoustiques. Ensuite, le planning des sessions d'écriture s'est compliqué, nous avons tous une famille à gérer, donc c'est difficile de trouver du temps. Ensuite, nous avons travaillé en studio avec nos idées acoustiques, nous avons fini de les écrire en studio, ainsi que les morceaux plus metal.

Dan Donegan : Depuis des années, bien avant de reprendre "Sound of Silence", nous avions l'idée de faire un album acoustique. Du coup, nous en avons fait une priorité, alors qu'avant, nous commencions toujours avec les morceaux électriques et les entretenir avec toute l'adrénaline qu'ils nous provoquaient et nous nous disions que nous ferions les morceaux acoustiques une autre fois. Cette fois, c'était une priortité et aussi un défi de commencer avec ces morceaux acoustiques, nous avons exploré de nouveaux territoires, ce fut quelque chose de frais et nous avons découvert une nouvelle manière de travailler. Nous ne savions pas jusqu'où ça irait.

Vous avez l'air satisfaits de cette nouvelle direction...

David Draiman : C'est comme une nouvelle vie, nous continuons de grandir, de toucher d'autres gens et nous évoluons.

Dan Donegan : Il y aura toujours ces gimmicks sonores qui nous rendent reconnaissables, avec des morceaux comme "Are You Ready?" ou "The Best Ones Lie", il y a toujours ces éléments heavy que nous avons dans le sang et qui ne partiront jamais, mais le reste est une extension de nos nouvelles méthodes d'expression. C'est un disque très chargé en émotions, c'est une aventure qui vous mènera à travers des hauts et des bas. C'est bien d'entrer en studio avec un esprit ouvert, d'essayer des choses nouvelles en tant qu'artiste. Nous n'avons jamais voulu jouer la sécurité en tant que groupe et faire ce qui plait aux gens. Nous jouons ce en quoi nous croyons et ce qui nous inspire, quel que soit le style, que ce soit acoustique ou électrique. Nous suivons nos inspirations et, à la fin, une bonne chanson reste une bonne chanson. Il faut que cela veuille dire quelque chose pour nous et si c'est le cas, cela signifie probablement quelque chose pour quelqu'un d'autre.
 


Les textes d'Immortalized étaient très axès autour de la politique, quelle a été votre principale inspiration pour Evolution?

David Draiman : Nous n'avons pas qu'une source d'inspiration, pour être honnête. Les thèmes vont aussi bien de la mort ou la perte de quelqu'un à la rébellion. C'est une combinaison intéressante de sujets. Nous prenons toujours les chansons une à une et ensemble, elles donnent un mélange inattendu. Je pense que la musique doit te parler. Dans la sculpture, l'artiste doit frapper la pierre pour en enlever et avoir la forme qu'il désire. C'est comme ça en musique, cela te permet de voir ce que tu vas sculpter, pour voir ce que ça va donner. Pour moi, c'est la manière la plus facile de trouver une direction. Quand j'arrive dans une impasse thématique, je me renseigne auprès des autres membres du groupe sur ce qui les a touchés et je trouve une direction. Danny a trouvé de supers passages, comme le début d'"A Reason to Fight", c'est de lui. Cet album est celui où chacun a vraiment le plus collaboré sur le plan créatif.

Dan Donegan: Je pense que le respect qu'on a pour chacun de nous et le fait qu'on soit ouvert à tout en studio nous a aidé à aller dans ce sens. A travers les années, après toutes les chansons qu'on a écrites, quand on arrive dans une impasse créative, il y en a toujours un pour nous motiver, ou pour simplifier le processus, sans forcer la création. Je ne peux pas prendre une guitare et me dire 'je vais écrire le meilleur riff du monde', parce que les choses doivent venir naturellement. Mais si on te donne une direction à prendre, tu peux laisser la créativité jaillir. Tu peux présenter une dizaine de thèmes à David sur lesquels il pourrait écrire, et avec un ou deux d'entre eux, il va trouver une connexion et écrire dessus. Nous avons tous connu quelqu'un qui a eu à se battre contre une addiction, ou la dépression, ou encore la maladie et juste en lui parlant, cela a déclenché en lui le souvenir de ses expériences personnelles auxquelles on peut s'identifier. Malheureusement, beaucoup d'entre nous ont eu à combattre ces démons. Cela peut être le combat d'une vie, mais nous tentons d'y inclure un sentiment positif, en transmettant l'espoir que ce combat peut être gagné. Chaque jour est un combat, mais tu vas avoir des gens de ton côté qui vont te soutenir et t'aider à t'en sortir.

Vos 25 ans arrivent bientôt, des idées pour fêter cela?

David Draiman : Il va bien falloir qu'on fête notre 25e anniversaire. Je ne sais pas encore ce qu'on va faire, mais on a encore trois ans, on a le temps de s'organiser [rires].

Dan Donegan : C'est la plus longue relation dans laquelle j'ai été ! C'est incroyable de se dire que ça fait si longtemps et que notre fraternité et cette alchimie entre nous fonctionne depuis si longtemps. Je me souviens, en août 1996, quand on s'est rencontré pour la première fois avec David et nous voici maintenant 22 ans plus tard.

Un dernier mot pour vos fans Français?

David Draiman : Putain ! [rires] Au revoir (en français) !

Dan Donegan : Nous n'avons joué que quelques fois en France, avant la dernière tournée, nous n'étions pas venus depuis des années. Mais si nous sommes là, c'est pour contenter nos fans ici. Il faut maintenant contacter la puissance supérieure pour qu'on vienne plus souvent.
 

Photographies : © Nidhal Marzouk 2016-2017
Toute reproduction interdite sans autorisation du photographe



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements