Klone (+ Shuffle) à  l’Empreinte de Savigny-le-Temple (30.11.18)

Un dernier jour de novembre glacial à souhait pour une soirée de chaleur humaine, d’intimité et de simplicité, comme au coin du feu. La salle de l’Empreinte est presque cosy pour l’occasion, avec pour une fois une configuration en places assises, et la perspective d’une soirée particulière, pas comme les autres. Klone joue en effet en acoustique, dans la cadre de leur tournée Unplugged (qui fait suite à la sortie de leur album du même nom). Ils sont précédés sur scène par les Manceaux de Shuffle, qui ont également débranché les amplis.

 


Récit d’un soir magique à Savigny ! 

klone, unplugged, savigny

 

 

Shuffle

C’est un duo qui entre sur la scène de l’Empreinte pour ouvrir la soirée : habituellement Shuffle compte cinq membres pour distiller leur metal alternatif et progressif énergique, mais ce soir seuls Jordan (guitare, voix) et Sullivane (claviers, choeurs) viennent s’installer sur des tabourets, un grand sourire aux lèvres, pour un set acoustique qui va mettre en valeur leurs compositions avec des instrumentations harmonieuses et rythmées malgré l’absence de batterie. La voix claire et maîtrisée de Jordan résonne dans la salle, sans artifice, très bien accompagnée par le tempo de la guitare et des claviers.

shuffle, klone, acoustique, l'empreinte

Quelques mots sont échangés avec le public, l’atmosphère respire la convivialité, la proximité et l’aisance… sans chichis, Shuffle nous montre son talent et la beauté brute de leurs compositions. Le titre « Nobody Cares » par exemple, est marqué par une ambiance atmosphérique avec une utilisation très intéressante des claviers et un final en crescendo où la voix claire se mue en cri et en distorsion. Ce morceau très heavy achève d’emporter l’adhésion du public de l’Empreinte, et toutes les têtes s’agitent… sur de l’acoustique, c’est très fort ! Citons également le cri étrange et déchirant sur la reprise de « Roxane » de The Police, ou le phrasé à la Red Hot Chili Peppers que Jordan, ayant troqué la guitare contre un djembé, adopte pour entamer un morceau de leur dernier album, frais de quelques jours à peine. Ce deuxième opus, #WontTheyFade? (en hashtag dans le texte) est en effet sorti le 23 novembre dernier chez Klonosphère.

shuffle, acoustique, klone, savigny

Shuffle a passé l’épreuve  du set acoustique avec brio, sublimant des titres pourtant énergiques et puissants en électrique, grâce à des arrangements inspirés, une production superbe, et un son parfait dès les premières secondes du concert.  

 

Klone


Pas de contusions ni de fatigue pour le public qui peut donc profiter de la musique d’attente pendant la pause, à savoir – et ce n’est pas un hasard – l’album entier Eat The Elephant d’A Perfect Circle. L’exercice de l’acoustique peut être périlleux, mais les Poitevins de Klone n’en sont pas à leur coup d’essai, loin de là. Cela fait plus d’un an que leur album Unplugged est sorti, faisant figure de référence dans le genre et trouvant parfaitement sa place dans leur (déjà longue) discographie metal.
Dans la salle ce soir, nombreux sont ceux qui les suivent depuis des années déjà, et attendent un set particulier et unique. C’est justement ce que les quatre hommes vont réussir à faire, avec talent, humilité et majesté. 

klone, unplugged, l'empreinte, savigny

Les deux guitaristes, Guillaume et Aldrick, entourent le vocaliste Yann et le batteur Romain (muni ce soir d’un set minimaliste, grosse caisse étouffée en mode DIY par un t-shirt scotché). D’emblée la musique de Klone prend aux tripes : la voix magnifique de Yann et le talent des guitaristes emportent les auditeurs dans un monde à part, atmosphérique mais puissant, émouvant mais très très fort. Ici, pas d’autotune, c’est de la musique brute et chaque note est à l’état pur. Le soin apporté au son et aux arrangements s’entend à chaque seconde, et c’est une véritable expérience d’exception que vit l’Empreinte ce soir.

klone, unplugged, l'empreinte

On est charmé, comme ensorcelé par la ryhtmique et l’atmosphère intime, et pourtant, ça joue fort, très fort. C’est que l’arrangement acoustique n’a rien fait perdre aux titres en terme de puissance. Pépites de la soirée, le rythmé « The Silent Field of Slaves » ou le majestueux « Gone Up In Flames », efficace et poignant. Et que dire de la superbe reprise de Depeche Mode, « People Are People » ? Magique ! Le set, onirique et solennel, alterne entre morceaux puissants bien metal, vrais headbangers, avec un growl impressionnant de Yann, comme « Immaculate Desire », et des titres plus atmosphériques. Les percussions et les guitares imposent un tempo à la fois groovy et posé. En entendant le splendide « Nebulous », le public reprend les paroles en choeur tandis que le vocaliste part dans des notes aériennes. Un live un peu différent de la version album unplugged du titre que voici :

Une standing ovation vient saluer le quatuor quand ils annoncent bien trop tôt la fin de ce set magique… avant de présenter, sous forme de blind test, les trois titres du rappel, hommage à la scène grunge des années 90. Et quel tirage sur la corde sensible ! Comment ne pas se prendre un gros coup de souvenirs d’adolescence dans la figure en entendant Klone reprendre, pour un final magistral qui met les poils, « Down In A Hole » d’Alice In Chains, « Heart Shaped Box » de Nirvana, et, histoire de faire couler les larmes des derniers insensibles de la salle, « Black Hole Sun » de Soundgarden.

Une claque que ce concert immersif, maîtrisé, juste somptueux. Des orchestrations accrocheuses et ingénieuses, une interprétation parfaite et le timbre pur d’un chanteur incroyable, tout y est. Le public de l’Empreinte sort de la salle comme à reculons, voulant faire durer ce moment précieux et privilégié avec Klone. Cela tombe bien, les quatre compères arrivent rapidement à la table de merch échanger en toute simplicité avec leur public.

Après avoir longuement tourné en acoustique avec un effectif réduit, Klone devrait revenir et brancher ses amplis en 2019. Une date est prévue pour l’instant, et pas des moindres, puisqu’ils seront sur la Mainstage 2 du Hellfest le 21 juin 2019.

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements