Soen – Lotus

L’air de rien, Soen en est déjà à son quatrième opus, sept ans après la sortie de son premier effort studio Cognitive (2012). Et c’est avec une certaine régularité (à mettre en relation avec la précision métronomique de son batteur Martin Lopez ?) que le quatuor suédois nous propose ces nouveaux albums. En effet, deux ans séparent Lotus de Lykaia, son prédécesseur, mais pourtant le son du groupe évolue une fois de plus, pour s’éloigner encore de Tool, son influence principale, à laquelle Soen a parfois été comparé de façon trop réductrice…

En ouvrant l’album avec « Opponent », le propos du groupe est clair. Les titres seront directs, avec un riffing mordant (« Rival », « Penance »), une voix toujours empreinte de spleen, mais surtout, on sent une vraie volonté de composer des chansons avant tout (« Penance » dont les lignes de chant du refrain ont été travaillées pour rester en tête). Le songwritting est en effet au coeur de cet opus, où les musiciens sont au service des titres au lieu de mettre en avant leurs facultés techniques pourtant indéniables.
 

Soen, Lotus, review, metal,


Cody Ford propose régulièrement de beaux soli de guitare pour habiller des titres parfois délicats (« Lotus » et son feeling Opethien ou la très belle ballade « River »). Et même les singles choisis ne dépareillent pas avec l’ensemble, tel ce « Martyrs », bien écrit et sur lequel la voix chaleureuse de Joel Ekelöf fait des merveilles, comme sur le final de « Lunacy ». D’ailleurs, ce dernier s’affirme dans son expressivité vocale, s’éloignant de l’influence de Maynard James Keenan, comme sur ce falsetto à la fin de « River ».

La production est également exemplaire, permettant de mettre en avant à la fois le jeu subtil et racé de Martin Lopez, l’un des batteurs les plus sous-estimés de sa génération, ou la basse claquante de Stefan Stenberg (comme sur « Covenant », peut-être le titre le plus Toolien de Lotus et l’un des meilleurs). L’album se termine avec le morceau le plus long, l’excellent « Lunacy », dont le passage atmosphérique et minimaliste final plaira aux amateurs de la facette la plus progressive du groupe.

On aurait d’ailleurs souhaité que cette facette prog soit plus mise en avant au sein de l’album, puisqu’en dépit de très bons titres, il donne l’impression d’une collection de chansons, certes cohérentes les unes par rapport aux autres, mais où aucun titre majeur ne ressort particulièrement hormis « Covenant » et « Lunacy ». Les deux premiers titres, « Opponent » et « Lascivious » sont même légèrement en deçà du reste de l’album, ce qui est dommage pour une ouverture d’album.

Lotus reste toutefois un très bel album à la production exemplaire, mais peut être trop sage. Frustrant lorsque l’on sait de quoi est capable le combo suédois. Toutefois, il est remarquable de voir que le combo se forge sa propre personnalité album après album. Nul doute qu’avec quatre opus de cette qualité, Soen se positionne d’emblée comme l’un des groupes de rock/metal à tendance progressive les plus intéressants de ces dernières années. A n’en pas douter, Martin Lopez et ses compères n’en resteront certainement pas là…

Note : 7,5/10
Déjà disponible chez Silver Linings Music

NOTE DE L'AUTEUR : 7 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements